Publicité

Dans l'objectif de François Drouin

11 avril 2019 - 11:35

Papa, c’est quoi un climatosceptique ?

3 Commentaire(s)

Mon fils de 11 ans m'a demandé :

- Papa, c’est quoi un climatosceptique.

Comment lui répondre... ?

- C'est comme un fumeur.

Explications.

Le fumeur qui se dit:  j'ai fumé une cigarette, ça ne m'a pas tué. J'en ai fumé une autre et c’était pas plus mal. Le lendemain, j’ai fumé et je me sentais bien. Alors, il est où le problème ?

Mon père a été fumeur pendant plus de 50 ans. «J'ai les poumons roses, mon médecin n’en revient pas», qu’il nous disait. En novembre dernier, le médecin en est revenu. Cancer du poumon. En décembre, il recevait son premier traitement de chimiothérapie, en janvier c'était le début de la radio et maintenant c'est l'immunothérapie. Il n'en guérira pas, mais il se bat contre la maladie pour la repousser, retarder sa progression.

La planète l'a eu elle aussi son diagnostique et ce n'est pas plus rose que les poumons de mon père.

Un fumeur, c'est l'ancêtre du climatosceptique.

«As-tu vu l'hiver qu'on a eu ? Me semble que la terre est supposée se réchauffer... bullshit le réchauffement, on se gèle le c… !»

Mon but n'est pas de vous convaincre que les changements climatiques sont bien réels. Nous n’en sommes plus là. Même mon fils de 11 ans le sait que le réchauffement climatique n’est pas qu’une histoire de cycle. Il fait sa part, il pose des petits gestes, mais qui répétés et reproduits par des millions d’autres font une différence. On devrait tous s’y mettre, on est en 2019, non ?

Non.

Non, parce que la terre est plate. Pardon ? Aux États-Unis, ils sont près de 12 millions (!) à y croire. Alors, imaginez combien ils peuvent être nombreux à douter du réchauffement climatique !

Pendant des années plusieurs ont défendu les «vertus» du tabac. «La science n'est pas claire, les études ne sont pas formelles, il n'y a pas de preuve...»

Même discours aujourd'hui. On se base sur un feeling qu’on rassure à coups d’études bidon, à coups de raccourcis intellectuels, de doutes alambiqués.

- Alors mon grand, un climatosceptique, c'est comme papi. C'est quelqu'un qui s'empoisonne et parce qu'il ne le voit pas, qu’il ne le sent pas, il reste persuadé que ça n'a pas d'impact, que ça n'arrivera que bien plus tard, que c'est un phénomène purement naturel. Que si on en parle autant, c'est la faute aux médias, aux profs, à la gauche, aux scientifiques, à Catherine Dorion, aux carrés rouges, à Greenpeace, aux lobbys environnementaux aux enverdeurs. On va même te parler de religion «verte»…

Le climatosceptique c'est l'enfumeur planétaire. Le climatoscepticisme c’est le tabagisme de ta génération.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Toutes vos réactions

3 réaction(s)
  • J’adore le parallèle! Lumineux, intelligent. Encore un excellent billet monsieur François. Je le partage avec plaisir.
    Lecteur - 2019-04-13 18:08
  • Merci ! C'est apprécié.
    François Drouin - 2019-04-17 10:15
  • C’est facile de ne regarder que d’un coté de la lorgnette. Un climatoseptique peut être aussi une personne qui lit beaucoup et qui s’informe aux bons endroits et qui ne gobe pas tout ce que les fanatiques de l’ecologie disent. Savons-nous seulement ce qu’est le réchauffement climatique ? Plusieurs ne savent ou ne veulent pas savoir que nous sommes dans un cycle de réchauffement d’environ 40 000 ans. Quoi qu’onfasse La terre se réchauffe. Il y a 5000 ans le Québec était recouvert de glace. Tout a fondu et il n’y avait pas d’autos ou d’usines. Maintenant oui nous polluons et abîmons notre atmosphère respirable. Il est important d’intervenir pour se donner une bonne qualité d’air respirable pas pour arrêter le réchauffement de la planète mais on ne veut pas dire cette vérité. Pourquoi ? Parce que certains verraient leurs intérêts monétaires diminuer. On aime mieux mentir et taper sur la tête du citoyen ordinaire. Mais les grands pollueurs eux on ne leur touche pas on évite de brasser trop leur cage dorée. Meme certains grands scientifiques bien connus évitent de montrer cette vérité. On verse dans l’excessif continuellement. Je suis écœuré de ces propos excessifs culpabilisants, ras-le-bol. Ce n’est pas de cette façon qu’on va convaincre la population de participer à une action collective de conservation et d’amelioration de notre milieu de vie.
    Mike - 2019-07-08 19:57