Publicité

Dans l'objectif de François Drouin

23 décembre 2010 - 21:52

Dernière minute

3 Commentaire(s)
Bon, ce soir je magasine mes cadeaux. Je sais, je ne suis pas en avance. Je me dirige donc vers le centre-ville où j’affectionne particulièrement ces petites boutiques où l’on se préoccupe du client même une fois l’achat effectué. Mais honnêtement, jeudi soir, c’est pénible. Pas tant la cohue, on est le 23 décembre, alors ça va. Non, c’est la neige qui freine l’élan. Les bancs de neige qui longent la rue Lafontaine, PÉ-NI-BLE un 23 décembre! Parlez-en aux commerçants.



C’est LA période de l’année pour ces commerçants, un effort pour améliorer la circulation et surtout le stationnement aurait été le bienvenu. Ça m’apprendra à sortir en souliers un 23 décembre…

*****

BOXING DAY

Un lecteur, Richard Boudreau, m’a fait parvenir une petite réflexion pas bête du tout sur les publicités du fameux « Boxing Day ». Plus particulièrement, c’est l’utilisation des gants de boxe qui tisse un lien entre ce jour de l’Après-Noël et le monde de la boxe, qui l'agace.

M. Boudreau écrit « Boxing réfère à des boîtes et non à de la boxe. Le Boxing Day est en fait une fête nationale qui date du milieu du 19e siècle dans les pays du Commonwealth ». Un jour qui, selon l’encyclopédie libre Wikipédia, veut que l'on distribue des cadeaux aux plus pauvres. L’ancêtre de nos guignolées en somme.

En poussant mes lectures un peu plus, j’ai appris qu’il s’agissait d’une coutume « british » qui a été officialisée au 19e siècle, mais qui était pratiquée déjà un siècle plus tôt. Le terme « Boxing day » viendrait du fait que le 26 décembre, les domestiques et travailleurs comme le postier ou le laitier, pouvaient enfin ouvrir les présents que daignaient leurs offrir leurs bons maîtres. Pour quiconque a lu un seul roman de Charles Dickens, sait que le présent avait souvent peu à voir avec les trésors de Sa Majesté. Toujours est-il que ces présents étaient offerts… dans des boîtes (« box « en anglais). Par contre, je n’ai aucune idée si c’est de cette manie de tout offrir dans des boîtes que tire l’origine du surnom de « tête carrée ».

Quant aux fameux gants de boxe, suffit de magasiner un 26 décembre dans une grande surface pour comprendre !

Mais c’est justement cette utilisation et cette illustration-là que déplore M. Boudreau. Je dois avouer que maintenant instruit sur l’origine du « Boxing day », je me sens moins confortable avec ces gants qu’on nous brandit à bout de nez alors qu’il s’agit d’une vieille tradition de partage… aujourd’hui devenue synonyme d’achat compulsif, voire frénétique.

*****

En terminant, je voudrais prendre quelques lignes afin de vous remercier de votre présence. C’est apprécié. Votre lectorat et votre participation rendent vivant ce petit blogue et c’est à vous que je le dois. Merci. Je vous souhaite donc à tous et toutes un joyeux Noël et une bonne année 2011. Amour, santé et bonheur.

On se revoit en 2011!

PS : Soyez prudents sur les routes. ;-)

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Toutes vos réactions

3 réaction(s)
  • Et plus près de nous, l'expression réfère aussi au fait que l'on plaçait dans de grandes boîtes les marchandises à écouler rapidement ou à donner à des personnes démunies. De sorte que les gens devaient se précipiter pour se procurer ou obtenir les biens ou denrées qu'ils désiraient... De très heureuses Fêtes, François!
    Sylvain Dionne - 2010-12-23 22:15
  • Merci de cette précision Sylvain.

    Bonnes et heureuses Fêtes à toi aussi ;-)
    François Drouin - 2010-12-23 22:19
  • [...] This post was mentioned on Twitter by Sylvain Dionne. Sylvain Dionne said: RT @F_Drouin: Dernière minute http://bit.ly/gNdbub [...]
    Tweets that mention Dernière minute | Blog à part -- Topsy.com - 2010-12-23 22:42