Publicité
15 février 2014 - 07:51

Préfet élu: temps plein pour développer sa MRC

Toutes les réactions 1

Kamouraska - Au Québec, la plupart des préfets des MRC sont nommés par le conseil des maires, l'instance qui réunit une fois par mois l'ensemble des maires d'une MRC. Quelque 14 MRC ont décidé d'améliorer leur vie démocratique en choisissant d'élire leur préfet au suffrage universel, comme la loi le permet depuis 2002. La MRC de Kamouraska est l'une d'elles.

Son préfet, Yvon Soucy, pense qu'un préfet élu a une vision plus globale de sa MRC puisqu'il n'est pas attaché à aucune municipalité en particulier.

Yvon Soucy a été élu préfet du Kamouraska en 2009. Il a été réélu par acclamation lors des dernières élections de 2013. Outre sa plus grande neutralité, Yvon Soucy trouve qu'un préfet élu a plus de légitimité. « Le préfet élu est redevable auprès des électeurs et non des maires, c'est un pas de plus vers l'exercice démocratique », explique-t-il.

D'après les observations d'Yvon Soucy, les plus grandes réticences à l'élection du préfet au suffrage universel viennent des MRC ayant une ville-centre importante, dont le maire est bien souvent, également, le préfet de la MRC.

Un préfet très présent

Avant d'être élu préfet, Yvon Soucy a été maire de Mont-Carmel de 2005 à 2009; une charge de travail qui lui prenait de 20 à 30 h semaine. « Être maire d'une municipalité, quelle qu'en soit la taille, c'est une charge très importante qui demande des compétences dans des champs très variés ». À ces tâches de maire, il fallait ajouter son travail à titre de copropriétaire d'une résidence de personnes âgées à Mont-Carmel, ainsi que du temps pour sa famille. Il imagine difficilement comment font les maires qui sont également préfets.

Comme préfet à temps plein, Yvon Soucy a un bureau dans les locaux de la MRC. « Il y a une présence politique à la MRC, note-t-il. Étant présent sur place, il y a un meilleur suivi des dossiers ». Mais attention, le préfet et le directeur général ont des rôles très différents qu'il faut bien comprendre. « Le patron de la MRC, c'est le DG! Moi, je travaille pour que les décisions du conseil cheminent. Comme tout cela est bien clair, nous avons une belle harmonie! », ajoute-t-il.

Un préfet élu coûte-t-il plus cher?

La question des coûts revient inévitablement sur le tapis. Contrairement à un préfet nommé, le préfet élu reçoit un salaire, dont le montant varie d'une MRC à l'autre, allant de 39 000 $ à 50 000 $/année.

À cela s'ajoutent aussi les coûts pour l'organisation des élections, coûts bien différents en fonction des situations. Comme l'élection du préfet a lieu en même temps que les élections municipales, les coûts supplémentaires sont relativement peu élevés. Ils le deviennent vraiment dans les cas où l'ensemble d'un conseil est élu par acclamation et qu'il faut alors organiser des élections uniquement pour le préfet. Toutefois, en 2013, comme personne ne s'est présenté contre Yvon Soucy, il n'y a pas eu d'élection à organiser.

Sur le point des coûts, Yvon Soucy rétorque que les gains rapportés par un préfet élu les compensent largement. « Le préfet élu est entièrement dédié au développement de sa MRC. Sa plus grande disponibilité et sa crédibilité lui permettent de défendre beaucoup de dossiers et à en débloquer certains. Du fait qu'il n'est associé à aucune municipalité, il joue un rôle de concertation entre les organismes du territoire. »

Le préfet tient à rappeler que la question des compétences ne fait pas partie du dossier. « On peut trouver des compétents et des incompétents parmi les préfets élus ou nommés!  Avoir un préfet élu, c'est vraiment plus une question de légitimité, de représentativité et de démocratie. »

Collaboration : Virginie Guibert, leplacoteux.com

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • M. Soucy je crois à la démocratie, ainsi l'élection par suffrage universelle de notre préfet est
    essentielle. Cela lui permet de se faire connaître des citoyens durant sa campagne. En étant
    élu par suffrage la neutralité et objectivité du préfet est d'autant plus présente à la table
    des maires. Bon mandat Yvon et bonne vice-présidence à la FQM. C'est tout à notre honneur.

    Marcel Lemieux - 2014-02-15 13:09