Publicité
26 juillet 2018 - 18:59 | Mis à jour : 22:02

Deux Bas-Laurentiens en possession de plus de 100 M$ de cocaïne

François Drouin

Par François Drouin, journaliste

Twitter François Drouin
Toutes les réactions 1
Chargement du vidéo

Voir la galerie de photos

Deux Bas-Laurentien croupissent actuellement en prison en Martinique après avoir tenté de faire disparaître 100 M$ de cocaïne que transportait leur voilier. Selon ce que rapporte Québécor, les deux hommes arrêtés le 19 juillet dernier sont de la région de Rivière-du-Loup. Il s'agirait de Langis Bélanger et Martin Lepage. Pas moins de 1,5 tonne de cocaïne a été retrouvée sur leur navire arraisonné dans la mer des Caraïbes.

Le 19 juillet dernier, les deux hommes ont été interceptés par une vedette de la Marine nationale qui suspectait le voilier de se livrer au trafic de stupéfiants. En raison de conditions de mer difficiles, les douaniers n'ont pas été en mesure de contrôler le voilier arborant une fleur de lys. Sur invitation du commandant, les deux occupants ont accepté de suivre la vedette des douanes jusqu'à Saint-Martin.

Toutefois, selon ce que rapporte la Douane française, à 10 h, le skipper et son équipier ont abandonné le voilier après y avoir mis le feu pour se réfugier dans leur radeau de survie. Après leur avoir porté secours, les douaniers maritimes ont maitrisé l'incendie pour y découvrir une impressionnante quantité de cocaïne.

«COKE EN STOCK»

Le voilier occupé par Langis Bélanger et Martin Lepage contenait pas moins de 1,5 tonne de cocaïne.

Les  deux québécois ont été embarqués  à  bord  du navire Germinal pour être ramenés à Fort-de-France. Le  20  juillet au  soir, à leur  arrivée dans l'enceinte de la base navale française, sur instruction du  Procureur de la République de la Juridiction spécialisée (JIRS), ils ont été remis à l'OCRTIS chargée de l’enquête judiciaire.

Selon ce que rapporte TVA, Bélanger et Lepage ont été formellement accusés de trafic et d'importation de stupéfiants. Ils sont détenus jusqu'à nouvel ordre.

Cette saisie majeure a pu être réalisée grâce à l’exploitation d’informations recueillies par la direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières (DNRED) et en particulier son unité de Fort-de-France. Elle couronne ainsi une enquête de plusieurs mois menée par ce service.

 

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • Supposément affilié à un narco trafiquant du Bas St-Laurent. Y’en a un qui va filer doux pour un bout! Sortira, sortira pas le nom du gros méchant loup!!!!

    Claude - 2018-07-26 22:31