Publicité
11 novembre 2019 - 06:02

Les 3L dégringolent au dernier rang de la Ligue nord-américaine de hockey

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Toutes les réactions 1

La chance n’a pas souri aux 3L de Rivière-du-Loup lors du weekend dernier. Ils ont d’abord encaissé un dur revers de 7 à 2 contre le Cool FM de Saint-Georges, avant de perdre à nouveau le lendemain, cette fois devant leurs partisans au Centre Premier Tech, par la marque de 6 à 2 contre l’Assurancia de Thetford Mines le 10 novembre.

Cette séquence de quatre défaites consécutives relègue ainsi les 3L en toute dernière position de la Ligue nord-américaine de hockey, une situation peu enviable pour les joueurs louperivois, qui avaient également éprouvé des difficultés en novembre lors de la saison dernière.

«Il faut qu’on fasse quelque chose. Il nous manque Bolduc, c’est un gars important dans le vestiaire et sur la glace. C’est sûr qu’il va falloir qu’on bouge cette semaine, changer l’alignement, brasser la sauce ou amener des joueurs. On essaie des vidéos, des réunions, on a une réaction une période et au moment où c’est plus difficile, on abandonne, ou on arrête de se battre. C’est un peu difficile à gérer», analyse l’entraineur des 3L de Rivière-du-Loup, Benoit Laporte.

Christophe Losier, Joey Ratelle, Vincent Dunn, Maxime Lecours, Alexandre Tremblay et Simon Bourque ont touché le fond du filet pour l’Assurancia de Thetford Mines. Rivière-du-Loup a répondu avec des buts de Michaël Rhéaume et de Philippe Charbonneau. Le gardien partant des 3L, Mathieu Corbeil, a éprouvé des difficultés en début de période et a été retiré après avoir laissé passer 5 rondelles sur 15 tirs. Il a été remplacé par Guillaume Decelles, qui a cédé une seule fois. 

L’entraineur des 3L Benoit Laporte refuse catégoriquement de laisser ses gardiens porter le blâme des déboires de son équipe. Il estime qu’ils n’ont pas la tâche facile, devant répondre souvent à des situations de 2 ou 3 contre 1 en défensive.

«On peut sentir qu’il y a beaucoup de tensions et d’insécurité. On dirait qu’on joue nerveusement, tout le monde a peur de faire des erreurs. Tout le monde veut bien faire, mais quand on essaie de trop bien faire, on se crée nous-même des erreurs. C’est ça qui nous fait mal en ce moment», estime le capitaine des 3L de Rivière-du-Loup, Jean-Philip Chabot. Ce dernier croit que les joueurs doivent revenir à la base, et jouer en ayant en tête l’identité de l’équipe, bâtie pour être efficace en échec avant, et éprouvante à affronter en tous points de vue. Une défaite de 6 à 5 contre les Pétroliers de Laval le 2 novembre, alors que les 3L menaient 5 à 2 au début du 3e engagement a sans aucun doute ébranlé la confiance de la troupe menée par Benoit Laporte.

Le prochain match des 3L de Rivière-du-Loup aura lieu le 15 novembre prochain au Centre Premier Tech de Rivière-du-Loup à 20h. Ils affronteront les Éperviers de Sorel-Tracy.

Publicité


Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • Y a tu quelqu'un qui peut me dire si les joueurs des 3L ont des pratiques ensemble pendant la semaine? A ma connaissance non... dû au fait que les joueurs viennent de loin et qu'ils ont autres occupations.. Cela ne doit pas être facile... Dans le fond, les match servent de pratique

    Steeve - 2019-11-11 08:13