Publicité

Chronique cinéma, par

25 novembre 2021 - 11:42

L’arracheuse de temps: quand la mort est trompée

Ceux d’entre nous qui connaissent l’homme aux multiples talents qu’est Fred Pellerin (conteur, écrivain, scénariste et chanteur québécois) savent sûrement qu’il est originaire de Saint-Élie-de-Caxton. Or, qui de mieux qu’un natif de l'endroit pour donner vie à un film sur l’une des nombreuses légendes caxtoniennes, L’arracheuse de temps?

Inspirée de son roman du même nom, l’histoire est captivante: une dame âgée raconte à son petit-fils (Fred Pellerin enfant) comment les habitants du village ont déjoué la mort. La mort elle-même, la grande faucheuse, l’arracheuse de temps. Vous l’aurez compris, nous ne sommes pas dans la légende classique avec un monstre marin ou un bateau fantôme. Toutefois, plusieurs moments cocasses vous feront sourire et même beaucoup rire grâce aux personnages plus grands que nature. Mais surtout, nous sommes plongés dans un scénario plus sombre, surnaturel et magique, qui se rapproche de l’univers de Tim Burton.

 

Que dire de la qualité des décors, des costumes, des maquillages et de la musique. On se croirait presque à l’époque, mais dans un univers parallèle… L’équipe artistique a travaillé d’arrache-pied pour nous faire reconnaître des personnages décrits lors des spectacles de Fred Pellerin. On y retrouve le barbier Méo qui décoiffe plus qu’il ne coiffe, Madame Gélinas et ses 472 enfants, La Stroop qui tire les cartes, et que dire du curé Neuf à part qu’il a un zozotement particulier! Divers comédiens québécois bien connus jouent ces rôles: nous y trouvons Céline Bonnier, Émile Proulx-Cloutier, Pier-Luc Funk et Geneviève Schmidt, pour ne nommer que ceux-là. Plusieurs autres grands noms font également partie de la distribution. 


Pour lire la suite, c'est ici

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides: