Publicité

Dans l'objectif de François Drouin

11 octobre 2012 - 15:05

Matricule 728

7 Commentaire(s)
L'agente Stéfanie Trudeau du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), mieux connue sous l'appellation « matricule 728 », incarne à elle seule tout le mal et tous les clichés négatifs véhiculés sur le dos de la police dans la Belle Province. Il n'y a pas de quoi être fière...

Il faut dire qu'elle ne lésine pas sur le poivre les moyens. Ses interventions poivrées musclées sont à des années lumières des principes de police de proximité dont se font écho plus localement les officiers de la SQ Benoît Plante, Michel Tardif, Guy Bourgouin, Benoît Lévesque, Dominic Thériault, Steve Cassista et Michel Thomassin des cinq postes de la SQ du KRTB.

En dehors du comportement inacceptable du matricule 728, le cas Trudeau du SPVM occulte complètement l'excellent travail de centaines de policiers du Québec. Son langage châtier de fond de ruelle laisse à penser qu'il est celui de la police, qu'il est représentatif de la culture d'une majorité de policiers.

Ce qui est complètement faux.

Je côtoie suffisamment de policiers dans le cadre de mon travail, je les vois agir et interagir dans des situations de crises comme lors d'arrestations et d'accidents pour prétendre que NOS policiers ne sont pas à l'image de l'agente Trudeau.


Oh, il y en a qui sont mal dégrossis, dont le style plus carré et plus direct dérange. Des « baveux » comme on dit, il y en a quelques-uns. Mais jamais je n'ai été témoin ne serait-ce que de la moitié des clichés et de la vulgarité déployés par Stéfanie Trudeau du SPVM.

Qu'une agente soit incompétente, pourquoi pas, il s'en trouve dans toutes les couches de la société (politique, médicale, médiatique, etc.). Ce qui m'agace c'est l'empressement médiatique à laisser entendre, non pas qu'on tolère les excès de langage, mais qu'ils sont choses courantes au sein des différents corps policiers.

La vulgarité et la violence n'ont pas sa place dans le milieu policier. Le SPVM devra faire un petit travail d'introspection. Son immobilisme, son incapacité à mettre sur la touche un élément problématique et dysfonctionnel (depuis 2003) rejaillit maintenant sur tous les autres policiers, qu'ils soient bleus ou verts. C'est inacceptable. Et svp, dites-le donc, si elle est suspendue avec ou sans solde, la proximité ça commence avec un minimum de transparence.

Ces policiers ne méritent pas ça. Ceux qui ont compris la devise « servir et protéger », qui font leur travail avec professionnalisme et qui représentent la majorité des policiers méritent mieux qu'une pomme pourrie, qui par immobilisme vient gangrener le reste du panier.

Je me questionne aussi sur les politiciens, dont la chef de l'opposition à l'hôtel de ville de Montréal, Louise Harel, à dicter sans détour au directeur du SPVM, Marc Parent, la marche à suivre. Un peu de retenue madame. Quand le SPVM devra enquêter sur un quelconque dossier litigieux, serez-vous aussi là pour lui dicter où regarder et surtout où ne pas regarder? La politique... « là-là tabarnack! » dirait matricule 728.

>>  Parce qu'il vaut mieux en rire qu'en pleurer, le projet Matricule 728 en remix : c'est ICI

