X
Rechercher
Nous joindre
Publicité

Des diffuseurs culturels demandent plus de financement

durée 16 décembre 2023 | 06h59
  • Andréanne Lebel
    Par Andréanne Lebel

    journaliste

    Le milieu des arts et spectacles se mobilise présentement afin de demander un réinvestissement gouvernemental par le Conseil des arts et des lettres de 7,7 M$ pour les salles pluridisciplinaires partout au Québec. Selon Frédéric Lagacé du Réseau d’organisateurs de spectacles de l’Est-du-Québec (ROSEQ), les besoins des diffuseurs ont explosé au Bas-Saint-Laurent.

    Les acteurs du milieu culturel de la région ne font pas exception, ils sont eux aussi touchés par le contexte économique inflationniste. «Le budget des gens pour le loisir est limité actuellement et les couts de circulation des spectacles ont augmenté. On appréhende un déséquilibre financier», résume Frédéric Lagacé du ROSEQ.

    Les productions culturelles doivent se déplacer hors des grands centres, ce qui représente aussi des couts importants. «Le gouvernement doit faire preuve de cohérence avec sa politique culturelle. La culture doit se rendre partout, même dans les régions plus éloignées», souligne M. Lagacé. Ce dernier estime que les diffuseurs pluridisciplinaires sont désavantagés dans le contexte économique actuel. Les salles de spectacles sont parfois les seuls lieux culturels dans certaines municipalités. 

    Le directeur du ROSEQ précise que les habitudes des spectateurs ont changé depuis la pandémie. Ils achètent leurs billets plus à la dernière minute, ce qui met un stress sur les organisations.

    «Nous faisons tous les efforts nécessaires pour présenter le public de l’augmentation du cout des billets. Les citoyens ont moins de budget discrétionnaire à consacrer à ce qui les intéresse», ajoute Frédéric Lagacé. Les diffuseurs du Bas-Saint-Laurent font face à des enjeux de main-d’œuvre, puisque certaines personnes ont décidé de se réorienter après la pandémie. «Ça a provoqué des vides de ressources chez certains diffuseurs», précise M. Lagacé.

    Le ROSEQ suit de près le taux de contingence du programme de Régie et techniques scéniques à Montmagny afin de s’assurer que la pépinière de techniciens reste active.  «Ça pourrait devenir une crise, sans techniciens, il n’y aura pas de spectacles. Il faudra se doter d’actions stratégiques pour contrer ça et faire en sorte que ça ne devienne pas une crise», complète le directeur du ROSEQ.

    Ce dernier souligne toutefois que peu de diffuseurs de la région sont en difficulté puisque le gouvernement du Québec s’est impliqué afin de soutenir l’industrie pendant la pandémie.

    En 2024, tous les diffuseurs et organismes culturels devront remplir leurs demandes de subvention pour le soutien à la mission. Ils sont en plein travaux pour faire valoir leurs offres de services pour obtenir un soutien financier sur quatre ans. RIDEAU, l’Association professionnelle qui réunit 350 salles de spectacles et festivals demande un réinvestissement de 7,7 M$ pour les salles pluridisciplinaires. Elle demande un réinvestissement global en culture de 40 M$.

    commentairesCommentaires

    0

    Publicité

    RECOMMANDÉS POUR VOUS


    23 février 2024 | 6h02

    Maude Audet à la Forge à Bérubé de Trois-Pistoles

    Après non pas un, mais deux rendez-vous manqués en raison de la pandémie, L'œil de la tempête accueillera Maude Audet dans la chaleureuse Forge à Bérubé de Trois-Pistoles ce samedi 24 février à 20 h. Maude Audet est une force tranquille, lumineuse. Ayant tracé un sentier à son image dans le paysage artistique québécois, elle crée sa musique comme ...

    22 février 2024 | 13h58

    Le spectacle de Roch Voisine est maintenu à Rivière-du-Loup

    Malgré l’annonce du report de la tournée de Roch Voisine au Québec, en Ontario, en Belgique et en France cet hiver, la date de spectacle prévue à Rivière-du-Loup le 14 juin juin lors du Musique Fest est maintenue, a confirmé l’organisateur Steeve Drapeau. Le chanteur a subi une infection à l’oreille qui s’est aggravée. Les spécialistes ont jugé ...

    21 février 2024 | 6h58

    Le pied de nez d’Ariane Michaud à la beauté d’influence

    L’autrice Ariane Michaud, native de L’Isle-Verte, étale ses complexes d’antan comme une liste d’épicerie, en prémices de son livre autofictionnel «Ma laideur n’influence personne». Au fil de cette autofiction anatomique, elle décortique sa réflexion tout comme elle dissèque son corps. Un cheminement qu’elle aurait aimé lire lorsqu’elle était ...