Publicité

18 août 2022 - 11:01 | Mis à jour : 11:32

Conduites avec les facultés affaiblies: trois interceptions en une semaine à Rivière-du-Loup

Info Dimanche

Par Info Dimanche, [email protected]

En cinq jours la semaine dernière, les policiers de la MRC de Rivière-du-Loup sont intervenus dans trois évènements reliés à la conduite avec les facultés affaiblies à Rivière-du-Loup. Délit de fuite, refus de souffler dans l'appareil éthylométrique sont au menu.
 
D’abord , dans la nuit du mercredi 10 aout un peu avant 4 h, les patrouilleurs de la Sûreté du Québec sont intervenus sur les lieux d’une collision sur la rue St-Magloire. Un motocycliste de 28 ans de Rivière-du-Loup circulant seul aurait effectué une fausse manœuvre. Sa moto a heurté la bordure de ciment à proximité du pont de la voie ferrée et le conducteur a été éjecté.

Lors de l’interpellation du motocycliste, les policiers ont constaté que ce dernier présentait des signes de conduite avec les facultés affaiblies par la drogue. L’individu a échoué les épreuves de coordination de mouvement et il a été conduit au centre hospitalier de Rivière-du-Loup pour des blessures mineures. Un prélèvement sanguin a été exigé.
 
La motocyclette a été saisie puisqu’il ne détenait aucun permis de conduire valide et un constat d’infraction lui sera acheminé.

SAMEDI 13 AOUT
 
Dans la nuit du samedi 13 aout vers 3 h des citoyens ont signalé aux policiers qu’un véhicule aurait quitté le secteur du centre-ville alors que le conducteur démontrait des signes d'état d’ébriété. Les patrouilleurs ont ratissé le secteur. Quelques minutes plus tard, un homme témoin d’une collision entre un véhicule correspondant à celui recherché par les patrouilleurs et des panneaux de signalisation ainsi qu'un poteau à l’intersection des rues Jeanne-D’Arc et St-André a permis aux policiers d’intercepter les suspects qui avaient fui les lieux sur le boulevard Armand-Thériault.

Lors de l’interception, des éléments ont permis aux policiers de déterminer que le conducteur était plutôt le passager au moment de la collision et vice versa. Les deux individus ont été arrêtés pour conduite avec les capacités affaiblies par l’alcool et le conducteur qui a causé la collision de délit de fuite. Ils ont été conduits au poste de police pour subir les tests à l’aide de l’appareil éthylométrique.

L’individu qui était donc conducteur au moment de la collision, un homme de 36 ans de Laval (et passager au moment de l’interception) a refusé de se soumettre au test. L’individu qui conduisait au moment de l’interception un homme de 22 ans lui aussi de Laval a pour sa part fourni des échantillons d’haleine supérieurs à plus du double de la limite par la loi.
 
Les deux hommes ont été remis en liberté sous promesse de comparaître assorties de diverses conditions et ils devront se présenter à la cour à une date ultérieure. Le véhicule a été saisi puisque l’individu qui était au volant au moment de l’interception ne détenait aucun permis de conduire. Après enquête et rencontre de témoins des accusations supplémentaires pourraient être portées contre les deux individus pour conduite dangereuse dans les moments précédent la collision au centre-ville.
 
DIMANCHE 14 AOUT
 
Et finalement le dimanche 14 aout vers 2 h, les policiers qui étaient stationnaires sur la rue St-Laurent ont remarqué qu’un véhicule circulant sur la rue Lafontaine avait embouti et franchi une barrière indiquant «Route barrée» dû à une entrave. Le conducteur a fait marche arrière et il a fui les lieux par la rue St-Anne. Les agents ont informé les autres patrouilleurs en donnant le signalement du véhicule suspect et ce dernier a été intercepté.

Le conducteur un homme de 26 ans de Rivière-du-Loup a été arrêté sur la rue St-André. Il a été conduit au poste pour subir des tests à l’aide de l’appareil éthylométrique. Il a refusé de se soumettre au test.
 
Son véhicule a été saisi et il a reçu un constat d’infraction pour avoir franchi une route barrée. Il a été libéré sous promesse de comparaitre sous des accusations possibles de conduite avec les capacités affaiblies par l’alcool et de refus de fournir un échantillon d’haleine.

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article