X
Rechercher
Nous joindre
Publicité

Découvertes archéologiques du parc national du Lac-Témiscouata

durée 5 août 2018 | 06h59
  • Andréanne Lebel
    Par Andréanne Lebel

    journaliste

    Le site archéologique du lac Témiscouata situé tout près du Jardins des Mémoires continue de faire ses preuves cette année. L’archéologue Marianne-Marilou Leclerc, aidée des visiteurs participant aux fouilles publiques, a découvert un morceau de couteau cassé fabriqué à partir de quartzite de Ramah le 29 juillet. On ne retrouve cette matière qu’au nord du Labrador.

    Cette découverte a été réalisée à quelques jours du mois de l’archéologie, en aout. Débutées en 2013, les recherches se poursuivent au parc dans le but de mieux comprendre le mode de vie de ceux qui ont occupé les abords de la rivière Touladi, entre 1 000 et 2 000 ans avant aujourd’hui. Pour le moment, un grand rond de feu où une trentaine d’outils taillés ont été retrouvés en 2017 retient l’attention de l’archéologue. «Je veux aller plus loin que simplement décrire les objets. Je veux voir le groupe derrière les artéfacts. Je veux savoir ce qu’ils faisaient les interactions qu’ils avaient avec les autres groupes, leur mode de vie, les échanges», explique Mme Leclerc. Trouver un outil brisé en quartzite de Ramah témoigne, selon l’archéologue, des nombreux échanges qui avaient lieu entre les voyageurs et occupants de ce territoire. L’outil avait été probablement jeté près du rond de feu, où il a été retrouvé.

    Toutefois, un ancien camp de bucherons construit vers 1940 et incendié en 1967 complexifie les recherches sur ce site. On retrouve des planches et du charbon à travers les artéfacts. Le parc national du Lac-Témiscouata compte 54 sites archéologiques, dont la plupart sont situés sur les rives de la rivière Touladi et des lacs Touladi. Plusieurs d’entre eux sont associés à l’industrie forestière, un moteur économique important pour la région.

    «Trente sites sur 54 trouvés au parc se ressemblent. Certains groupes s’y sont installés pour y faire un feu, tailler des outils et sont repartis. Ce sont ces traces que je retrouve. Elles sont explicables par la proximité d’une carrière de chert Touladi dans la montagne située tout près. Celui situé près du Jardins des Mémoires est exceptionnel et semble toutefois avoir accueilli un plus grand rassemblement, pour une autre cause que la simple taille de pierre», ajoute l’archéologue Marianne-Marilou Leclerc. La suite des recherches servira à apporter des informations supplémentaires sur les rassemblements qui auraient pu s’y dérouler. Le Témiscouata a attiré de nombreux groupes culturels à travers le temps en raison de sa position stratégique, puisqu’il relie le fleuve Saint-Laurent et l’Atlantique en passant par la rivière Madawaska et le fleuve Saint-Jean, qui se jette dans la baie de Fundy.

    NOUVEAUTÉ

    Intitulée «Une étrange découverte», une nouvelle activité se déroule cet été au Centre de découvertes de l’Anse-à-William. Les petits et grands pourront chercher des artéfacts dans une reproduction d’un site de rituels. Ils sont accompagnés au cours de leurs recherches par l’archéologue du parc. Toute la famille est invitée à y participer et l’objectif est de trouver ce qui a bien pu se passer sur le site, à travers les différents objets découverts. Cette activité permet de mettre en valeur le travail de l’archéologue, qui comprend une grande partie d’interprétation historique. L’activité a lieu tous les samedis à 10 h.

    DES FOUILLES POPULAIRES

    À l’été 2017, entre les mois de juin et de septembre, 202 visiteurs ont contribué aux recherches archéologiques près du Jardin des Mémoires, dont 78 jeunes. Cette activité de fouille publique met en valeur le patrimoine archéologique du parc et permet aux visiteurs de participer à une réelle recherche scientifique. Étant donné l’augmentation de la popularité constante pour cette activité, la réservation est conseillée. Une superficie d’environ 2 mètres carrés est fouillée à chaque année.

    commentairesCommentaires

    2

    • B
      Bob
      temps Il y a 5 ans
      Une très belle roche. Bravo!
    • LPC
      Louis-Philippe charest
      temps Il y a 5 ans
      J’ai trouvé plusieurs pièce lithiques sur les rives du lac figuery en Abitibi , mais personne ne semble s’intéresser à ce site, pourtant j’y ai découvert plus d’une dizaine de pièce qui semble être des pointe de flèche et différants outils en quartzite.??!!!
    Publicité

    RECOMMANDÉS POUR VOUS


    Publié à 6h00

    De l’animation au menu pour la Vente-trottoir

    La Vente-trottoir CIBM FM 107 2024 débute le 15 juillet prochain sur la rue Lafontaine. Une foule d’activités seront proposées aux passants toute la semaine. La Vente-trottoir débutera le lundi 15 juillet et se terminera le 21 juillet. Jeudi, le Sonar, avec le soutien de la Ville de Rivière-du-Loup et l’entente de développement culturel, nous ...

    13 juillet 2024 | 13h25

    Des récoltes retardées par les faibles précipitations 

    La Financière agricole du Québec a présenté son bilan de mi-saison en assurance récolte pour la région du Bas-Saint-Laurent, le 10 juillet. Elle y indique que le rendement et la qualité du sirop d’érable a été supérieur à la normale, mais que les températures fraiches et le manque de précipitation ont retardé la levée et la croissance des ...

    13 juillet 2024 | 6h56

    Martin Portes et Fenêtres poursuit la Ville de Rivière-du-Loup dans le dossier Place Carrier

    L’entreprise L. Martin (1984) inc., connue sous le nom de Martin Portes et Fenêtres, a intenté des démarches judiciaires contre la Ville de Rivière-du-Loup concernant le règlement d’emprunt pour les travaux d’aqueduc et d’égouts dans le secteur de la Place Carrier. Le dossier sera présenté devant un juge en automne prochain. Les démarches de ...