Publicité

Dans l'objectif de François Drouin

26 septembre 2011 - 14:13

Une histoire de « craque »

Élue lors de la vague orange qui a balayé tout le pays lors de la dernière élection fédérale, Rathika Sitsabaiesan est député de la circonscription de Scarborough - Rouge River en Ontario. Première représentante d'origine tamoule aux Communes, Mme Sitsabaiesan est en vue au NPD. Jolie, la jeune femme attire les regards... parfois plongeants.

Est-ce pour cette raison que sa photo officielle a été retouchée? Jugez par vous même!
La photo de droite se retrouve sur la page Wikipedia consacrée à Mme Sitsabaiesan.

Cachez cette « craque », par tous les seins... pardon, saints!

La retouche m'agace. Si cette « craque » devait être cachée, pourquoi avoir choisi de porter ce vêtement pour la séance photo? Les bons vieux cols roulés qui ont fait la gloire d'André Caillé auraient été de circonstance. Non, c'est que Mme Sitsabaiesan elle, l'assumait.

Certainement plus qu'une colline parlementaire puritaine qui préfère les demi-vérités aux « craques » de seins. Une députée ne peut-elle être séduisante, ne peut-elle affirmer sa féminité? Surtout que l'on ne parle pas d'un décolleté à la Kathy Perry ou autres insipides starlettes.

L'image, toujours l'image. Je me rappelle les pancartes électorales de la candidate du Bloc dans le comté, Nathalie Arseneault qui affichait une dentition photoshopée. « Votez pour moi, j'ai de belles dents! » Au provincial, Jean D'Amour affichait un flouté épidermique un peu troublant. Quelqu'un a-t-il voté pour lui parce qu'il avait une peau « Dove »?

Vraiment ça m'agace cette histoire d'image qui vient systématiquement se greffer sur un rapport de crédibilité. Parce que sinon, à quand des cheveux pour notre député François Lapointe? J'aime quand un député s'assume, dans ses convictions comme dans son image.

N'empêche, à l'heure où Photoshop est utilisé à toute les sauces pour effacer les petites rides, et surtout rendre un peu plus sexy sans passer par la chirurgie, il est étonnant d'être confronté à la démarche inverse.

Commentaire lu sur Twitter : « dommage, j'aimais bien ses arguments », via @sc72__

Source: The National Post

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides: