Publicité

6 septembre 2015 - 07:38

Les enseignants augmentent la pression pour la rentrée

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Toutes les réactions 6

Rivière-du-Loup – La présidente du Syndicat de l’enseignement du Grand-Portage, Nancy Bérubé, est très inquiète des conditions d’apprentissages des élèves des commissions scolaires de Kamouraska-Rivière-du-Loup et du Fleuve-et-des-Lacs. Plusieurs moyens de pression seront effectués cet automne afin que les conditions de travail des enseignants s’améliorent.

«Nous avons voté le 11 mai en assemblée générale notre plan d’action pour la rentrée», a-t-elle rappelé. L’enjeu crucial des négociations est la tâche enseignante.

Le contrat des enseignants comprend 32 heures de travail, mais Mme Bérubé affirme qu’ils en font beaucoup plus bénévolement, que ce soit en organisant des activités ou simplement en corrigeant à la maison. Les négociations achoppent pour le moment avec la partie patronale, qui propose de monter leur charge de travail à 35h.

Les demandes du personnel enseignant se déclinent principalement en quatre volets. «On demande plus de temps pour travailler avec les élèves pour les aider, moins d’élèves dans les classes, un déclencheur de travail pour les élèves à la formation professionnelle et nous allons faire front commun concernant les demandes salariales pour les enseignants qui commencent et qui n’ont pas de contrat complet».

Pour le moment, elle affirme les négociations semblent être dans l’immobilisme, même si plus d’une cinquantaine de rencontres ont eu lieu. «On a simplement réglé de la petite poutine jusqu’à maintenant», a-t-elle imagé.

La question de la grève sera abordée en assemblée générale à la fin du mois de septembre. Une décision sera prise par vote secret à ce moment. «Il va peut-être falloir passer à la manière ultime de se faire entendre. C’est un moment crucial pour l’avenir des élèves. Je suis très inquiète de leurs conditions d’apprentissage, surtout avec l’ajout d’élèves par classe proposé dans les négociations».

ACTIVITÉS DE PERTURBATION

Les enseignants instaureront la récréation prolongée et porteront le chandail des Extraordinaires bien visiblement pour la rentrée. Ils entendent également respecter à la lettre leur contrat de travail de 32 heures, sans bénévolat extérieur. «L’organisation d’activités et de voyages, par exemple, est faite en dehors des heures de travail comptabilisées sur notre contrat... Il va y en avoir beaucoup moins», a-t-elle complété.

La remise des notes au bulletin sera boycottée ou retardée. Les parents auront tout de même un suivi des apprentissages de leur enfant. «Le but principal de retenir les notes est de bloquer le ministère sans nuire aux élèves».

Quelques parents de la région ont été avisés que la prise de photos scolaires n’aurait pas lieu. Nancy Bérubé a tenu à rectifier le tir. «Les enseignants n’accompagneront pas les élèves lors de la prise de photos. Ils ne s’en occuperont pas». Chaque direction d’école est responsable de la logistique de cet événement.

UNE SOLUTION EN DÉCEMBRE

La présidente du Syndicat croit qu’une solution devra être trouvée avant le mois de décembre. Si ce n’est pas réglé, le gouvernement aura de la difficulté à prévoir son budget en éducation. «On tient le cap jusque-là. Les gens sont très mobilisés dans le secteur. L’éducation publique est en péril et il faut dénoncer les coupures du gouvernement de 1 G$ en cinq ans dans ce secteur. L’heure est grave et il faut bouger», a-t-elle décrié. 

Du côté des commissions scolaires du Fleuve-et-des-Lacs et Kamouraska-Rivière-du-Loup, on laisse savoir que les négociations sont en cours, mais s’effectuent au niveau national. «On espère que les moyens de pression ne nuiront pas aux services aux élèves», a formulé Éric Choinière, responsable des communications pour la Commission scolaire Kamouraska-Rivière-du-Loup. Peu de commentaires ont été émis puisqu’aucune demande locale n’a été formulée.

