X
Rechercher
Nous joindre
Publicité

Harold LeBel est reconnu coupable d'agression sexuelle

durée 23 novembre 2022 | 15h35
  • François Drouin
    Par François Drouin

    journaliste

    L'ancien député de Rimouski - Neigette, Harold LeBel, a été reconnu coupable de l'accusation d’agression sexuelle à laquelle il faisait face. Le jury a rendu son verdict à 15 h 40 ce 23 novembre.

    Les 12 membres du jury, neuf femmes et trois hommes, délibéraient depuis deux jours au palais de justice de Rimouski. Au prononcé du verdict, Harold Lebel est resté de marbre, ne laissant entrevoir aucune émotion.

    Le juge Serge Francoeur a entériné la décision. Ce dernier a remercié les membres du jury pour leur attention lors des deux semaines du procès, du sérieux qu’ils ont démontré, mais aussi de l’écoute dont ils ont fait preuve.

    «Les représentations sur sentences seront importantes», a annoncé le juge Francoeur après un ajournement d'une quinzaine de minutes. Me Maxime Roy qui défend l'accusé a souligné qu'il allait faire le tour de la jurisprudence et n'a pas caché qu'il était ouvert à une suggestion commune pour la sentence avec le ministère publique.

    Les parties se retrouveront lors d'une prochaine séance prévue le 6 décembre à 14 h via Teams pour les observations sur la peine. «On s'arrêtera des échéances, soit pour une présentation de suggestion commune soit pour des représentations de preuves additionnelles, [on prendra] le temps qu'on a besoin et on trouvera des dates rapprochées», a précisé le juge Francoeur.

    Mardi, le jury avait demandé à réécouter une partie du témoignage de la plaignante.

    ***

    Harold LeBel a été accusé d’agression sexuelle en lien avec des gestes qu’il a posés en octobre 2017 à son condo de Rimouski alors qu'il était député du Parti québécois. Il s'était alors retiré du caucus et a siégé comme indépendant jusqu'à la fin de son mandat à l'automne dernier.

    Trois témoins ont été entendus au cours de ce procès, soit un technicien en identité judiciaire de la Sûreté du Québec, la plaignante et l’accusé. Des textos et des échanges de courriels ont aussi été présentés en preuve lors du procès.

    Harold LeBel s’était défendu en disant qu’il n’avait aucun souvenir des gestes qu’il était accusé d’avoir posés lors de cette soirée d’octobre 2017. La plaignante avait relaté que l’accusé l’avait embrassée, avait dégrafé son soutien-gorge et lui avait touché les fesses et l’anus «pendant toute la nuit.»

    Une ordonnance de non-publication protège l’identité de la plaignante, ainsi que celle des membres du jury.

    L’ex-député de Rimouski, Harold Lebel, a été arrêté à son domicile de Rimouski le 15 décembre 2020 par la Sûreté du Québec pour une accusation d’agression sexuelle. Il a été retiré du caucus du Parti québécois pour la durée de l’enquête et du processus judiciaire.

     

    commentairesCommentaires

    0

    RECOMMANDÉS POUR VOUS


    1 décembre 2022 | 11h17

    Disparue depuis 15 ans: la SQ toujours à la recherche d'Annie Proulx

    La Sûreté du Québec sollicite de nouveau l’aide du public afin de retrouver Annie Proulx, disparue depuis 2007 à Rimouski. Le 30 novembre 2007, Annie Proulx, 37 ans, aurait été vue pour la dernière fois dans le secteur de Rivière Hâtée du quartier Bic à Rimouski. Nous savons qu’à ce moment, elle aurait manifesté l’intention de se rendre dans la ...

    1 décembre 2022 | 10h49

    Alexandre Imbeault: la SQ maintient l'avis de recherche

    La Sûreté du Québec n'entend pas répondre à la demande d'Alexandre Imbeault visé par un avis de recherche. Le corps policier qui assure faire preuve d'empathie n'entend donc pas cesser ses démarches. «Ce que nous avons comme information c'est que l'individu est désorganisé et qu'il a besoin d'aide. La vidéo qu'il a mise en ligne n'a fait que nous ...

    30 novembre 2022 | 18h15

    Alexandre Imbeault donne signe de vie

    L'homme de 35 ans de Cacouna, Alexandre Imbeault, visé par un avis de disparition émis par la Sûreté du Québec a finalement a publié un vidéo ce mercredi dans lequel il affirme qu'il va bien, qu'il n'est pas un danger ni pour la société, ni pour lui-même. Il demande à la Sûreté du Québec de retirer l'avis de disparition et de le laisser revenir. ...