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Toutes vos réactions

7 réaction(s)
  • Traiter les carrés rouges de mangeux de marde, vraiment elle dépasse les bornes. Et le SPVM ne dit pas si elle est suspendue avec ou sans salaire. Cé qui l'cave?
    Dave - 2012-10-11 15:09
  • Je suis bien contente de voir que je ne suis pas la seule à penser qu'on ne doit pas mettre tous les policiers dans le même bain lorsque l'un d'eux fait quelque chose de questionnable. Personnellement, je crois que le problème de cette agente est son manque d'expérience. Dans le reportage passé aux nouvelles, elle m'a semblé bien jeune et fougueuse.
    Un ami policier m'a dit un jour qu'ils avaient une période d'adaptation à vivre lorsqu'ils étaient nouvellement assermentés (je ne sais pas si j'emploie le mot juste mais c'est celui qui me vient à l'esprit), qu'ils devaient apprendre a dealer avec ce qu'ils représentaient lorsqu'ils commençaient a porter une arme, un uniforme et à conduire une autopatrouille. Il me disait que ça avait tendance à leur monter à la tête mais qu'avec le temps, ce sentiment de puissance s'amenuisait et qu’ils apprenaient jour après jour à avoir plus de contrôle. Le power trip passe et ils deviennent de vrais policiers, avec tout ce que cela implique. Peut-être la policière n’en est-elle pas encore là mais toujours est-il qu’il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain.
    Oui il y en a qui ne font pas tout correctement selon nos standards de non-initiés, mais n’est-ce pas comme ça dans n’importe quel corps de métier. Combien sont-ils à sortir des rangs sur les milliers qui travaillent dans les différents corps policiers du Québec? Très peu (certains diront déjà trop) et c’est bien ainsi.
    Je trouve qu'elle paie déjà un prix fort pour sa fougue et son manque de tact mais combien d'entre nous pouvons nous vanter de n'avoir jamais pété les plombs. C'est sûr, elle est policière, elle porte une arme, elle n'est pas supposée péter les plombs mais avant tout ce n'est qu'un être humain. Peut-être sa journée avait-elle été de la ……., peut-être s’est-elle réellement sentie en danger, peut-être n’entendait-elle pas ce que l’homme lui disait.
    Une chose est certaine, on a des images et du son et elle va subir une enquête, peut-être même sera-t-elle poursuivie en déonto. Mais a-t-on l’événement au complet? Peut-être que dans les premières minutes, hors enregistrement, elle s’est fait menacer, hurler dessus? Qui sait? Pas moi en tout cas et pour ces raisons, je me refuse de la déclarer coupable avant de connaître tous les tenants et aboutissants de ce dossier. Une partie du public l’a déjà trouvée coupable suite aux reportages passés aux nouvelles. Moi je crois qu’elle a droit à un « procès » juste et équitable. Nous devons attendre d’avoir toutes les données pour nous prononcer mais si l’enquête démontre qu’elle a effectivement fait un excès de zèle ou qu’elle a agi par frustration, oui, elle devra être sanctionnée.
    Pour ce qui est de savoir si elle est suspendue avec ou sans solde, je trouve qu’à ce stade, ce n’est pas pertinent. Tant que l’enquête ne sera pas terminée, elle doit être présumée innocente. Je vous en prie, ne la lynchez pas dès maintenant. Attendez au moins de voir si elle a vraiment erré avant de vous prononcer contre elle. Peut-être aurons-nous des surprises, ou peut-être pas. Nous verrons bien.
    Mais surtout, cessez de généraliser. Au nombre de policiers qu’il y a dans la province, le nombre de fautifs n’est vraiment pas si grand. La très grande majorité d’entre eux font un travail remarquable et exemplaire.
    Finalement, j’espère que cet événement ne vous fera pas oublier ceux qui nous quittent dans l'exercice de leurs fonctions. Les policiers ont besoin d'être concentrés pour donner le maximum que nous exigeons d'eux. Cessez donc de porter des jugements sur la force policière au grand complet lorsque cela ne concerne que des officiers en particulier.
    La plus pro policier du Témis - 2012-10-11 21:15
