Publicité

19 septembre 2022 - 16:28 | Mis à jour : 20 septembre 2022 - 12:02

Le candidat du PQ Félix Rioux dévoile ses engagements pour le développement régional

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Le candidat du Parti québécois dans la circonscription de Rivière-du-Loup-Témiscouata, Félix Rioux, croit que le développement régional passera non seulement par la connexion de toutes les municipalités au réseau cellulaire et à Internet, mais aussi par la mise sur pied d’un ministère du Développement régional. Il vise une décentralisation des pouvoirs pour administrer une enveloppe de 10 G$ supplémentaires sur 10 ans pour «rattraper le retard dans les investissements en région».

Le premier axe du développement régional priorisé par le candidat péquiste Félix Rioux, originaire de Saint-Jean-de-Dieu, est la connexion des 43 municipalités de la circonscription au réseau cellulaire. «On a eu une promesse il y a quatre ans et on la répète aujourd’hui. C’est maintenant qu’il faut que ça se fasse, surtout avec les gens en télétravail. C’est avant tout une question de sécurité, mais aussi une nécessité pour le développement économique afin de permettre une égalité des chances partout», souligne Félix Rioux. Il rappelle que l’accès à Internet haute vitesse fait aussi partie des promesses du gouvernement qui n’ont pas encore été complètement réalisées. Félix Rioux estime qu’il «faut arrêter de voir la couverture cellulaire comme un luxe en région.»

TRANSPORT ET FINANCEMENT

Le candidat du Parti québécois est aussi en faveur de l’ajout de bornes de recharge et de la création d’un réseau structuré pour les véhicules électriques au centre des municipalités afin d’accélérer l’électrification des transports. «Le gouvernement du Québec voit ça comme si c’était compliqué le transport en région, mais c’est une nécessité si on veut vraiment faire face à la crise environnementale et si on veut vraiment que les gens ne dépendent pas entièrement de leur auto», ajoute M. Rioux. Ce dernier estime qu’un réseau de transport intermunicipal financé par Québec qui offrirait des heures complètes de trajets constamment pourrait faire partie de la solution dans la circonscription.

Le Parti québécois est d’avis que les régions sont sous-financées et promet une enveloppe bonifiée de 10 milliards de dollars en 10 ans pour rattraper ce retard, avec à la clé un Plan québécois des infrastructures régionalisé. Cette enveloppe serait administrée par un ministère du Développement régional qui connaitrait mieux les enjeux sur le terrain, précise Félix Rioux. «On ne parle pas de l’augmentation de la taille de l’État, mais plus d’une décentralisation», ajoute-t-il. Rappelons qu’une structure semblable, les Conférences régionales des élus, avaient été abolies en avril 2015 par le gouvernement libéral alors dirigé par Philippe Couillard.

RETOUR AU TRAVAIL

Le candidat péquiste pense qu’une des solutions immédiates à la pénurie de main-d’œuvre serait d’ajouter des incitatifs financiers favorisant le retour des travailleurs de 60 ans et plus sur le marché du travail. Ainsi, Félix Rioux rappelle l’engagement de son parti qui offre un rabais d’imposition de 15 % sur les derniers 35 000 $ déclarés en revenus, jusqu’à concurrence d’un salaire annuel de 80 000 $. Les personnes gagnant 46 295 $ ou moins ne paieraient donc pas d’impôts avec ce rabais du PQ selon le taux d’imposition de 2022. Le Parti québécois n’imposera aucune pénalité sur les rentes et les pensions et permettra l’arrêt des cotisations à la Régie des rentes du Québec pour les personnes de 65 ans et plus.

Publicité


Publicité

Commentez cet article