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

6 réactionsCommentaire(s)
  • INCROYABLE de voir comment la population ne comprend rien à ce qui se passe en ce moment!!! Je suis enseignant depuis 27 ans et j'aime mon travail, j'aime me rendre à tous les matins à l'école pour rencontrer mes élèves, c'est une passion pour moi et j'ai encore le feu. À toutes les fois qu'il y a cette situations, la population pense que nous voulons un meilleur salaire. Savez-vous que dans les dernières conventions négociées, nous n'avons même pas eu l'indexation au coût de la vie? Savez-vous qu'en ce moment, nous ne parlons même pas d'augmentation de salaire? Nous voulons simplement l'indexation au coût de la vie, donc au niveau des coupures, nous faisons notre part. Mais, à toutes les fois qu'il y a des mouvements comme celui que l'on fait en ce moment, la population pense aux SALAIRES. La population regarde les médias et rentre dans le jeu du "SENSATIONNALISNE". Les médias veulent montrer un enfant qui donne sa version des faits. Pourquoi? Pour que vous soyez fâchés envers nous et que ça brasse, car eux quand ça brasse, ils aiment ça. L'enfant qui donnait son opinion la semaine passée à la télévision, nous pensons qu'il se faisait dictée des choses par les enseignants, et si ça venait des journalistes?

    IL FAUT QUE VOUS COMPRENIEZ que, dans la majeure partie des cas, nous allons faire notre possible pour ne pas nuire aux élèves, mais il faut que vous compreniez que ce que l'on fait en ce moment, c'est pour vos jeunes.

    Le gouvernement veut augmenter le nombre d'élèves en classe, nous ne voulons pas. Il ne veut pas fournir d'aide aux enfants en difficultés, nous voulons de l'aide. Il veut augmenter notre charge de travail, qui va écoper? Vos enfants. TOUT ce que l'on fait en négociations, c'est pour vos enfants!!!!!

    Un enseignant passionné... - 2015-09-07 09:19
  • Des enfants pris en otages et bien souvent avec l'accord des parents malheureusement.Les enseignats crooient-ils être les seuls a ramener du travail à la maison?Les devoirs et leçons donné aux jeunes élèves c'est quoi selon eux?Certe nous ne sommes plus du temps des p'tites écoles de rang,mais ils devraient prendre leurs mal en patience ou a tout le moins utiliser des méthodes de pression qui n'affecteront pas les élèves et leurs plaisirs de fréquenter l'école.Sinon autant leurs enseigner à la maison,au moins seront-ils encadrer avec des plaisirs hors du statue "scolaire".Et les photos seront au désir du parent et non au bon "vouloir" des enseignants.Bref,au finale ce sont les enfants qui payent parce que des adultes ne réagissent pas en adulte,mais en enfants de 2ans!

    Zith - 2015-09-06 12:52
  • Je trouve que les profs exagèrent car s'aiment pas aux enfants de payer

    francine - 2015-09-06 12:41
  • En quoi ne pas donner le bulletin nuit aux enfants? Pov ptit! Yauront pas leurs notes le 15 novembre?

    Niaisage - 2015-09-06 11:08
  • Je trouve dommage qu'elle utilise nos jeunes pour revendiquer leur droit. Je parlais avec une étudiante en enseignement au primaire hier et je lui demandais pourquoi elle s'en allais dans se domaine a cause de tout le tapage médiatique que l'on voit présentement sur les enseignant au Québec. Elle me répondit qu'elle était tannée d'entendre les profs chialer et que même à l'école il leur bourrait le crâne avec des actes de pression alors qu'elle ne sont même pas sortie de l'école. Peut être que si les profs arrêterais de toujours chialer, il aurais plus de temps pour autre chose, de plus, si il sont aussi décourager que cela de leur emploie, ils ont juste a changer au lieu de brailler 10 mois par année car les deux autre mois ils sont payer a rien faire. Il y a des coupure dans toutes, santé, sécurité, Contruction etc..... Pratiquement les seules que l'ont entend à répétition se sont les profs encore et encore. Changer de disque parle que la population commence a en avoir souper de vos plaintes trop souvent non fondée.

    un parent - 2015-09-06 11:02
  • Qui va en payer la note? Les enfants! Je suis solidaire avec le mouvement mais il y a toujours bien des limites à repousser les remises de bulletins. Nous faisons tous plus pour la communauté dans nos milieux, c'est normal de voir du para scolaire. Faire du bénévolat( et je fais ma part) ne m'as jamais fait mourir! Ce qui arrivera? Le gouvernenent imposera simplement une loi pour cesser la grève. Ne touchez pas aux enfants.

    Antoine - 2015-09-06 07:51