Publicité

8 septembre 2022 - 06:02 | Mis à jour : 10:00

Amélie Dionne estime être prête à servir les intérêts des citoyens 

Amélie Dionne a choisi d’être candidate pour la Coalition Avenir Québec dans Rivière-du-Loup-Témiscouata, car elle croit fermement que la CAQ est une équipe sensible aux besoins des régions. Voilà le message qu’elle a réitéré par voie de communiqué, ce mercredi 7 septembre, profitant de l’occasion pour faire connaître les engagements sur lesquels elle travaillera en priorité si elle est élue en octobre prochain.

«J’ai travaillé au sein du gouvernement et j’ai été à même de constater à quel point la CAQ est un parti pragmatique, proche de la réalité des régions et de la population. Je suis fière de me joindre à cette solide équipe, la meilleure pour s’attaquer aux vrais enjeux de ma circonscription», affirme-t-elle.

Pour Amélie Dionne, le dynamisme de la région passe notamment par le développement des petites communautés, le maintien de services en santé et en éducation pour les citoyens, par l’attraction, la rétention et la formation d’une main d’œuvre qui participera à l’essor des entreprises, par l’achèvement du réseau de places en garderies et par la construction de logements. Ce sont tous des dossiers qui ont fait l’objet d’engagements de la CAQ depuis le début de la campagne, et elle entend s’assurer que Rivière-du-Loup-Témiscouata en retire sa juste part.

RÉSEAU CELLULAIRE

L’amélioration du réseau cellulaire fait également partie des éléments qui, selon Amélie Dionne, favorisent le développement et la prospérité des régions. Elle est confiante qu’après avoir tenu sa promesse de brancher tous les foyers québécois à internet haute vitesse, la CAQ réussira à implanter des technologies de télécommunication de pointe dans toutes les régions du Québec.

Si elle est élue députée le 3 octobre, Amélie Dionne s’activera donc à bien représenter sa circonscription dans ce dossier afin que les citoyens et les entreprises profitent d’un réseau cellulaire fluide et optimal.

INFRASTRUCTURES SPORTIVES

L’accès à des infrastructures sportives en bon état est un autre facteur qui contribue au dynamisme et à la qualité de vie des citoyens en région. Dans le dernier mandat, la CAQ a permis la concrétisation de nombreux projets dans la circonscription tels que la réfection de la patinoire extérieure à Auclair, et l’aménagement d’un skatepark à Saint-Antonin. Amélie Dionne promet qu’elle investira temps et énergie pour accompagner de nouveaux projets au bénéfice des citoyens.

SÉMER

Quant à la participation du gouvernement au financement de la transformation de l’usine de la Société d’économie mixte d’énergie renouvelable (SÉMER), Amélie Dionne affirme qu’elle souhaite faire cheminer ce dossier dans un futur mandat et veut collaborer avec les ministères partenaires pour faire avancer ce projet économique important pour la région.

PROTÉGER LES PLANS D’EAU ET ACCÈS À LA NATURE

Sur le terrain, plusieurs riverains et élus municipaux ont partagé avec Amélie Dionne leurs préoccupations quant à la préservation de plans d’eau comme les lacs Témiscouata, Pohénégamook et Saint-Mathieu, et la rivière du Loup. Pour la candidate, l’annonce de la création d’un Fonds bleu assorti d’une enveloppe de 650 millions de dollars tombe à point, et elle permettra d’en faire plus pour protéger les plans d’eau de la région.

Autre priorité d’Amélie Dionne dans cette campagne : l’accès à la nature puisqu’il s’agit d’un élément essentiel à la qualité de vie des citoyens qui peut aussi être moteur de développement touristique. C’est dans cette optique que la CAQ a soutenu de nombreux projets dans la région, comme le sentier pédestre et d’hébertisme à Saint-Mathieu-de-Rioux, ainsi que les sentiers de vélo de montagne à Notre-Dame-du-Portage et à Dégelis, rappelle-t-elle. 

GROUPE D’ACTIONS

Certains enjeux nationaux ont des répercussions indéniables sur le développement de la circonscription comme le manque de logements, la pénurie de main d’œuvre et le manque de places en garderie. Depuis plusieurs semaines, la candidate a eu l’occasion de rencontrer plusieurs acteurs du milieu pour parler de solutions.

«Ça fait plusieurs semaines que je suis sur le terrain pour échanger sur ce qui préoccupe les citoyens et si je suis élue, j’entends collaborer avec le milieu en créant des groupes d’actions sur les grands enjeux, pour qu’on avance sur des solutions et qu’on identifie les projets prioritaires», conclut Amélie Dionne.
 

Publicité


Publicité

Commentez cet article