X
Rechercher
Nous joindre
Publicité

«Je veux me rendre le plus loin possible» - Mélina Laplante

durée 14 octobre 2023 | 06h03
  • Marc-Antoine Paquin
    Par Marc-Antoine Paquin

    Journaliste

    Quand l’invitation d’affronter l’une des meilleures boxeuses de sa catégorie au pays dans le cadre d’un gala d’envergure s’est présentée, Mélina Laplante n’a pas hésité : elle l’a acceptée. Et aujourd’hui, malgré la défaite qu’elle a vécue samedi soir, la Louperivoise n’a pas perdu une miette de sa détermination, même que celle-ci brule peut-être encore plus fort. «J’ai simplement la confirmation que c’est ce que je veux faire de ma vie: boxer», a-t-elle partagé. 

    Moins de 48 heures après ce duel tout spécial, lequel était organisé par le Groupe Yvon Michel en sous-carte d’un important gala de championnat du monde, à la Place Bell de Laval, l’athlète de 19 ans regardait déjà vers l’avant. Elle n’a pas peut-être pas remporté le combat aux poings, comme elle l’espérait, mais elle est ressortie gagnante de cette expérience hors de l’ordinaire. Elle en est convaincue. 

    Chose certaine, le défi était de taille pour Mélina Laplante, et ce, à plusieurs niveaux. Son adversaire, Alessia Mansueto, du Club de boxe Ring 83 de Montréal, est une grosse pointure de sa division au Canada, elle qui est à la fois championne canadienne, triple championne provinciale et championne des Jeux du Canada.

    Le combat avait aussi lieu en terrain ennemi, dans la région métropolitaine, devant des caméras de télévision et des milliers de spectateurs. Une foule imposante – voire intimidante – qui est arrivée tôt pour assister à tous les combats de la soirée dont le point culminant était celui de la Québécoise Kim Clavel. 

    Lors de son entrée vers le ring, Mélina a été frappée par le nombre de personnes présentes. Son portrait, ses mensurations et ses statistiques étaient également sur l’écran géant, à l’image d’une professionnelle. Dire que la fébrilité était au rendez-vous est un euphémisme.  

    «Sans vouloir me trouver une excuse, j’avoue que j’ai été surprise», a-t-elle avoué, dimanche. «Je croyais que les gens allaient arriver vers la fin du gala pour voir le combat principal, mais la majorité était déjà arrivée.»

    Résultat des circonstances ou non, la Louperivoise n’a pas réussi à s’imposer comme elle le voulait lors du premier de trois rounds. Elle s’attendait à un rythme élevé et elle a été servie, mais malgré la tempête, elle a résisté aux coups rapides et vifs de son adversaire. 

    Courageuse, Mélina ne s’est pas laissé abattre et plus le combat a avancé, plus elle a gagné en confiance. Au deuxième round, elle a de nouveau été assénée de coups, mais elle a aussi commencé à toucher la cible et à répliquer. Au troisième et dernier round, elle a finalement brillé, profitant de la fatigue de son adversaire pour l’atteindre avec des attaques longues et de belles touches. 

    Au final, sa fin de combat n’a toutefois pas été suffisante pour l’emporter. Elle n’a pas été déclassée et a fait belle figure sur la plus grande scène de sa jeune carrière, malgré une décision unanime des juges. 

    «Je suis satisfaite de ma performance, malgré tout. J’ai su gérer mon stress et m’adapter à une adversaire qui frappe fort. J’ai vu une amélioration comparativement à l’année dernière, donc je suis sur la bonne voie», a-t-elle analysé avec beaucoup de maturité. «J’ai pu aussi voir que tous les sacrifices que j’ai faits jusqu’à présent portent fruit», s’est-elle réjouie. 

    FIERTÉ

    Pour l’École de boxe olympique de Rivière-du-Loup et son entraineur, Mathieu Lavoie-Dion, l’expérience générale a été synonyme de grande fierté. Mélina a impressionné, et force est aujourd’hui de constater que l’athlète a fait énormément de chemin depuis ses débuts en boxe éducative, il y a déjà neuf ans. Une participation à un gala «pro-am» de cette envergure est une expérience peu banale pour une athlète de son âge. C’est aujourd’hui un morceau important de son bagage d’athlète.

    «Le temps s'est arrêté pour nous pendant quelques secondes lors des présentations. Nous avions le cœur rempli de fierté de la voir fouler ce ring aussi naturellement que n'importe quel autre ring, comme si c'était une autre journée au bureau», a imagé Mathieu Lavoie-Dion, admiratif. 

    «Mélina revient à la maison gonflée à bloc, motivée plus que jamais à mettre les bouchées ''quadruples'' pour évoluer au sommet de la boxe féminine québécoise. Ce combat était une marche de plus, une marche dorée», a-t-il souligné. 

    Une affirmation que la principale intéressée a confirmé par elle-même. «Cette expérience m’a motivée à tripler mes efforts pour réaliser mes rêves. C’est juste le début j’en suis convaincue, je veux me rendre le plus loin possible.»

    Pour la suite, Mélina sera de retour dans l’action rapidement. À la fin octobre, elle participera aux Gants dorés, une compétition qui rassemble les meilleurs boxeurs et boxeuses au Québec. Elle tentera alors de se qualifier une nouvelle fois pour les championnats canadiens qui auront lieu en décembre. En 2019, à sa première participation, elle avait mis la main sur une médaille de bronze. 

     

    commentairesCommentaires

    0

    Publicité

    RECOMMANDÉS POUR VOUS


    18 juin 2024 | 14h46

    Leïla Beaudoin en sous carte d’un combat majeur en aout 

    Leïla Beaudoin n’a pas patienté longtemps avant de savoir quand elle remontera sur un ring de boxe dans le cadre d’un combat professionnel. Quelques jours après avoir vu son 12e combat être annulé, l’athlète du Témiscouata a eu la confirmation qu’elle se battra en sous-carte du combat qui opposera Christian Mbilli et Sergiy Derevyanchenko, le 17 ...

    17 juin 2024 | 6h53

    Charlie Caron perce le top 10 mondial

    Justine Pelletier, Anthony Couturier, Michaël Laverrière, Elliot Bérubé…Les athlètes originaires de Rivière-du-Loup sont de plus en plus nombreux à s’illustrer sur la scène internationale dans leur sport respectif. Ajoutez maintenant le nom de Charlie Caron à cette liste de choix – et non exhaustive ! Le Louperivois a récemment pris le 9e rang de sa ...

    11 juin 2024 | 14h24

    Les 27e Jeux régionaux de la FADOQ du Bas-Saint-Laurent

    Cette année, les Jeux régionaux de la FADOQ du Bas-Saint-Laurent se déroulent dans quatre municipalités de la région, du 29 avril au 11 juin. Malgré les deux disciplines à venir ce mois-ci, ce sont déjà plus de 319 participants et bénévoles qui ont pris part aux jeux depuis la fin avril. Le tout a débuté le 29 avril dernier au Salon de Quilles de ...