Publicité

15 juin 2021 - 09:08

Le Centre d’aide aux proches aidants des Basques célèbre son 10e anniversaire

Le printemps 2021 marque le 10e anniversaire du Centre d’aide aux proches aidants des Basques (CAPAB), le seul organisme du Bas-Saint-Laurent dont la mission est entièrement consacrée aux personnes proches aidantes. Il favorise ainsi le maintien à domicile de plus d’une centaine de personnes résidant dans la MRC des Basques par année, tout en soutenant leurs proches grâce notamment à du répit et à un réseau d’entraide solide.

Les balbutiements d’un mouvement afin de soutenir les personnes proches aidantes ont commencé en 1990, le CLSC accordant une journée par semaine à la travailleuse communautaire Luce Lepage pour travailler sur ce dossier dans la MRC des Basques. Cette journée a été coupée huit ans plus tard. En 1999, l’organisateur communautaire Yvan Charrette a formé un groupe de personnes aidantes qui a fonctionné jusqu’en 2010.

En mai 2011, après plusieurs mois de travail et de démarches, le CAPAB a officiellement vu le jour. Il a été fondé par des personnes proches aidantes qui vivent cette réalité au quotidien, dont la première présidente du conseil d’administration Juette Rioux, avec le soutien de l’organisatrice communautaire Sonia Marchand. Le manque de services répondant à leurs besoins a été l’étincelle qui a tout démarré.

«J’avais soin de ma mère atteinte de démence, au même moment où j’ai pris ma retraite. Elle fréquentait le centre de jour et c’est lors d’une rencontre à cet endroit que j’ai appris que j’étais proche aidante. C’est là que j’ai mis la main dans l’engrenage pour lancer un regroupement», explique Mme Rioux.

Au fil des années, les différents services offerts par le CAPAB se sont grandement développés. «Nous avons une petite population, où les besoins sont grands en raison de la réalité démographique», souligne le coordonnateur de l’organisme, Guillaume Côté-Philibert. Ainsi, la population de la région des Basques a accès à de la formation, du soutien individuel, des groupes d’entraide, du répit à domicile ainsi que de l’information et du référencement à d’autres ressources soit dans le réseau de la santé ou dans le milieu communautaire.

«L’objectif est de d’outiller les personnes proches aidantes afin qu’elles puissent mieux agir sur leur situation, comprendre les enjeux liés à leur rôle et ainsi l’assumer le plus sereinement possible», ajoute l’agente de relations humaines au CAPAB, Isabelle Blouin. En juin 2019, le CAPAB a déménagé du presbytère de Trois-Pistoles pour s’installer au Beaulieu commun, avec pignon sur la rue Notre-Dame Ouest. Un lieu plus accessible et invitant pour les personnes qui désirent s’y arrêter pour discuter et faire part de leurs besoins.

«Je trouve ça merveilleux de voir la relève. J’ai fait trois mandats consécutifs sur le conseil d’administration et c’était le temps de céder ma place. Il y a plein de personnes avec des compétences différentes, c’est beau de voir cela aller et se développer», constate Juette Rioux, l’une des fondatrices du CAPAB.

L’un des défis de l’organisme est de joindre les jeunes proches aidants et de les aider à se reconnaitre dans ce rôle. Que ce soit un enfant qui s’occupe de son parent avec un problème de santé ou un couple dans la trentaine dont une personne est aux prises avec la sclérose en plaques, par exemple. Les situations sont multiples et les besoins, bien présents, même s’ils sont parfois invisibles. «Il y a de la sensibilisation à faire pour expliquer la charge mentale qui vient avec les responsabilités comme les commissions, le transport, les rendez-vous, le lavage, par exemple. C’est un gros défi de les rejoindre puisque ces jeunes proches aidants occupent souvent un emploi ou ils sont aux études. Même si 30 ou 40% de leur temps est consacré à ce rôle, ils sont considérés eux aussi comme des proches aidants. On veut les aider à bien le remplir sans s’épuiser», expliquent Guillaume et Isabelle.

PROJETS DE DÉVELOPPEMENT

Le CAPAB travaille depuis deux ans sur un projet de maison de répit desservant la région de Kamouraska, Rivière-du-Loup, Témiscouata et Les Basques en collaboration avec la coopérative Aténa et la Fondation de la Maison Gilles-Carle. Le projet doit être déposé avant décembre 2021.

Depuis 2011, le CAPAB est passé de 1 à 9 employés, comptant aussi des préposées au répit à domicile. Ce service est offert en complémentarité avec les autres organismes implantés dans la région, dont Logis-Aide, la Société Alzheimer et Baluchon Alzheimer.

De plus, un recueil de poésie créé avec les proches aidants sera dévoilé en septembre lors d’un évènement festif en plein air. Des personnes proches aidantes ont été approchées afin d’écrire un poème inspiré de leur vécu. Elles participent ainsi à un projet collectif qui rend hommage à ce rôle si important tout en facilitant la sensibilisation et l’intervention de l’organisme auprès la communauté.

Le CAPAB remercie toutes les personnes qui se sont impliquées bénévolement dans l’organisme et au conseil d’administration ainsi que tous les membres corporatifs ou individuels qui lui permettent de bien être ancré dans son milieu.

CONSEIL D'ADMINISTRATION

Le tout premier conseil d’administration du CAPAB était formé de Juette Rioux, Serge Bélanger, Claudine April, Hélène Guilbault, Pauline Fortin, Yves Pelletier et Lise Vallée.

Rappelons qu’en décembre 2019, le CAPAB a remporté la 3e place et un don de 50 000$ dans le cadre d’un concours philanthropique pancanadien du groupe financier Industrielle Alliance. Depuis mai 2021, l’organisme est en lice pour faire partie du comité des partenaires concernés par le soutien aux personnes proches aidantes sur la scène nationale.

Du 10 au 30 juin se déroulera une projection de photos dans la vitrine du Beaulieu commun sur la rue Vézina à Trois-Pistoles afin de souligner le 10e anniversaire du CAPAB.

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article