Publicité
27 avril 2018 - 06:55

Le CISSS cherche une ressource intermédiaire dans les Basques

Mario Pelletier

Par Mario Pelletier, Journaliste

Le CISSS du Bas-Saint-Laurent cherche à combler la perte des 15 places en ressource intermédiaire laissées libres par la résidence La Villa des Basques. Bien que les 11 résidents qui s’y trouvaient ont été relocalisés, le CISSS n’a toujours pas de nouvelle résidence dans la MRC des Basques pouvant accueillir cette clientèle en plus grande perte d’autonomie.

Rappelons d’abord que les propriétaires de la Villa des Basques, Ghislain Dorion et Sophie Drolet, ont indiqué au CISSS du Bas-Saint-Laurent qu’ils mettaient fin à leur entente pour accueillir des résidents à titre de ressource intermédiaire. Onze personnes âgées en perte d’autonomie assez importante devaient donc être relocalisées d’ici le 30 avril.

«Les transferts seront terminés d’ici la fin de semaine. Sur 11 résidents, 8 ont été relocalisés dans la région des Basques, une personne a choisi de s’en aller à l’extérieur du Bas-Saint-Laurent, les deux autres sont maintenant dans un CHSLD, un à Rivière-du-Loup et un à Rimouski», a expliqué Gino Beaudoin, directeur de la qualité, de l’évaluation, de la performance et de l’éthique clinique au CISSS du Bas-Saint-Laurent.

L’accréditation originale de ressource intermédiaire de La Villa des Basques comportait 15 places. Un processus d’appel d’offres pour ce type de ressource avait été lancé par le CISSS et se terminait le 10 avril dernier. «Nous n’avons reçu aucune soumission provenant de la MRC des Basques. C’est pourquoi maintenant nous tentons de trouver de gré à gré une ressource intermédiaire pour ces 15 places», a précisé M. Beaudoin. Le niveau de soins pour des personnes en ressource intermédiaire demande davantage d’encadrement pour une clientèle plus lourde.

RAPPORT SUR LA VILLA DES BASQUES

Le directeur de la qualité, de l’évaluation, de la performance et de l’éthique clinique au CISSS du Bas-Saint-Laurent a également commenté le rapport sur l’enquête menée à La Villa des Basques. Celui-ci date du 18 avril et donne des améliorations à apporter pour répondre aux exigences du CISSS. «Il n’y a rien de majeur qui nous incitent à mettre fin à l’accréditation de résidence pour ainés», a d’abord mentionné Gino Beaudoin. La Villa des Basques héberge 71 personnes âgées autonomes ou en légère perte d’autonomie.

L’une des demandes du CISSS concerne la sécurité des résidents en cas d’évacuation. «Ça prend trois personnes (employés) sur place qui ont réussi l’exercice d’évacuation», a expliqué M. Beaudoin. Le porte-parole du CISSS a également mentionné que la résidence devra apporter des ajustements dans les directives professionnelles.

De plus le CISSS exige que Michel Pelletier (voir autre texte sur le reportage de La Facture) ne soit plus en contact avec les résidents. «Tant que nous ne pouvons pas obtenir de confirmation sur les antécédents judiciaires de M. Pelletier et qu’il nous est impossible d’en faire l’analyse», a précisé Gino Beaudoin. Cette directive concerne aussi la résidence Le Couvent de Trois-Pistoles, propriété de sa conjointe Sophie Drolet, qui héberge 42 personnes.

Finalement, autant à La Villa des Basques qu’à la résidence Le Couvent, les dirigeants devront apporter une attention accrue pour offrir à la clientèle une alimentation équilibrée et répondant aux exigences du guide alimentaire.

En regard de ce plan de redressement demandé aux gestionnaires des deux résidences, le CISSS du Bas-Saint-Laurent fera un suivi très régulier. Plus spécifiquement pour La Villa des Basques, le rapport d’enquête précise aussi que des améliorations devront être apportées au niveau de l’entretien de la bâtisse et de la gestion des ressources humaines.

Publicité

Commentez cet article