  • Stéfanie Trudeau est une policière d'expérience. Ses premières frasques remontent à 1996! Elle a même déjà poursuivi aux « petites créances » un citoyen qui avait porté plainte en déontologie. Faut le faire! Le SPVM aurait dû agir bien avant.
    François Drouin - 2012-10-12 17:53
  • Woops, elle avait vraiment l'air d'une floune à la TV... C'est sûr qu'avec cette expérience, les défaites sont moins faciles à lui trouver...
    J'ai déjà vu des policiers qui ont été obligés de rester au poste un certain temps parce qu'ils n'étaient pas du monde en patrouille, qu'ils étaient trop fougueux, trop impatients, trop impolis. C'était il y a un bon bout de temps mais il me semble que si cela avait été le cas pour Mme Trudeau, le SPVM l'aurait probablement "punie" de cette manière depuis plusieurs années maintenant. Ce n'est pas à leur avantage de ne rien faire et de laisser porter... Le public est le pire juge qui soit et les gens se seraient fait un plaisir de dénoncer cette situation haut et fort. C'est sûr que cela aurait été porté à la connaissance de quelqu'un qui aurait fait péter cette baloune.
    Je ne connais pas l'historique déontologique de Mme Trudeau mais si la plainte portée contre elle par le citoyen dont vous parlez est la seule, y a-t-il vraiment lieu de demander au SPVM d'arrêter les frais dès maintenant? Dans le cas contraire, il y a matière à discussion.
    Mais dans le fond, qu'avons-nous à tant lui reprocher? D'être vraiment mal embouchée, je suis d'accord, de dénigrer des citoyens qui manifestaient et qui font peut-être partie des manifestants qui ont mis Montréal à feu et à sac au printemps? J'ai fait pareil jusqu'à ce que ça se calme pendant l'été. Mais j'imagine que vu que c'est une policière, elle ne doit plus être humaine...
    Pour ma part, je trouve que le plus gros reproche est d'avoir probablement exercé une force plus grande que nécessaire pour arrêter ces personnes.
    C'est sûr que ce sont là de gros reproches mais elle n'a tiré sur personne et elle n'a blessé personne d'après le reportage. Oui elle a sacré, les a traités de tous les noms à la radio mais câline, elle était full adrénaline! Ça s'entendait juste au son de sa voix. Que s'est-il passé avant que l'enregistrement ne commence? On ne le sait pas encore.
    D'un autre côté, c'est certain qu'on ne doit pas attendre que le pire se produise et si elle est un cas problème, elle devra le payer. Mais si ce n'était pas le cas? ... Son "procès" a déjà a été fait sur la place publique et elle a déjà été condamnée. Mais est-elle vraiment coupable? On le saura bientôt et si oui, je serai la première à en parler avec mon entourage mais là, on est dans l'expectative. Je disais juste d'attendre, dans mon autre commentaire. Attendons de voir le résultat de l'enquête, tout d'un coup...
    Cependant, si c'est son genre d'interventions et sa façon régulière d'agir, il faut croire qu'il y en a pour qui le power trip ne diminue pas avec l'expérience et que mon copain se trompait mais quoi qu'il en soit, ce n'est pas parce qu'il y a une pomme pourrie dans le panier que le verger au grand complet est à brûler. Elle, c'est peut-être un cas, ceux qui ont été surpris à dormir, ce sont des cas mais ils ne représentent pas la majorité. La majorité sont des hommes et des femmes respectueux, patients, aimables, polis, qui travaillent fort pour nous aider et faire en sorte qu'on soit en sécurité en tentant d'arrêter le plus de délinquants et de criminels possibles. C'est sûr que lorsqu'ils arrêtent des criminels, ils n'agissent probablement pas comme ils le font lorsqu'ils nous interceptent sur la route. Le contexte n'est pas le même, les conditions de travail non plus. L'adrénaline ne doit pas être au même niveau non plus. Ils font un travail difficile, qui demande du sang-froid. Il y en a qui en manquent et c'est bien dommage car pour le commun des mortels, si un est comme ça, ils sont tous comme ça. Ce n'est vraiment pas le cas. Il faudrait arrêter de généraliser et leur dire qu'on admire leur travail, même si quand ils le font, ça nous coûte généralement beaucoup de sous...
    La plus pro policier du Témis - 2012-10-12 20:24
  • L'historique n'a rien de bien valorisant.

