Publicité

8 septembre 2022 - 06:31

Club Appalaches : le PQ compte se porter à la défense des citoyens des Basques

En tournée dans le Bas-Saint-Laurent, le chef du Parti Québécois, Paul St-Pierre Plamondon, ainsi que Félix Rioux, candidat dans la circonscription de Rivière-du-Loup–Témiscouata, se sont arrêtés à Trois-Pistoles. Sur place, ils ont rencontré Bertin Denis, préfet de la MRC des Basques, avec qui ils ont échangé à propos des enjeux qui l’intéressent et le préoccupent.

Le dossier du Club Appalaches, majeur pour la région, a entre autres été partie prenante des discussions. Le préfet a profité de l’occasion pour remettre aux deux hommes politiques une copie du documentaire Boisbouscache, territoire sous influence de Jean-Claude Coulbois, qui traite justement du territoire non organisé de Lac-Boisbouscache.

Félix Rioux, qui est résident de la MRC des Basques, est bien au fait du dossier et très sensible à cet enjeu qui touche les citoyens des Basques et de la Première Nation Wolastoqiyik Wahsipekuk. À ses yeux, il est complètement inacceptable que les citoyens des Basques ne puissent avoir accès à un territoire public. M. Rioux souligne qu’il est déplorable qu’un club privé comptant seulement quelques dizaines de membres possède les droits exclusifs de chasse et de pêche sur un territoire de 150 kilomètres carrés, et qu’en plus, ses membres fassent obstruction à la circulation de la population.

«Le Club Appalaches représente une entrave majeure au développement du patrimoine naturel de la MRC des Basques. Les intérêts privés de quelques dizaines de membres sont un frein pour la communauté, qui tente de développer son territoire ainsi que ses ressources. Il est temps que le gouvernement vienne en aide aux différents acteurs du milieu pour résoudre une fois pour toutes cette situation problématique. C’est ce que je m’engage à faire comme député si je suis élu le 3 octobre», a déclaré Félix Rioux

Mis au fait du contexte par le préfet et son candidat local, Paul St-Pierre Plamondon ne peut qu’abonder dans le même sens que ces derniers.

«Peu importe où l’on se trouve au Québec, il est inacceptable qu’un territoire ou qu’une population soient ainsi pris en otage. Cette situation est délétère et dure depuis trop longtemps; une fois élus, nous inviterons toutes les parties concernées à s’asseoir pour trouver un arrangement qui sera à la satisfaction de tous, dans le respect des lois mais aussi dans l’intérêt collectif. Il y a assurément une voie de passage, et nous allons la trouver», a-t-il soutenu.
 

Publicité


Publicité

Commentez cet article