X
Rechercher
Nous joindre
Publicité

Balayage de la CAQ au Québec :

«Ça me fait peur» - Myriam Lapointe-Gagnon 

durée 4 octobre 2022 | 00h23
  • Marc-Antoine Paquin
    Par Marc-Antoine Paquin

    Journaliste

    «Ce n’est que partie remise. On s’est trouvés et on ne se lâchera pas […] La famille solidaire va rester mobilisée et c’est ensemble qu’on va faire une différence. Ne perdez pas espoir, merci d’y croire avec moi, avec nous.»

    C’est dans ces mots, accueillis par de chaleureux applaudissements et cris d’encouragement, que la candidate de Québec Solidaire dans Rivière-du-Loup – Témiscouata, Myriam Lapointe-Gagnon, a conclu un discours adressé aux siens, lundi soir, une fois la victoire concédée à la Coalition Avenir Québec d’Amélie Dionne. 

    Visiblement émue de l’amour qui lui était porté, fière d’une campagne «axée sur la transparence et la proximité», Mme Lapointe-Gagnon a pris la parole en fin de soirée peu après 21 h. Le parti et ses militants étaient rassemblés à la microbrasserie Aux Fous Brassant, au centre-ville louperivois. Une soixantaine de personnes étaient présentes. 

    La soirée n’a pas été celle escomptée pour Québec Solidaire dans la région, comme ailleurs dans la province. Le parti, qui espérait faire lutte à la CAQ en visant l’opposition officielle, proposant des idées résolument progressistes, a terminé la soirée avec une récolte de 5 102 voix (14,6 %) dans Rivière-du-Loup-Témiscouata. Un résultat qui place l’équipe au 3e rang, derrière un Parti Québécois porté, entre autres, par une campagne jugée exemplaire de son chef. 

    «C’est sûr que je suis déçue […] Mais on a fait tout ce qu’on pouvait, a réagi la candidate. J’ai fait cette campagne avec tout mon cœur, toute mon énergie, toutes mes convictions. Je l’ai fait dans l’authenticité et la transparence, parce que j’y crois. Je crois dans les valeurs de ce parti-là.»

    «Je sens aussi que des gens étaient heureux d’aller voter cette année, qu’ils croyaient à la vague progressiste dans [la circonscription]. On a fait connaitre Québec Solidaire, les gens étaient heureux que je me présente, alors je suis fière de ce qu’on a accompli.»

    «ÇA ME FAIT PEUR» 

    Questionnée à savoir ce qu’elle pensait du raz-de-marée caquiste, cette vague bleue claire qui a accentué sa force, allant chercher plusieurs nouveaux comtés, Myriam Lapointe-Gagnon ne s’est pas défilée. Durant la soirée, elle a d’ailleurs semblé découragée à quelques reprises, notamment par l’écrasante majorité du parti de François Legault, de même que la défaite de la députée solidaire sortante Émilise Lessard-Therrien en Abitibi-Témiscamingue. 

    «Tout ça me fait peur», a-t-elle confié après avoir pesé ses mots quelques secondes. «En ce moment, je trouve qu’on a eu une campagne électorale basée sur la peur justement, alors je suis inquiète pour les prochaines années», a-t-elle ajouté, sous-entendant les nombreuses attaques de la CAQ envers QS et ses «taxes oranges» et la situation démocratique actuelle.

    Myriam Lapointe-Gagnon a également soulevé des doutes quant à la décision du parti au pouvoir de marteler ces derniers jours qu’il enverra des chèques d’ici la fin de l’année. «On a promis beaucoup d’argent rapidement dans un contexte d’élections et c’est aussi quelque chose qui me questionne. Il y a des gens qui ont besoin de cet argent-là, on le sait avec l’inflation, il y a beaucoup de pauvreté, des gens qui n’arrivent pas à la fin du mois, mais ce n’est pas le genre de politique dont je rêve», a-t-elle dit. 

    «Moi, je rêve d’une vision à long terme, de plus de justice sociale, de mesures structurantes, de services publics forts et d’un réseau de l’éducation solide, et ce n’est pas en faisant des baisses d’impôts qu’on va y arriver.»

    Du même souffle, elle n’a pas caché son amertume et même sa frustration de constater que la CAQ aura à nouveau les coudées franches dans plusieurs dossiers, dont celui des places en service de garde qui lui est cher. «[…] Je pense qu’on aurait pu en faire beaucoup plus pour notre réseau d’éducation à l’enfance. Évidemment, c’est une cause que je vais continuer à suivre dans les prochaines années», a-t-elle partagé. 

    À LA PROCHAINE?

    Si elle admet avoir eu la piqure pour la politique, Myriam Lapointe-Gagnon ne s’est pas avancée à savoir si elle pourrait être sur les rangs dans quatre ans. Elle a toutefois précisé qu’elle demeurera une citoyenne engagée et impliquée au cours des prochaines années. 

    «Il faudra faire un post-mortem. C’était une première campagne électorale pour moi et j’ai appris beaucoup. J’ai donné beaucoup aussi […]», a-t-elle mentionné. 
    «Je pense vraiment que je serais capable de faire de la politique et bien représenter la région ici. En même temps, on va discuter avec l’équipe et le parti […] On va peut-être se dire à la prochaine dans quatre ans, mais il est trop tôt pour confirmer quoi que ce soit.» 

    Notons enfin que Québec Solidaire et le Parti Québécois ont récolté ensemble plus de 31 % des voix dans Rivière-du-Loup-Témiscouata. Un résultat qui illustre «qu’il y a des gens qui croient aux valeurs plus progressistes dans notre circonscription» et qui fait dire à Myriam Lapointe-Gagnon que des graines ont été semées pour l’avenir. Reste maintenant à attendre leur floraison au cours des prochaines années. 

     

    commentairesCommentaires

    0

    RECOMMANDÉS POUR VOUS


    20 octobre 2022 | 14h43

    Conseil des ministres : Amélie Dionne ignorée 

    Malgré quatre années de travail auprès des ministres régionales Marie-Eve Proulx et Caroline Proulx, voilà que la nouvelle députée de Rivière-du-Loup-Témiscouata Amélie Dionne n’a pas été appelée à siéger sur le conseil des ministres du prochain gouvernement de la Coalition Avenir Québec.  Le premier ministre François Legault a plutôt opté pour ...

    20 octobre 2022 | 10h26

    Mathieu Rivest est assermenté

    Le nouveau député de Côte-du-Sud, Mathieu Rivest, a officiellement été assermenté le 18 octobre au Salon rouge de l’Assemblée nationale. C’est en compagnie des 89 nouveaux élus de la CAQ que M. Rivest a réalisé l’engagement solennel de servir les Québécois à titre de député avec honnêteté et justice.  «L’assermentation est un moment hautement ...

    19 octobre 2022 | 6h55

    La députée Amélie Dionne est assermentée 

    La nouvelle députée de la circonscription de Rivière-du-Loup-Témiscouata, Amélie Dionne, peut officiellement siéger à l’Assemblée nationale. L’élue de la Coalition Avenir Québec a été assermentée lors d’une cérémonie organisée au Salon rouge de l’hôtel du Parlement, ce mardi 18 octobre.  Mme Dionne était accompagnée des 90 autres député(es) qui ...