Publicité

Chronique cinéma, par

4 juillet 2022 - 10:27

V'là l'bon vent, v'là l'joli vent

Le monde de la chasse, en toute illégalité. Un monde rural, campagnard, sans flafla, tel que nous le connaissons. Une famille influente, bien connue et redoutée dans la région. Voici Arsenault et Fils.

 

 

Nous connaissons tous des histoires de famille, véhiculées de génération en génération. Des qu’en dira-t-on, racontés en cachette dans le creux de l’oreille lors de soirées arrosées. Quand il s’agit de braconnage, il faut être discret. Quand il s’agit d’une histoire de famille, il faut être doublement prudent.

Quoi de mieux qu'un garage afin de servir de couverture à des activités de braconnage? D’autant plus si ce garage est dans un endroit isolé, loin du regard des curieux. Issu d’une famille de braconniers, Adam Arsenault (Guillaume Cyr) tente aussi bien que mal d’être le bon gars. Pompier volontaire, il dirige le garage familial et rêve d'avoir une vie bien rangée. Mais c’est un peu comme essayer de faire un concert de musique classique avec pour seuls instruments une guitare électrique, une basse et une batterie! Puis débarque en ville Émilie (Karine Vanasse), une animatrice radio, qui lui tombe rapidement dans l’oeil. Il y a de l’amour dans l’air! Malheureusement pour lui, son frère cadet récemment sorti de prison, Anthony (Pierre-Paul Alain), que l’on peut facilement qualifier de tête brûlée, vient briser ses rêves. Il est, lui aussi, amouraché de la belle. Malgré tout, la famille c’est la famille, et il faut se serrer les coudes…C’est ce qui fait la force d’un clan!

Pour son cinquième long métrage, Rafaël Ouellet a pu compter sur une distribution d’acteurs québécois bien connus, dont Karine Vanasse, Guillaume Cyr, Luc Picard, Micheline Lanctôt, Julien Poulin, pour ne nommer que ceux-ci. Quelques scènes plus dures à regarder pour les coeurs sensibles (lire ici les gens qui aiment les animaux). On ne fait pas dans la dentelle, les prises de vue sont très réalistes. Néanmoins, le déroulement prend une toute autre allure nous laissant sans mots. Et la finale, tout comme le film en lui-même, est plutôt brutale.

Pour lire la suite, c'est ici

 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides: