Publicité

7 janvier 2022 - 06:00

L’envolée de Carole-Anne Roussel en 2021

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Au cours de la dernière année, la chanteuse soprano Carole-Anne Roussel a l’impression d’avoir atteint beaucoup de nouvelles étapes dans sa carrière. Elle n’a jamais été aussi occupée, ni autant connectée avec son art.

«Ç’a beaucoup commencé quand j’ai participé au gala de l’opéra de Québec ‘’L’amour à l’opéra’’ pour la Saint-Valentin. C’était mon premier contrat à plus grand rayonnement. Ç’a contribué à me donner de la visibilité sur la planète opéra à l’échelle du Québec et du Canada. Ça m’a donné des ailes et m’a donné confiance pour me préparer au concours», explique Carole-Anne Roussel.

Ce fameux concours, c’était le Prix d’Europe, qu’elle a remporté en juin 2021, la plus grande réalisation de sa carrière de chanteuse. Il y avait 40 ans qu’un artiste en chant n’avait pas mis la main sur cet honneur. Grâce à ce succès, elle a pu se démarquer et retourner se perfectionner à la Chapelle musicale Reine Elisabeth de Belgique. Carole-Anne Roussel a aussi participé à une tournée avec Jeunesses musicales Canada, où elle interprétait le rôle de Leïla dans l’opéra «Les pêcheurs de perles» de Bizet.

L’artiste louperivoise a tenté sa chance au concours de l’Orchestre symphonique de Montréal (OSM) en novembre dernier, où elle a atteint la finale. Tous les finalistes remporté un prix de 2 000 $. De plus, Carole-Anne Roussel a été sélectionnée pour participer à un stage de perfectionnement de voix de deux semaines à l’Académie Orford Musique dans les Cantons-de-L’Est en 2022.  «J’ai une propension pour les concours à cause de ma personnalité et de ma manière de travailler ma voix, d’une manière très athlétique. C’est plus facile pour moi de me démarquer que d’autres personnes», explique-t-elle. En remportant des prix et des distinctions, elle attire ainsi l’attention d’orchestres qui voudraient lui confier des contrats et l’engager.  «Je dois continuer de travailler beaucoup mon art avec mon microscope à tous les jours pour faire grandir tous mes muscles, mes capacités dramatiques, vocales, instrumentales, musicales», ajoute Carole-Anne Roussel.

Cette dernière puise dans son passé d’athlète en patinage de vitesse pour offrir le meilleur d’elle-même lors de ses performances sur la scène. Pendant 13 ans, elle a fait partie du club des Loupiots, à Rivière-du-Loup. «C’est vraiment un fondement de ma personnalité artistique. J’ai la capacité de voir le chant comme un sport. Je vais chercher comment j’ai été élevée à travers le sport et je le mets dans la musique, par la visualisation, la préparation à la performance, l’atteinte des objectifs, le fairplay. Je travaille seule à seule avec un coach, le sport se calque vraiment bien à ce que je vis artistiquement.»

La chanteuse louperivoise prendra quelques jours de congé pendant le temps des Fêtes afin d’attaquer la prochaine année. «Le choix que j’ai fait de vivre à Rivière-du-Loup m’isole de mes pairs, mais il me permet d’être plus fidèle à ce que j’aime et à ce que je veux faire. Je suis contente et fière d’être Louperivoise et j’amène cela partout avec moi», conclut Carole-Anne Roussel.  

» À lire aussi : Carole-Anne Roussel remporte le prestigieux Prix d’Europe 2021

Publicité


Publicité

Commentez cet article