X
Rechercher
Nous joindre

Malaise

durée 16 novembre 2023 | 17h01
François Drouin
duréeTemps de lecture 2 minutes
Par
François Drouin

Je voulais vous écrire sur l'indécence. Celle de la bande de Gaza et celle de la venue des Kings de Los Angeles pour deux matchs préparatoires au cout de 5 à 7 M$. Mais ce sera pour un prochain billet.

Non, aujourd'hui, le mot du jour est «malaise».

La mort de Karl Tremblay, chanteur des Cowboys Fringants emporté par un cancer, a touché le Québec. Des centaines de milliers de commentaires ont été publiés sur les réseaux sociaux. C'est comme si tout le Québec voulait lui dire un dernier au revoir, lui dire merci pour les chansons, merci pour les spectacles. Merci pour la résistance.

Des milliers d'hommages sentis.

Le plus beau est sans doute celui du journaliste de La Presse, Dominic Tardif.
  >> CLIQUEZ SUR LE LIEN : https://shorturl.at/zDX04

Et puis il y a Pierre-Karl Péladeau, actionnaire de contrôle de l'empire Québecor. Rappelons que TVA, qui appartient à l'entreprise, a mis à pied 547 employés. En ce moment même, Vidéotron à Gatineau, propriété de Québecor, a décrété un lockout auprès de 214 employés qui sont sans contrat de travail depuis 2020.

Je ne sais pas ce qui me met le plus mal à l'aise. Le gars dans CE gilet, «break syndical», porté par un farouche opposant aux syndicats, le fait qu'il soit trop serré, les deux montres (une à chaque poignet), ou que le principal intéressé bloque les commentaires sous sa publication.

C'est cheap, facile, froid. Je me sens aussi inconfortable en la regardant que PKP apparait sur la photo.

Karl Tremblay mérite mieux. Beaucoup mieux. Allez lire le texte Dominic Tardif : https://shorturl.at/zDX04

NB: Pierre-Karl Péladeau a tout à fait le droit d'apprécier et d'aimer la musique des Cowboys, mais la photo est maladroite, malaisante... de mauvais gout. En espérant que l'intention était noble.

NB2: Second malaise, le ministre Bernard Drainville qui chante (inutilement) Toune d'automne. [long soupir] Pour le malaise, c'est là : https://www.journaldequebec.com/2023/11/16/bernard-drainville-chante-une-chanson-des-cowboys-fringants-en-point-de-presse

commentairesCommentaires

1

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

  • PS
    Pierre Sénéchal
    temps Il y a 2 mois
    La classe politique et les affairiste ont bien essayé de faire du surf sur l'immense
    deuil engendré par le décès de Karl Tremblay et c'était par bout extrêmement malaisant
    de voir tout ceux que les cowboys fringants dénonçaient s'approprier le deuil d'un peuple.

    C'est sans compter les crapules qui ont voulu capitaliser sur la vente odieuse de billets gratuits
    pour le dernier hommage au centre Bell à notre Cowboy national ...
    Ce n'était pas seulement malaisant, c'était profondément écœurant.

    Revendre 500$ des billets gratuits .... ben wayons donc.