Publicité

Le blogue de Richard Levesque

21 février 2019 - 08:21

Le rêve américain

La semaine dernière, un commentaire de Denis nous rappelait un texte de Gilles Deschâtelets racontant le désenchantement progressif d'un immigrant arrivé au Québec en septembre et qui le printemps suivant, ayant connu notre hiver, décide de repartir -pour la Floride, cette fois.  Si vous désirez relire ce texte, cliquez sur « Un grand bol de bonne humeur » dans la liste des BILLETS RÉCENTS, à droite de l'écran, puis faites défiler jusqu'aux commentaires.

Mais imaginons maintenant ce que pourrait être le « journal » de cet immigrant un an plus tard...

18 SEPTEMBRE :

Nous arrivons à notre nouvelle maison pas très loin de Miami.  Elle semble un peu fragile et n'est pas isolée, comme ils disent au Québec, mais qu'importe?  Nous avons la plage juste de l'autre côté de l'autoroute à huit voies, et puis ici il fait toujours beau!  Pas de neige, surtout pas de neige!

12 OCTOBRE :

Quelle beauté en automne!  Le sable est plus beige que blanc.  Nous sommes allés dans le marais et nous avons vu des alligators et des serpents.  Quelles créatures intéressantes!  Ça nous change des chevreuils tellement quétaines, comme ils disent au Québec.

3 NOVEMBRE :

Aujourd'hui notre président Trump nous annonce qu'il a passé un test de Q.I. Et qu'il est classé comme « génie universel ».  Avec lui à notre tête, nous les Américains pouvons nous sentir en sécurité, je pense.

25 NOVEMBRE :

On ne se méfie peut-être pas assez des coups de soleil.  Ma femme se plaint souvent de maux de tête, est-ce que ça aurait un rapport?  Peut-être devrions-nous consulter un médecin.  Au moins, il n'y a pas de neige ici!

27 NOVEMBRE :

Nous avons consulté.  Ma femme n'a rien de grave, mais ça nous a coûté 2 674,45$ (US).  Ma carte d'assurance-maladie du Québec n'est pas bonne ici.

12 DÉCEMBRE :

Nous vivons depuis deux jours dans le sous-sol.  Un ouragan de force 4 a bien failli emporter notre maison.  Heureusement, seul le garage s'est effondré sur notre voiture neuve.  Plus de peur que de mal.  Le soleil devrait revenir demain.  Et il n'y a pas de neige.

25 DÉCEMBRE :

Nous fêtons Noël au MacDonald :  il y a un menu spécial MacDinde pour l'occasion.  Les décors sont superbes :  des palmiers en néon, un Père Noël en bermudas sur son traîneau Cadillac et une Fée des étoiles sortie tout droit des pages centrales de Playboy!  Et surtout pas de neige.  C'est peut-être un peu dommage, finalement...

25 JANVIER :

Je suis un peu inquiet :  il y a eu une  fusillade à l'école de notre fille ce matin et nous ne parvenons pas à la rejoindre sur son iPhone.  C'est la troisième fusillade en deux ans, mais les premières n'ont fait qu'une douzaine de victimes.

26 JANVIER :

Ma fille est saine et sauve mais elle a eu peur.  Sur les conseils des autorités scolaires, je vais lui acheter un pistolet automatique tantôt pour qu'elle puisse se défendre à l'avenir.

2 FÉVRIER :

À la télévision, on nous montre la marmotte qui prévoit la fin rapide de l'hiver.  Je ne sais pas pourquoi, mais j'éprouve comme une sorte de nostalgie...

22 FÉVRIER :

Ma fille nous tanne pour qu'on lui paie une opération d'augmentation mammaire.  Il paraît que toutes ses amies à l'école sont passées par là.  Je me demande quel temps il fait au Québec...

16 MARS :

J'ai reçu la visite d'un agent de l'Immigration.  Il semble qu'un de mes ancêtres aurait vécu au Mexique il y a un siècle ou deux.  Alors notre président Trump envisage de nous renvoyer, ma famille et moi, de l'autre côté du mur en construction...

20 MAI :

Hier soir, pour souper, nous avons reçu des amis : lui est physicien nucléaire et elle est cardiologue.  Après leur départ, un homme bizarre a sonné à notre porte et m'a demandé pourquoi je mangeais avec des nègres.  Il était venu dans un pick-up conduit par un gars avec une drôle de cagoule blanche pointue sur la tête.

21 MAI :

Nous avons décidé d'aller passer l'été au Québec.  Il est même possible que nous y restions.  Des fois, on s'ennuie de la neige.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides: