X
Rechercher
Nous joindre
Publicité

Amélia St-Pierre, porteuse du flambeau de la 56e Finale des Jeux du Québec

durée 3 mars 2023 | 06h51
  • Marc-Antoine Paquin
    Par Marc-Antoine Paquin

    Journaliste

    La Finale des Jeux du Québec de Rivière-du-Loup sera spéciale pour des milliers d’athlètes québécois, mais peut-être un peu plus pour Amélia St-Pierre. Non seulement l’athlète louperivoise participera à ses premiers Jeux à seulement 14 ans, elle sera aussi au cœur des cérémonies d’ouverture à titre de porteuse du flambeau, chez elle, devant ses proches. 

    Amélia St-Pierre, qui pratique le badminton, s’est qualifiée pour les Jeux du Québec en novembre dernier lors d’une compétition de sélections tenue à Amqui. Elle s’est positionnée parmi les trois meilleures joueuses de moins de 18 ans au Bas-Sain-Laurent. 
    Un exploit remarquable.

    «Je n’étais même pas censée être présente [aux sélections]. Je les faisais pour avoir, peut-être, le rôle de remplaçante sur l’équipe de l’Est-du-Québec», s’est souvenu la jeune femme, rencontrée à quelques jours de la cérémonie, en marge d’un entrainement au Collège Notre-Dame.

    «Mais à mon dernier match, j’ai donné tout ce que j’avais et je l’ai eu, j’ai réussi à me qualifier», a-t-elle ajouté, bien heureuse du dénouement de cette compétition.

    Non loin, son père, Luc St-Pierre, entraineur des Albatros du Collège Notre-Dame, acquiesce. «Au départ, je ne pensais même pas l’amener aux sélections. L’idée était de lui faire jouer des parties, prendre de l’expérience contre des joueuses plus âgées, mais elle a réussi à se classer!», a-t-il raconté. 

    «Les athlètes présentes étaient U18, donc des élèves de secondaires 5 nées en 2006. De son côté, Amélia est en secondaire 2, dans l’U15. Avec trois ans d’écart, on ne s’attendait pas à ça.»

    Malgré la surprise, Amélia St-Pierre n’a pas volé sa place et a mérité de représenter la région sur l’une des plus grandes scènes du sport amateur au Québec. Sa belle histoire est d’ailleurs au cœur de sa nomination par la délégation de l’Est-du-Québec comme porteuse du flambeau de la 56e Finale. Un rôle honorifique - et historique - pour cette grande fête d’ouverture qui célébrera les 50 ans d’histoires des Jeux du Québec. 

    «Qu’elle ait réussi à se qualifier à son âge, dans une discipline où très peu de places sont disponibles, c’est assez incroyable. C’est aussi pourquoi nous voulions la féliciter et nous  sommes très fiers qu’elle soit notre porte flambeau», a souligné Josée Longchamps, cheffe de délégation de l’Est-du-Québec.

    Selon toute vraisemblance, lors de la cérémonie protocolaire du 3 mars, Amélia Saint-Pierre recevra le flambeau des mains de Serge Chouinard, porteur de la flamme des premiers Jeux du Québec de Rivière-du-Loup en 1971. Pour ce dernier, un athlète en athlétisme, il s’agira d’un échange symbolique. Un relais à la relève. 

    La jeune femme allumera ensuite la vasque installée devant le Centre Premier Tech. Un moment qui demeurera dans les archives et ses souvenirs pour de nombreuses années. 

    «C’est un grand honneur d’avoir été choisie, quelque chose de vraiment spécial», a confié Amélia. «Mes parents et mon frère sont très excités, moi aussi évidemment.»

    «Comme père et entraineur, c’est certain qu’il y a un sentiment de la fierté. Quelque part, c’est une chance unique. Il n’y a qu’une personne pour porter le flambeau…», a ajouté Luc St-Pierre. 

    SAVOURER LE MOMENT

    Naturellement, Amélia St-Pierre compte savourer chaque moment au cours des prochains jours, d’autant plus qu’elle vivra ses premiers Jeux du Québec dans des installations familières et qu’elle pourra compter sur l’appui de ses proches et de ses ami(es). 

    Il faut aussi souligner que la jeune femme a été gravement malade la fin de semaine dernière. Une vilaine gastro l’a forcée à être hospitalisée, levant du même coup certaines inquiétudes sur sa participation aux Jeux. Heureusement, tout va maintenant pour le mieux. Elle sera de la cérémonie et prête à faire de son mieux lors des compétitions individuelles et par équipe. 

    «Dormir dans ma propre école avec les athlètes de l’Est-du-Québec, vivre l’encadrement d’une compétition aussi importante, avoir ma famille à proximité…Je sais que ce sera une expérience hors du commun. Il y a une dose de stress, mais j’ai hâte de vivre tout ça», a-t-elle lancé.

    Sportivement, le défi sera grand, il n’y a pas de cachette. De l’autre côté du filet, Amélia retrouvera les meilleures joueuses U18 au Québec, mais aussi certains des meilleurs athlètes masculins de 17 ans lors de parties mixtes. Le calibre sera très relevé, mais ce sera toute une expérience pour la suite de son développement. 

    «Il faudra que je garde en tête que je suis plus jeune que les autres athlètes présents. Ce sera important, a-t-elle analysé. En même temps, je veux en profiter, m’amuser et donner mon maximum.»

    «Quand on dit qu’on apprend avec les meilleurs…Elle va affronter les meilleures raquettes de la province, des athlètes trois ans plus âgées. C’est sûr que ce sera de l’expérience, une aventure», a sagement rappelé son père. 

    UN AHLÈTE TALENTUEUSE ET DISCIPLINÉE 

    Amélia St-Pierre pratique le badminton depuis déjà plusieurs années, elle qui a suivi les traces de son paternel qui est au cœur des succès des athlètes du Collège Notre-Dame depuis plus d’une décennie. Bien qu’elle ait fait de la danse et joué au basketball, elle remarque que le badminton a toujours été présent. 

    «J’étais en cinquième année du primaire quand j’ai commencé à m’entrainer avec le Collège Notre-Dame. À mon entrée au secondaire, j’ai joint la concentration et j’en suis à ma deuxième année», a-t-elle résumé. 

    Championne régionale en titre chez les benjamines, elle aime le sport pour la vitesse du jeu et le sentiment unique de se déplacer sur le terrain lors d’un échange. En double et en mixte, elle apprécie aussi la complicité qui se développe avec sa coéquipière ou son coéquipier.  

    «C’est un sport stratégique, technique», a-t-elle rappelé. 

    Chapeau d'entraineur bien en tête, Luc St-Pierre décrit sa fille comme une athlète disciplinée et motivée à s’améliorer. «C’est une joueuse complète qui veut bien faire. Elle frappe bien, se développe très bien», a-t-il partagé, humblement. 

    Les athlètes en badminton seront appelés dans le deuxième bloc de compétition qui commencera le 8 mars. Les partisans sont invités à assister aux parties qui seront présentées au Stade Premier Tech. Celles impliquant les athlètes locaux seront certainement intéressantes. 

     

    commentairesCommentaires

    1

    • GD
      Georges Deschênes
      temps Il y a 1 an
      Bravo Amélia pour ce beau parcours. Profite au maximum des prochains jours et n’oublie pas que le badminton est avant tout un jeu. Laisse donc le stress aux autres et amuse-toi. À nos yeux tu es déjà notre championne. Bon succès!
    Publicité

    RECOMMANDÉS POUR VOUS


    17 mars 2023 | 6h03

    Des jeux rassembleurs : ce qu'ils ont dit

    La 56e Finale des Jeux du Québec ayant maintenant connu son point d’exclamation, Info Dimanche a pris l’initiative de sonder des personnes qui ont vécu l’événement de l’intérieur. Des entraineurs, des bénévoles et des gens qui ont contribué à l’organisation. Qu’est-ce qui a marqué leur expérience? Comment ont-ils vécu leur semaine? Que ...

    15 mars 2023 | 10h21

    Des performances réussies pour la délégation de l’Est-du-Québec

    La 56e Finale des Jeux du Québec s’est terminée ce 11 mars avec une cérémonie de clôture spectaculaire et forte en émotions. Pour la conclusion du plus grand événement multisports au Québec, les athlètes, les entraîneurs et les accompagnateurs des 19 régions du Québec se sont réunis au Centre Premier Tech.  BLOC 1 – FAITS SAILLANTS La ...

    14 mars 2023 | 6h02

    Des Jeux du Québec empreints de résilience

    Après deux reports, le comité organisateur de la 56e Finale des Jeux du Québec à Rivière-du-Loup est devenu l’organisation à œuvrer le plus longtemps sur cet évènement d’envergure. Les membres n’ont pas été les seuls à travailler fort, les athlètes se sont entrainés pendant plus de deux ans pour être prêts dans l’éventualité de la tenue des ...