Publicité

Le blogue de Richard Levesque

29 janvier 2015 - 12:40

La Page blanche

10 Commentaire(s)

Une page blanche (ou un écran vide), c’est très beau, très pur, plein de possibilités infinies…  Mais aussi c’est terrifiant, une page blanche!  Quand l’écrivain ne sait pas la noircir de mots sublimes ou simplement intéressants, quand il ne gribouille que des inepties et des lieux communs, quand tout ce qui lui apparaît possible n’est que l’infini du vide.  Du silence.
Je me demande s’il n’y a pas là une certaine forme d’injustice…

En musique, le silence est encore musical.  Au cinéma, le silence est parfois plus éloquent que tous les dialogues.  Mais pour l’écrivain, même pour l’humble blogueur, le silence n’est que du vide.  Du néant.

Un soi-disant compositeur (j’oublie volontiers son nom) a « composé » une œuvre ne comportant que de longues minutes de silence.  Et croyez-le ou non, un grand orchestre a « joué » cette absence de sons, et il s’est trouvé, dans la salle, des snobs en smokings et en robes du soir pour applaudir et crier au génie!

Un peintre (dont je ne veux pas me rappeler le nom) a peint (le mot « peinturé » serait plus juste) des toiles monochromes (24X30 de blanc, ou de noir, ou de rouge…);  j’ai même lu quelque part qu’il signait au dos du cadre pour ne pas rompre ce qu’on pourrait appeler le silence, ou le vide, ou le néant de ses « œuvres ».  Et croyez-le ou non, il s’est trouvé des gogos et même des conservateurs de musées (il se trouve aussi des gogos parmi les conservateurs de musées) pour acheter ça et les payer des prix de fous.

Comme disait mon Vieux du Bas-du-Fleuve :  « Le monde est fous, bagatême que le monde est fou! »

Pourquoi je vous raconte tout ça?  Je n’aurais qu’à laisser ma page blanche, votre écran vide…

Diriez-vous alors que je suis un génie, les universitaires rédigeraient-ils des thèses sur la profondeur de mon nihilisme, les éditeurs se bousculeraient-ils pour éditer mes « néantises », serais-je candidat au Nobel de littérature?

J’ai bien l’impression que je recevrais plutôt un courriel de Nicolas me demandant pourquoi je ne lui ai pas fourni de texte cette semaine…

P.S.  Juste pour taquiner vos cellules grises, cette petite énigme inspirée du Père Fourras :

Le violon en a une,
Le fusil aussi.
On cherche sa sœur par amour,
On craint le jour où l’on devra la rendre...
Qui est-elle ?
 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Toutes vos réactions

10 réaction(s)
  • J'ai entendu parler de cette oeuvre musicale, quant à la peinture, je me rappelle fort bien du "Carré blanc sur fond blanc" de Malevitch, ou le niveau zéro de l'art.
    Le silence ne vaut que s'il est entouré de bruits, la page blanche de mots, et la toile de couleurs.
    Le problème de la page blanche pour l'écrivain est le même que la partition vierge pour le musicien, la toile vide du peintre. On ne sait pas par où commencer, car l'inconnu est devant nous, on n'a pas de référence autour.

    Pas d'idée pour l'énigme...
    Yoann - 2015-01-29 15:40
  • je crois que la réponse a votre énigme est l'âme.
    Hélène - 2015-01-29 18:30
  • Pas moyen de vous embêter longtemps, hein? Bravo Hélène!

    Une autre petite?

    Mon premier déteste l'eau mais aime bien la terre.
    Ma deuxième peut être richesse ou destruction.
    J'espère qu'aucun de mes lecteurs n'a de problème avec mon tout...
    Richard - 2015-01-29 20:00
  • Le syndrome de la page blanche pour l’écrivain, parfois même la peur de créer pour d’autres, ou celle de ne pas être à la hauteur pour un comédien, n’est-il pas le lot de chaque artiste ?

    Pas d’idée pour l'autre petite…
    M. Thériault - 2015-01-31 15:11
  • Mon premier déteste l'eau mais aime bien la terre: je pensais au chat, mais ça ne cadre pas.
    Ma deuxième peut être richesse ou destruction: je pensais à de l'or mais ça non plus ça ne cadre pas.
    Est-ce que nos neurones seraient gelés en cette semaine polaire?
    Annie - 2015-02-03 07:38
  • Moi, Annie, pour celui qui déteste l'eau et aime bien la terre, j'avais pensé au feu et comme toi, ça ne m'a menée nulle part. Je pense bien que cette fois, nous sommes faits… Je n'irais quand même pas jusqu'à espérer un mini mini indice... Ouf ;o)
    M. Thériault - 2015-02-03 09:50
  • Mon premier déteste l'eau mais aime bien la terre: un VER
    Ma deuxième peut être richesse ou destruction: une MINE
    J'espère qu'aucun de mes lecteurs n'a de problème avec mon tout... LA VERMINE?

    Pourquoi pas? ...
    Annie - 2015-02-03 13:00
  • Bravo Annie! Il est facile de comprendre que le ver (de terre) n'aime pas l'eau dans laquelle le plonge le pêcheur... Quant à la mine, si elle est d'or elle peut être richesse, mais si elle est antipersonnel, quelle plaie!

    Quand dnc arriverai-je à vous déjouer?
    Richard - 2015-02-03 19:01
  • Ah! Ha! Ah! JAMAIS!!!

    Non ce n'est pas vrai, vous avez déjà réussi, au moins une fois si je ne m'abuse.

    Merci de vous casser la tête pour empêcher nos neurones de dormir. Je ne changerais pas de place avec vous.
    Annie - 2015-02-03 19:53
  • @Annie et les autres: Voyons si vous trouverez celle de demain...

    Et surtout, voyons si vous trouverez des réponses originales à mes sept questions!
    Richard - 2015-02-04 14:46