Publicité

1 septembre 2015 - 06:25

Libérez la voie, c’est urgent!

Toutes les réactions 2

Témiscouata - Lors d’une intervention incendie, le temps de réponse des intervenants est crucial. Chaque minute, le feu double d’intensité. C’est pourquoi les véhicules des pompiers, à l’instar des ambulances et autopatrouilles, sont clairement identifiés. Tout retard peut entrainer des conséquences dramatiques et c’est pourquoi il est primordial de leur céder le passage.

Une scène captée le 2 aout par une caméra vidéo installée sur le casque d’un pompier de Laurier-Station a été largement partagée sur Facebook. Dans le clip, le véhicule incendie répondant à un appel de risque électrique se retrouve à l’arrière d’une camionnette.

Malgré les sirènes, le klaxon, les gyrophares, le conducteur du petit camion demeure imperturbable. Il poursuit sa route, sans ralentir, sans céder la voie au véhicule incendie, forçant le pompier à franchir la ligne double afin d’effectuer un dépassement.

Malheureusement, il n’est pas rare qu’un usager de la route fasse la sourde oreille aux sirènes des véhicules incendie. Les cas sont légion, tant dans les grands centres que dans les régions.

LAISSEZ-LES PASSER

«Les gens figent, ils sont sur les nerfs. À l’époque, il nous fallait traverser la 185 et c’était une réelle problématique, mais depuis le viaduc avec l’arrivée de la 85, c’est beaucoup mieux. Alors, imaginez quand le pompier doit se déplacer avec son véhicule personnel», commente le directeur de la caserne 34, Michaël Morin.

Ce dernier confie suivre de près tout développement concernant le gyrophare vert qui permettrait aux pompiers à temps partiel de se rendre avec leur véhicule personnel à la caserne où sur les lieux de l’appel, tout en étant clairement identifié par un gyrophare vert.

Même son de cloche du côté de Dégelis. «Sur l’autoroute 85, j’ai observé qu’il s’agit souvent de véhicules immatriculés dans d’autres provinces qui ne tassent pas. Par contre, sur la route 295, qu’il nous faut couper pour accéder à notre caserne, c’est aussi très fréquent, trop fréquent», souligne Claude Gravel.

Les deux directeurs invitent donc la population à faire preuve de prudence à l’approche d’un véhicule d’urgence et à lui céder la voie dans les plus brefs délais dès lors que les lumières et sirènes sont activées.

LOI

Depuis le 5 aout 2012, l’article 406 du Code de la sécurité routière prévoit que le conducteur de tout véhicule routier, y compris une bicyclette, doit céder le passage à tout véhicule d'urgence dont les signaux lumineux ou sonores sont en marche, en réduisant la vitesse de son véhicule, en serrant à droite le plus possible et, si nécessaire, en immobilisant son véhicule.

Tout conducteur contrevenant à cet article commet une infraction et est passible d'une amende de 200 $ à 300 $ en plus d’être sanctionné de quatre points d’inaptitude.

 

  >> Rappelons que le Tournoi annuel des pompiers de l’Association des pompiers de l’est du Québec (APEQ) aura lieu les 4, 5 et 6 septembre à Dégelis.

 

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

2 réactionsCommentaire(s)
  • @Claude: Pourquoi penser tout de suite que c'est quelque chose d'organisé. On en voit régulièrement, sur la route, des choses comme ça, des gens qui ne regardent pas dans leur rétroviseur ou qui ne portent pas attention même s'ils entendent la sirène et le pire, à ma connaissance, ce sont les ambulances, qui ne sont pas capables de se frayer un chemin parce qu'il y a des étourdis qui ne les entendent carrément pas, faut croire.

    La plus pro-policier du Témis - 2015-09-01 09:29
  • On ne voit pas la plaque du pickup dans le vidéo mais je suis à peu près sûr qu'elle commence par F...

    Claude - 2015-09-01 06:56