Publicité
28 février 2019 - 08:00 | Mis à jour : 2 mars 2019 - 01:04

Desjardins : Agir

On voit et on entend beaucoup de commentaires ces temps-ci sur Desjardins. Ces commentaires portent principalement sur la diminution des services, soit des points de services, soit des guichets.

Il y a effectivement une diminution de services mais il semble qu’elle réponde aux besoins de la majorité des membres. Malheureusement en privant au passage quelques individus.

Lors de son passage devant la Commission sur l’aménagement du territoire l’an dernier, le président du Mouvement Desjardins, M. Guy Cormier a bien précisé que Desjardins n’était pas un établissement public ou un organisme sans but lucratif. C’est une coopérative, c’est-à-dire un regroupement de membres qui se donnent des services et dont les profits leur sont retournés ou sont investis dans la communauté. Contrairement à une banque dont l’objectif est de rapporter le meilleur rendement à ses actionnaires.

Mais Desjardins offre des services financiers et, dans cette optique, doit répondre aux critères de rentabilité exigés mondialement par les Accords de Bâle III suite à la crise financière de 2009. Rappelons, pour la petite histoire, que si Alphonse Desjardins a supporté l’ouverture de 197 caisses, il en a aussi fermé 47 pour non-rentabilité. Et Desjardins demeure l’institution financière la plus présente partout au Québec.

Si, à cause des changements dans les habitudes des gens, à cause des facilités créées par internet, il y a diminution des besoins de services, c’est aux membres de chaque caisse de décider ce qu’on veut conserver. Le Mouvement, i.e. la Fédération des Caisses Desjardins, donne des directives. Mais c’est localement qu’on décide des moyens.

S’il y a un service qui est non-rentable, on peut en assemblée décider de le conserver. Pour maintenir la rentabilité, on peut payer plus cher pour nos emprunts ou recevoir moins d’intérêts sur nos dépôts ou recevoir moins de ristournes ou diminuer les commandites dans la communauté. Évidemment, il faudra mesurer les impacts que de telles mesures auront sur les résultats puisque plusieurs magasineront ailleurs.

Ce sont principalement les personnes âgées qui sont victimes des changements (difficulté à se déplacer, non-accès à internet, difficulté à changer ses habitudes, etc…). Plusieurs caisses trouvent des moyens originaux de leur dispenser des services : navette pour se déplacer au point de service, présence régulière dans des résidences pour personnes âgées, etc…

Les assemblées générales des Caisses auront lieu dans les prochains mois. Allez-y et faites valoir votre point de vue. Demandez des alternatives aux changements et sachez ce pour quoi vous votez. Et, pourquoi pas, vous présenter aux élections au conseil d’administration.

 

Michel Samson

Notre-Dame-du-Portage

 

Publicité