Publicité
31 mai 2018 - 12:00

Une communauté tricotée serrée pour la prévention de la violence faite aux enfants

Les entreprises Les arts textiles du Témiscouata à Témiscouata-sur-le-Lac et ACCROchet à Deux-Montagnes se sont associées et ont remis 628 $ au Regroupement des organismes ESPACE du Québec (ROEQ). Le programme ESPACE s’adresse aux jeunes de 3 à 12 ans et aux adultes de leur entourage pour prévenir toutes les formes de violence commises envers les enfants.

Suite au décès de la petite Rosalie Gagnon, qui a secoué tout le Québec en avril dernier, Christine Fiocco, propriétaire de l’entreprise Les arts textiles du Témiscouata, a cherché à transformer son sentiment de peine et d’impuissance en quelque chose de positif, qui aurait un impact sur les enfants.

«J’avais déjà une laine très populaire : la “Rose, a lit”, c’était un signe! J’ai fait des recherches et trouvé un organisme provincial qui travaille à la prévention de la violence faites aux enfants; le ROEQ» explique Christine Fiocco.

Elle contacte alors une complice, Julie Desjardins d’ACCROchet, et ensemble elles montent un évènement mi-laine, mi-crochet proposant aux tricoteuses les écheveaux de laine seuls et aux crocheteuses des ensembles à crocheter comprenant laine et patron. Ensemble, elles conviennent aussi de remettre tous les profits à ESPACE et ainsi nait le #CALsansviolence.

«Je voulais une action communautaire car toute la communauté était bouleversée par le sort de la petite Rosalie…», mentionne Julie Desjardins. Les deux femmes ne s’attendaient pas à un tel succès, la communauté a répondu haut et fort. «J’ai vendu les ensembles laine et patron en 2 jours et demie ! Et Christine a vendu son lot de laine en 10 minutes !» s’exclame Julie Desjardins. «Nous sommes heureuses de remettre 628 $ au ROEQ, nous croyons que chaque personne peut contribuer au changement. Nous partageons les valeurs d’ESPACE et croyons en leur mission» ajoute Christine Fiocco.

Le Regroupement des organismes ESPACE a été agréablement surpris de recevoir cette offre de la part des deux entrepreneures. «Souvent, les entreprises nous contactent pour que nous vendions des objets promotionnels, mais cette fois-ci il y avait un lien direct avec notre mission, elles nous ont choisi pour notre action, nos valeurs et notre mission. Elles étaient déterminées et organisées, c’était formidable» conclut Nancy Gagnon, coordonnatrice administrative au ROEQ.

Publicité

Commentez cet article