X
Rechercher
Nous joindre
Publicité

Victor-Lévy Beaulieu : un poisson maraudeur

durée 14 mai 2023 | 06h57
  • Lydia Barnabé-Roy
    Par Lydia Barnabé-Roy

    Journaliste de l'Initiative de journalisme local

    Au début du mois d’avril, l’écrivain prolifique de 77 ans, Victor-Lévy Beaulieu, a fait un poisson d’avril à ses lecteurs en publiant son 98e ouvrage intitulé «Poisson d’octobre en maraude chez les francs Gaulois». Ce plus récent livre évoque un voyage marquant et fondateur réalisé en 1973 par l’auteur, périple qui a changé sa façon de se percevoir et de voir le monde.

    Cette maraude, l’auteur l’a effectuée en France, auparavant appelée la Gaule. «Ça été comme une épiphanie», confie-t-il. En se promenant sur les chemins de la Normandie, de la Bretagne, toutes les couleurs étaient plus vives, les paysages plus beaux. L’écrivain a découvert qu’il en était tout autant pour son soi intérieur.

    «Quand on arrive, on vient au monde; mais ça ne veut pas dire qu’on nait au monde, soutient M. Beaulieu. Naitre au monde c’est avoir conscience de qui tu es et avoir une perspective sur ce que tu vas devenir ou as le gout de devenir». Il souligne que cette révélation peut se dérouler à tous âges, ou tout simplement ne jamais se passer.

    Victor-Lévy Beaulieu a vécu cette manifestation pendant la publication de son essai-poulet sur Jack Kérouac en France. Un jour, il est né, et ça a été le meilleur jour de sa vie. C’est l’histoire qu’il raconte dans «Poisson d’octobre en maraude chez les francs Gaulois».

    Durant son voyage, il a notamment effectué un grand pèlerinage en hommage à Kérouac qui avait lui-même foulé le sol français. Dans un des derniers livres de l’écrivain disparu, il a écrit une dernière volonté, soit celle de se retrouver au bord de la grève un soir où il pleuvait à boire debout et de se mettre un sac poubelle sur la tête après s’être assis sur un rocher, puis écrire avec un crayon et du papier. Ce désir, M. Beaulieu l’a réalisé. Il a écrit sous les gouttes qui battaient à tout rompre, la tête à l’abri de l’eau, mais l’esprit concentré à coucher des mots sur la page blanche sur ses genoux.

    L’écrivain s’est ainsi baladé sur les routes françaises, tel un menu poisson «On dit ça souvent d’un voyageur […] de quelqu’un qui va en vacances quelque part et qui n’a pas beaucoup d’argent, que c’est un petit poisson. On dit ça aussi des gens qui n’ont pas un haut niveau, le même niveau d’éducation qu’un universitaire, on dit que c’est un nain fretin, un petit poisson», explique l’auteur. Il maraudait, allait au hasard en regardant un peu partout.

    Ce passage entre les différents endroits, l’écrivain le fait aussi dans ce nouveau volume, passant de Paris à Notre-Dame-des-Neiges à Sainte-Émilie-de-l’Énergie. «Ça voyage, parce que même quand on est à l’étranger, on est chez soi par la pensée», évoque Victor Lévy Beaulieu.

    LA CRISE D’OCTOBRE COMME DÉCLENCHEUR

    En octobre 1970, l’enlèvement et le meurtre du ministre provincial du Travail, Pierre Laporte par le Front de libération du Québec (FLQ) a secoué la province, tout comme Victor-Lévy Beaulieu. Trois ans plus tard, le premier ministre de l’époque, Robert Bourassa du Parti libéral du Québec (PLQ) déclenche hâtivement les élections afin de profiter de la mauvaise publicité du Parti Québécois (PQ), souvent confondu avec le FLQ. M. Bourassa a réussi à faire élire 102 députés contre 6 pour le PQ.

    «Pour un indépendantiste comme moi et qui avait milité dans le PQ, 73 était absolument catastrophique. Ça veut dire qu’on était encore pris quatre ans avec un gouvernement fédéraliste. C’est ce qui a fait que j’en avais plein le dos et que j’ai laissé mon travail», a raconté l’écrivain.

    Ce dernier ne souhaitait plus œuvrer pour un éditeur fédéraliste, ami avec Pierre-Elliott Trudeau de surcroît. M. Beaulieu a donc tout délaissé et s’est envolé de l’autre côté de l’océan pour la publication de son ouvrage en France. Maraude qui a été bénéfique, puisqu’elle lui a permis de naitre et de vivre en étant pleinement lui-même à partir de ce moment.
     

    commentairesCommentaires

    0

    Publicité

    RECOMMANDÉS POUR VOUS


    Publié à 6h02

    Maude Audet à la Forge à Bérubé de Trois-Pistoles

    Après non pas un, mais deux rendez-vous manqués en raison de la pandémie, L'œil de la tempête accueillera Maude Audet dans la chaleureuse Forge à Bérubé de Trois-Pistoles ce samedi 24 février à 20 h. Maude Audet est une force tranquille, lumineuse. Ayant tracé un sentier à son image dans le paysage artistique québécois, elle crée sa musique comme ...

    22 février 2024 | 13h58

    Le spectacle de Roch Voisine est maintenu à Rivière-du-Loup

    Malgré l’annonce du report de la tournée de Roch Voisine au Québec, en Ontario, en Belgique et en France cet hiver, la date de spectacle prévue à Rivière-du-Loup le 14 juin juin lors du Musique Fest est maintenue, a confirmé l’organisateur Steeve Drapeau. Le chanteur a subi une infection à l’oreille qui s’est aggravée. Les spécialistes ont jugé ...

    21 février 2024 | 6h58

    Le pied de nez d’Ariane Michaud à la beauté d’influence

    L’autrice Ariane Michaud, native de L’Isle-Verte, étale ses complexes d’antan comme une liste d’épicerie, en prémices de son livre autofictionnel «Ma laideur n’influence personne». Au fil de cette autofiction anatomique, elle décortique sa réflexion tout comme elle dissèque son corps. Un cheminement qu’elle aurait aimé lire lorsqu’elle était ...