Publicité
10 mai 2019 - 15:56

Hydro-Québec et les inondations printanières au lac Témiscouata : une 3e consécutive en vue?

Je possède un terrain sur le bord du lac Témiscouata et mon terrain subit beaucoup d’érosion, surtout en période printanière et pourtant même si Hydro-Québec opère un barrage techniquement moderne et automatisé, géré depuis Baie-Comeau.

Hydro-Québec a de la difficulté à évaluer nos hivers dans le Témiscouata; les données météo ne se rendent pas à Baie-Comeau. Habituellement, l’ouverture des vannes se fait au mois d’avril et selon les données d’Hydro-Québec (2004-2018) la moyenne se situe vers le 5 avril. Au printemps 2016 avec un hiver pas trop neigeux, ouverture des vannes le 7 avril : pas de dégât. Au printemps 2017, avec un hiver plus neigeux, les vannes ont été ouvertes encore le 7 avril : nous avons eu droit à une belle inondation. Au printemps 2018, avec un hiver semblable à 2017, les vannes ont été ouvertes seulement le 18 avril : une autre belle inondation; les opérateurs d’Hydro-Québec dormaient au gaz. Heureusement que les printemps 2017 et 2018 n’ont pas été trop pluvieux. Au printemps 2019, avec le gros hiver qu’on connait, aura-t-on droit à un autre épisode d’inondation?

«Garder les niveaux d’eau au maximum permis dans ses différents bassins» n’est pas de bon augure pour nous les riverains. Hydro-Québec respectant sa politique, avec les étés qu’on connait, a commencé à emmagasiner son eau en fermant progressivement les vannes du barrage. Selon les données d’Hydro-Québec, le débit mètre/cube/seconde était le 20 janvier 2019 : 60 Mc/seconde, le 28 février 2019 : 30 M/c/seconde, le 15 mars 2019 : 16.42/Mc/seconde. À partir du 18 mars, Hydro-Québec a accentué la fermeture des vannes si bien que le 21 mars 2019, le débit a chuté à 11.74/Mc/seconde; est-ce que la fermeture des vannes va continuer? La politique d’Hydro-Québec va à l’encontre de toute logique : la fonte des neiges apporte beaucoup d’eau et Hydro-Québec «charge le lac» empêchant son écoulement naturel et s’il y a inondation qui subit et paie les dégâts?

Changer son modus opérandi, Hydro-Québec devra être pro actif dans sa gestion de l’eau du lac Témiscouata et devrait tenir compte des statistiques météo (précipitations de neige) et des prévisions printanières disponibles pour le Témiscouata. Le gestionnaire ne semble pas tenir compte de ses erreurs passées et garde le même modus opérandi. Avec le gros hiver 2019, un gros coup d’eau printanier est à prévoir; pourquoi ne pas laisser le lac se vider naturellement? Ainsi le lac pourrait mieux absorber la débâcle printanière avec moins de risque de débordement. Lorsque le niveau d’eau de la débâcle baissera, Hydro-Québec pourra fermer les vannes du barrage.

Un riverain «tanné» de faire briser son terrain.

 

Roger Beaulieu

Dégelis

Publicité