Publicité

22 septembre 2022 - 11:45

Visite de la Résidence Le Saint-Louis

Christian Dubé vient parler de décentralisation et d’attractivité à Rivière-du-Loup

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, s’est arrêté à Rivière-du-Loup pour une visite de la Résidence Le Saint-Louis, ce jeudi 22 septembre. Une opportunité, a-t-il dit, d’expliquer le Plan santé de la Coalition Avenir Québec (CAQ) qui vise notamment une vaste décentralisation des prises de décisions vers les régions, ainsi qu’une meilleure attractivité et rétention du personnel soignant. 

Accompagné de la candidate locale pour la CAQ, Amélie Dionne, M. Dubé a expliqué que le «Plan pour mettre en œuvre les changements nécessaires en santé» allait permettre aux gestionnaires locaux et aux «gens sur le terrain» d’avoir les mains sur le volant et de choisir les meilleurs moyens pour atteindre les objectifs établis par le ministère. 

Le gouvernement estime que cette vaste décentralisation est essentielle et que c’est ainsi que les réalités régionales des citoyens seront prises en compte. 

«Pour avoir discuté avec des médecins et professionnels de la santé, c’est important, c’est la pierre angulaire du plan santé. Pour moi, il ne fait aucun doute qu’il faut décloisonner et redonner de l’autonomie à nos établissements de santé», a déclaré Amélie Dionne. 

«Quand on parle de du Centre hospitalier régional du Grand-Portage ou des hôpitaux de Témiscouata-sur-le-Lac et Trois-Pistoles, nos gens sont les mieux placés évaluer les besoins sur le terrain et pour prendre les décisions pour le bien de nos patients.»

ATTRACTIVITÉ 

Les hôpitaux, résidences pour aînés et autres lieux de services et de soins en santé sont néanmoins pris avec un important problème de main-d’œuvre. Sans surprise, les questions d’attractivité et de rétention des employés du réseau de la santé sont aussi au centre du plan santé présenté par le ministre, le printemps dernier. 

«Parmi les objectifs, il y a aussi celui de rendre le système beaucoup plus agréable pour nous permettre de retenir les gens, les employés. On veut être le meilleur employeur et pour ça, il faut plus de personnels pour venir nous appuyer», a partagé le ministre Dubé, jeudi. 

«Pour qu’il y ait de l’intérêt, il faut valoriser les professions. On parle souvent des infirmières auxiliaires… il faut être capable de revaloriser le travail qu’elles font, un travail qui peut être très très difficile comme on l’a vu pendant la pandémie.»

Le ministre estime qu’une organisation du travail repensée et une meilleure valorisation des postes auront aussi un impact direct sur les médecins. «Ce n’est pas juste pour les infirmières, c’est pour tout le personnel», a-t-il assuré, précisant qu’il «faut arrêter de travailler en silo. 

«On l’a vu pour la vaccination. Beaucoup de professionnels pouvaient donner un service hors pair et finalement les Québécois n’ont jamais été aussi bien servis dans le processus de vaccination. On veut répliquer ça dans toutes les étapes en santé.»

INVESTISSEMENTS 

Si elle est reportée au pouvoir, la Coalition Avenir Québec (CAQ) s’est engagée à investir 400 millions afin d’admettre 660 étudiants de plus dans les facultés de médecine et de recruter 5 000 nouveaux professionnels de la santé. Une somme qui s’ajoute au Plan santé lui-même, ainsi qu’à «l’opération main-d’œuvre», dont l’objectif est de recruter 27 000 travailleurs de la santé de plus. 

Dans les investissements en santé, la CAQ propose aussi d’investir 900 millions de dollars auprès des aînés qui constituent une proportion importante de la population régionale. Le parti souhaite entre autres prévenir la perte d’autonomie, accompagner les municipalités et les organismes communautaires dans leurs initiatives pour favoriser le maintien des aînés à domicile, et encourager les innovations qui feront de la maison un environnement sécuritaire.

HÉMODIALYSE 

Par ailleurs, au sujet de l’unité d’hémodialyse du CHRGP, qui roule à plein régime depuis des mois, Amélie Dionne s’est engagée à travailler pour une augmenter du service. «J’en ai parlé avec M. Dubé ce matin. Je vais en faire une priorité si je suis élue le 3 octobre prochain», a-t-elle mentionné. 
 

Publicité


Publicité

Commentez cet article