Publicité

13 mai 2014 - 09:59

Parcs éoliens: opération séduction dans les communautés rurales

Hugues Albert

Par Hugues Albert, Journaliste

Toutes les réactions 2

Sainte-Françoise – L’opération séduction se poursuit auprès des communautés rurales dans un plan d'acceptabilité sociale orchestré par les divers promoteurs privés en énergie électrique produite par éoliennes.

Lundi soir, c'était au tour de l'entreprise Invenergy, qui a son siège social à Chicago, de venir déployer ses avantages et attraits dans la municipalité de Sainte-Françoise dans Les Basques, dans le cadre du projet Boisbouscache.

Mardi, les deux représentants de l'entreprise, Frits de Kiewit et Jean-François Beaulieu, se rendront à Saint-Antonin à des fins identiques pour rencontrer la population du secteur et l’informer du projet Picard-Saint-Antonin. Ce mercredi, ils se rendent à Pohénégamook où ils discuteront avec les citoyens de cette municipalité et des environs relativement au projet Pohénégamook.

PROJET BOISBOUSCACHE

Le projet Boisbouscache pourrait permettre l'installation de 25 à 40 éoliennes en bordure de Saint-Mathieu et Saint-Médard, loin des zones habitées, pour un bloc de production d’électricité de 75 mégawatts.

Ce projet communautaire est estimé entre 175 et 200 M$ en termes d'investissement. MM. de Kiewit et Beaulieu expliquent qu'au-delà de tout ce qu'ils comportent de technique et de financier, les projets menés par Invenergy sont humains avant tout. « Nous sommes à l'écoute des gens. Il faut savoir comment intégrer un projet éolien dans chaque territoire afin d'être en harmonie avec le milieu. »

Un questionnaire était remis aux gens présents à cette porte ouverte afin de sonder leur opinion sur le projet Boisbouscache tel que proposé par Invenergy. « L’atmosphère était positive, on nous a posé de bonnes questions et nous sommes satisfaits de l’accueil reçu de la part des gens qui sont venus nous rencontrer, malgré le match de hockey présenté à la télé », soulignait M. de Kiewit.

Gabriel Gagnon, qui possède des lots boisés à Saint-Médard, se dit tout à fait en accord avec de tels projets communautaires. « Ce sont des redevances financières dont les communautés rurales ont grandement besoin et qu'elles ne pourraient pas recevoir ou générer autrement. » 

INVENERGY

Au Bas-Saint-Laurent, Invenergy exploite depuis mars 2012 le projet de 138,6 MW « Le Plateau » dans la Matapédia. Le projet « Le Plateau 2 », de 23 MW, est présentement en construction dans le même secteur. Le début de son exploitation est prévu en décembre prochain.

En 2013, Invenergy a conclu une transaction de 500 M$ avec la Caisse de dépôt et placement du Québec qui a acquis une participation minoritaire dans 13 projets éoliens d'Invenergy situés au Québec, en Ontario et aux États-Unis.

CHEMINEMENT DU PROJET

Le cheminement du projet Boisbouscache prévoit au printemps 2014 les études préliminaires (vent, éléments du milieu) et les séances portes ouvertes. Le 3 septembre, on fera le dépôt des soumissions à Hydro-Québec. En décembre aura lieu le dévoilement des résultats des soumissions par la société d’État, suivi en mars 2015 du dépôt de l'étude d'impact sur l'environnement, de la période d'information et de consultation publique (BAPE), de l’analyse environnementale du projet, de la décision du conseil des ministres qui émettra alors un décret.

L’obtention des permis et du certificat d'autorisation précédera les travaux de construction en 2016-2017 et la mise en service du projet est projetée en décembre 2017 marquant le début des premières livraisons d'énergie à Hydro-Québec.

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

2 réactionsCommentaire(s)
  • les proprietaires de terres dans les regions ne pensent pas plus loin que le bout de leurs nez!!! il sen foutent du futur, ils ramassent le cash et comme ils sont des vieux de 65 ans et plus il vont leguer des terres pleines d'eoliennes aux jeunnes !!! merci les chers baby-boomers!

    basquiens - 2014-05-16 13:15

  • De la boulechite sur toute la ligne. .
    Adieu qualité de vie .Un monde de malades chroniques.
    Seul l'argent des promoteurs est au menu pour empocher le plus possible.

    indigné - 2014-05-13 10:25