X
Rechercher
Nous joindre
Publicité

Autisme : une aide récurrente de 528 900 $ pour le Bas-Saint-Laurent

durée 10 avril 2017 | 10h28
  • Info Dimanche
    Par Info Dimanche

    [email protected]

    En vue d'améliorer les services offerts aux personnes atteintes du trouble du spectre de l'autisme (TSA) et leur famille, la ministre Lucie Charlebois et le ministre Jean d'Amour ont annoncé un investissement récurrent de 528 900 $ dans la région du Bas-Saint-Laurent. De plus, un montant additionnel de 81 457 $ est accordé à la région cette année.

    Soulignons que ces investissements découlent du Plan d'action sur le trouble du spectre de l'autisme 2017-2022 dévoilé le 21 mars dernier. Les 35 actions qui le composent contribueront à réduire les listes d'attente et à rehausser les services offerts.

    Rappelons que ce plan résulte du premier Forum québécois sur le trouble du spectre de l'autisme, qui s'est tenu les 11 et 12 février 2016. Lors de cet événement, des personnes ayant un TSA, leur famille, des experts et des acteurs du domaine ont eu l'occasion d'échanger et de voter sur les actions à mettre en priorité.

    Pour soutenir les mesures annoncées, le gouvernement du Québec consacrera à l'ensemble de la province un investissement annuel récurrent de 29 M$ ainsi qu'une somme additionnelle de 1,25 M$ qui servira à soutenir la recherche, la formation et la production d'outils d'intervention en lien avec le trouble du spectre de l'autisme. De plus, 11 M$ s'ajoutent également pour la première année du plan d'action afin de réduire les listes d'attente.

    Les investissements annoncés permettront notamment d'augmenter le nombre d'enfants de moins de 5 ans bénéficiant du programme d'intervention comportementale intensive (ICI) et de services en réadaptation (diminution de 45 % de la liste d'attente).

    Ils permettront aussi d'éliminer la liste d'attente et d'augmenter ainsi le nombre de familles qui reçoivent du soutien pour des services de répit, de dépannage et de gardiennage (près de 700 nouvelles familles en bénéficieront), et d'offrir un soutien financier aux organismes communautaires afin de créer de nouvelles places en répit, en dépannage et en gardiennage.

    De plus, cette somme permettera d'affecter systématiquement un intervenant pivot aux jeunes enfants dès l'accès aux services. Ces intervenants agiront à titre de coordonnateurs des services, soulageant ainsi les parents des démarches y étant associées, et aussi d'assurer une continuité des services à la fin de la scolarisation (21 ans) afin de favoriser l'intégration au travail ou vers d'autres types d'activités.
     
    «Par ce plan d'action, nous souhaitons faire une différence dans la vie des personnes ayant un trouble du spectre de l'autisme et leur famille, et ce, de l'enfance jusqu'à l'âge adulte. Nous savons que leur quotidien comporte des défis et nous souhaitons les accompagner dans toutes les étapes importantes de leur vie», a souligné Lucie Charlebois, ministre déléguée à la Réadaptation, à la Protection de la jeunesse, à la Santé publique et aux Saines habitudes de vie.

    «Je me réjouis que les familles et les personnes ayant un trouble du spectre de l'autisme puissent bénéficier de ce plan d'action. Ce geste démontre l'engagement clair de notre gouvernement pour favoriser l'accès aux soins, réduire les listes d'attente et soutenir les personnes ayant un TSA, au bénéfice de la population du Bas-Saint-Laurent». a commenté Jean d'Amour, ministre responsable de la région du Bas-Saint-Laurent.

     

    commentairesCommentaires

    3

    • IM
      Isabelle Marquis
      temps Il y a 5 ans
      Bien que les sommes aient l'air alléchantes, ce qui a été annoncé pour l'hébergement et le répit-gardiennage des jeunes adultes autistes est 6 millions de dollars pour 5 ans divisés par 17 régions administratives. Ceci représente $70 000 dollars par année pour tout le Bas Saint-Laurent pour les services pour cette tranche d'âge. Autant dire rien qui puisse héberger nos jeunes. Le gouvernement fait donc des annonces d'une main pendant que le CISSS du Bas-Saint-Laurent coupe de l'autre. En effet, selon les statistiques fournies par le syndicat des familles d'accueil et des Ressources intermédiaires, 14 hébergements auraient fermé depuis l’année dernière. Plus près de nous, à Rivière-du-Loup, Notre Maison s'apprête à fermer son service de répit à cause du retrait des employés payés par le CISSS. En ce moment, le CISSS refuse de financer de nouvelles ressources intermédiaires et se retirent des ressources déjà existantes. Alors, il va falloir beaucoup plus que $70 000 par année pour compenser ces pertes.
    • C
      chantal
      temps Il y a 5 ans
      bonjour je suis en colere on viens d offrir a ma fille autisme seulement deux par semaine pour occupé sont temps elle a fini l ecole 22 ans rien d autre pour elle tout un budjet wow tres choqué de ca deux jour par semaine depuis 1 ans et demi a la maison a rien faire depuis quelle a fini l ecole rien du tout .la deux jour par semaine
    • PS
      Pierre Sénéchal
      temps Il y a 5 ans
      Commentaire tres juste et éclairé d'Isabelle Marquis.
      Cet investissement ne réussi même pas à rattraper les
      coupures des 3 dernières années.Et ce sont les enfants
      qui ont les plus grands besoins qui écopent.

    AFFICHER PLUS AFFICHER MOINS

    RECOMMANDÉS POUR VOUS


    Publié à 6h59

    Pénurie de logements et prix à la hausse à Rivière-du-Loup

    Les dernières données de l’Enquête sur les logements locatifs 2022 de la Société canadienne d’hypothèques et de logement, le taux d’inoccupation se chiffre à 0,5 % à Rivière-du-Loup, une proportion inchangée depuis l’année dernière. Toutefois, la disponibilité des appartements de deux ou trois chambres et plus a chuté à 0 %. Le prix moyen est à la ...

    Publié à 6h32

    Colloque de l’industrie touristique du Bas-Saint-Laurent : une journée de rencontres et de réseautage

    Le colloque de l’industrie touristique du Bas-Saint-Laurent a été un succès, réunissant plus de 190 participants lors de l’après-midi conférences et 160 convives lors du «souper-soirée découvertes du Bas-Saint-Laurent». L’événement se déroulait le 1er février dernier à l’Hôtel Rimouski sous le thème «Des idées à l’action». Il aura permis aux ...

    Publié à 6h02

    Ottawa renonce aux coupures chez Service Canada

    Le député de Rimouski-Neigette—Témiscouata—Les Basques, Maxime Blanchette-Joncas, se réjouit que Karina Gould, ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social, et responsable de Service Canada, ait décidé de renverser la décision de couper les heures de travail de 750 agents de service au Québec. Ces coupures de service, estime le ...