    Des p'tits bouts ici : http://blogues.journaldemontreal.com/liseravary/actualites/la-trahison-du-spvm/

    Là : http://www.canlii.org/eliisa/highlight.do?text=stephanie+trudeau&language=fr&searchTitle=Qu%C3%A9bec&path=/fr/qc/qccq/doc/2003/2003canlii5844/2003canlii5844.html

    Et là : http://www.lapresse.ca/debats/chroniques/patrick-lagace/201210/11/01-4582499-letrange-cas-de-lagente-728.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_aujourdhui-sur-lapresseca_267_article_ECRAN1POS2

    Je vais me permettre un jugement, mais je crois qu'il s'agit d'un cas lourd. Le SPVM a failli. Elle était « full adrénaline »? Comme l'impression qu'il lui en faut pas beaucoup. Mérite-t-elle de se faire détruire publiquement? Non. Mais d'être retirée de la circulation? Ça presse!
    François Drouin - 2012-10-12 22:20
  • Hum...... bon, d'accord, j'abdique partiellement! D'après ce qu'on peut lire, ELLE semble une pomme pourrie agressive et trop fougeuse. Mais ce n'est pas le cas de tous les policiers, là on parle d'une seule personne, il ne faut pas l'oublier. SES façons de faire ont l'air de laisser à désirer. On peut se questionner. ELLE ne mérite probablement plus d'arborer un insigne, de porter une arme ni non plus de faire partie de cette élite qu'est la police. Mais laissons ses boss ou la déonto la sanctionner eux-mêmes. Ce n'est pas notre travail, à nous du public. Oui nous pouvons nous insurger contre ces comportements, en discuter entre nous, nous dire que ça n'a pas de bons sens mais au final, nous ne sommes pas les décideurs légaux. Par contre, ces procès publics font tellement de mal que les vrais décideurs n'ont presque d'autre choix que de donner des sanctions ridicules, les contrevenants ayant déjà chèrement payé bien avant l'audition de leur dossier ou la fin de l'enquête dont ils sont les "vedettes". Il semble même que des menaces contre elle circulent sur les réseaux sociaux. Là, les limites ont été dépassées et on voit ici ce que ces procès publics apportent.
    Mais elle est policière depuis quand? Ses premiers déboires semblent être arrivés en 1996 d'après les liens que vous avez inscrits plus haut. Elle a été l'objet de combien de plaintes sur combien de jours travaillés depuis qu'elle est policière? ...
    Sa moyenne au bâton est-elle si pire?
    J'entends déjà penser bien du monde comme quoi c'est déjà trop et sur le fond, je suis d'accord mais au risque de me répéter, ce ne sont que des humains, d'abord et avant tout, avec tout ce que ça implique. Ils doivent avoir des mauvaises journées eux aussi, comme nous. La différence, c'est que ces mauvaises journées peuvent avoir des conséquences vraiment plus importantes vu la nature de leurs fonctions professionnelles. Dans un monde idéal, ils ne devraient pas se permettre de mauvaises journées c'est sûr. ... Dans un monde idéal...
    Je pense que ses supérieurs devraient la terrer dans un petit poste de quartier en attendant le résultat de l'enquête au lieu de la suspendre. Une suspension représente peut-être des vacances pour elle et ne la fera pas réfléchir mais en abaissant son degré de pouvoir, peut-être qu'elle sera plus ouverte à la réflexion.
    Si son problème est qu'elle est trop caractérielle, sa place n'est assurément pas dans la police, je suis d'accord. Avec tout le pouvoir que leur procure leur badge et leur arme, un policier caractériel représente un réel danger. Quelqu'un qui n'est pas capable de bien gérer la pression et de se contrôler ne peut pas faire ce job. Est-ce son cas ou est-ce plutôt un power trip qui ne redescend pas? Si tel est le cas, peut-être devrait-elle se faire soigner pour revenir sur terre.
    Pour ma part, j'attendrai les résultats de l'enquête pour enlever mes "si", mes "possibles" et mes "semble". C'est sûr que nous en entendrons parler et là, je me ferai une véritable idée, avec toutes les données en mains.
    La plus pro policier du Témis - 2012-10-12 23:48
  • Nouvelle journée, nouveaux reportages... Mes convictions sont en train de fondre comme neige au soleil.....
    La plus pro policier du Témis - 2012-10-14 09:13