X
Rechercher
Nous joindre
Publicité

Louis Bellemare en faveur du maintien de la traverse à Rivière-du-Loup 

durée 24 septembre 2022 | 06h39
  • Marc-Antoine Paquin
    Par Marc-Antoine Paquin

    Journaliste

    Le candidat du Parti libéral dans Rivière-du-Loup – Témiscouata, Louis Bellemare, estime que la traverse de Rivière-du-Loup ne devrait pas être déménagée. «Ce service-là a été un instrument de développement extraordinaire pour la ville de Rivière-du-Loup. Pourquoi est-ce qu’on lui enlèverait?», a-t-il lancé. 

    Rencontré en marge de la joute électorale du Cégep de Rivière-du-Loup, le 15 septembre, le candidat libéral a accepté de commenter plusieurs enjeux locaux, lui qui parcourt la circonscription depuis deux semaines, même s’il est originaire de la région de Québec. 

    Parmi les enjeux abordés, le candidat a pris position pour le maintien de la traverse au quai louperivois. Sans affirmer directement sa préférence, ses réponses ne laissaient aucun doute quant à sa position dans ce dossier. 

    «Quelqu’un qui connaît le milieu maritime sait qu’il faut le plus possible éviter les conflits d’usage. Il faut plutôt tendre à spécialiser les différentes infrastructures. Mêler le transport de personnes avec le transport de marchandises, surtout en vrac, n’est peut-être pas une bonne idée [à Cacouna]», a fait savoir l’économiste de formation, l’un des artisans de la première stratégie maritime du gouvernement du Québec, soulignant qu’il était tout de même important de développer des projets au port de Gros-Cacouna. 

    «Il y a aussi le principe d’acceptabilité sociale. Le gouvernement a la responsabilité de consulter la population sur des projets comme ça. Regardez les sondages, regardez ce que les gens en disent. Je crois qu’on peut répondre à la question rapidement», a-t-il ajouté. 

    Louis Bellemare est aussi catégorique : la décision finale d’un déménagement ne devrait pas être prise dans un grand centre, loin de la région concernée. «Comment ça se fait que ce soient des gens à Québec ou ailleurs qui décident où localiser la traverse? Ça m’apparaît plus fondamental comme question», a-t-il dit sans détour, faisant un lien avec la proposition de la Charte des régions du PLQ qui prône la décentralisation de certains pouvoirs. 

    «Je n’aime non plus nécessairement la rhétorique qu’on me sert quand on me dit qu’il serait irresponsable de se prononcer parce qu’on n’a pas l’étude. Pourquoi faire des études? Pourquoi est-ce que c’est Québec qui décide?»

    AUTOROUTE 20 

    Au sujet du prolongement de l’autoroute 20, M. Bellemare a mentionné avoir été très attentif aux doléances du maire de Trois-Pistoles, Philippe Guilbert, lors d’une récente rencontre. 

    «Fondamentalement, il faut résoudre la question de la sécurité. J’ai travaillé, à l’époque, sur l’autoroute des Laurentides et on avait justifié le financement parce qu’il y avait beaucoup d’accidents. Maintenant, je ne connais pas les chiffres, je ne sais pas si la route est très dangereuse», a-t-il expliqué. 

    «Mais M. Guilbert m’a expliqué que ce serait possible d’investir dans la route 132 pour l’améliorer et la rendre plus sécuritaire. Évidemment, pour lui, il y a un enjeu de revitalisation pour Trois-Pistoles et la région. Il ne veut pas perdre de retombées. Je comprends cela et je suis sensibilisé. J’ai beaucoup aimé la ville lors de ma visite. [Si on allait de l’avant avec la 20], il serait peut-être intéressant d’évaluer l’idée de compensations et d’avoir un plan pour aider», a-t-il ajouté, soulignant qu’il sera important de prendre une décision éclairée dans ce dossier.  

    SÉMER 

    Quant à la SÉMER, le candidat, qui a plusieurs années d’expérience en matière de développement régional, croit encore une fois que les responsables régionaux devraient être plus impliqués dans le processus d’analyse du gouvernement. 

    «Ces études-là devraient être faites en partenariat avec les gens d’ici. Ce n’est pas normal que des gens dans une tour d’ivoire commandent des études et qu’on attende ici longtemps les résultats sans être concertés», a-t-il dit. 

    «Le pire scénario qui existe actuellement, c’est le statu quo, parce qu’on laisse la [SÉMER] sans donner de nouvelles et accumuler les difficultés financières», a-t-il poursuivi. «Cela dit, je doute aussi qu’il y ait une volonté du gouvernement de financer un déficit ad vitam æternam, alors il faudrait peut-être se remettre à la planche à dessin et bien analyser la situation.»

    PROJETS ÉOLIENS 

    Enfin, s’il est élu le 3 octobre, Louis Bellemare encouragera la poursuite des projets éoliens dans la région, puisqu’il croit au potentiel des partenariats public-privé pour le développement des énergies vertes. 

    «La position du PLQ, c’est de ne pas exploiter les énergies à haute émission de carbone. C’est clair qu’on n’a pas l’intention de toucher à ça et plutôt aller de l’avant avec les énergies propres», a déclaré le candidat qui fait campagne sur la question du développement économique.  

    «Les éoliennes, c’est une chose, mais il y a d’autres sources, d’autres développements potentiels. J’aime beaucoup le modèle communautaire, puisqu’il permet de retourner des redevances importantes pour les communautés locales. Je pense qu’on peut le répliquer vers d’autres secteurs aussi, notamment la production d’hydrogène. Ça peut se faire.»
     

    commentairesCommentaires

    0

    RECOMMANDÉS POUR VOUS


    20 octobre 2022 | 14h43

    Conseil des ministres : Amélie Dionne ignorée 

    Malgré quatre années de travail auprès des ministres régionales Marie-Eve Proulx et Caroline Proulx, voilà que la nouvelle députée de Rivière-du-Loup-Témiscouata Amélie Dionne n’a pas été appelée à siéger sur le conseil des ministres du prochain gouvernement de la Coalition Avenir Québec.  Le premier ministre François Legault a plutôt opté pour ...

    20 octobre 2022 | 10h26

    Mathieu Rivest est assermenté

    Le nouveau député de Côte-du-Sud, Mathieu Rivest, a officiellement été assermenté le 18 octobre au Salon rouge de l’Assemblée nationale. C’est en compagnie des 89 nouveaux élus de la CAQ que M. Rivest a réalisé l’engagement solennel de servir les Québécois à titre de député avec honnêteté et justice.  «L’assermentation est un moment hautement ...

    19 octobre 2022 | 6h55

    La députée Amélie Dionne est assermentée 

    La nouvelle députée de la circonscription de Rivière-du-Loup-Témiscouata, Amélie Dionne, peut officiellement siéger à l’Assemblée nationale. L’élue de la Coalition Avenir Québec a été assermentée lors d’une cérémonie organisée au Salon rouge de l’hôtel du Parlement, ce mardi 18 octobre.  Mme Dionne était accompagnée des 90 autres député(es) qui ...