Publicité

18 juin 2020 - 06:59 | Mis à jour : 12:47

Quand l’accordéon devient viral

Lydia Barnabé-Roy

Par Lydia Barnabé-Roy, Journaliste

Depuis plus de deux mois déjà, le jeune accordéoniste Éric Boucher de Saint-Hubert de Rivière-du-Loup donne rendez-vous à ses abonnés pour des spectacles folkloriques. Sa formule  hebdomadaire fait réagir des centaines de personnes et le nombre augmente au fil des semaines. Le 6 juin dernier, la vidéo en direct sur Facebook du Saint-Hubertin a récolté plus de 700 j’aime, 2 900 commentaires, 880 partages et 23 000 vues.

Les statistiques ne mentent pas quant à l’engouement des internautes autour des spectacles d’Éric. «Ma vidéo des 23 000 vues, j’ai eu 446 personnes qui m’ont regardé jouer et ça n’a jamais descendu en bas de 330 personnes en même temps. Il y avait du monde d’un peu partout : Ontario, Beaupré, États-Unis, Côte-Nord, Gaspésie, Manitoba. J’ai eu plus de 150 demandes d’amitié aussi.» Le support des auditeurs envers ce jeune artiste de 20 ans est remarquable, il arrive à rejoindre presque autant de personnes que Steeve Hill auteur-compositeur-interprète, guitariste et chanteur de blues rock canadien qui fait aussi un direct par semaine.

Le jeune homme a commencé ses vidéos aux alentours de Pâques. «J’ai fait trois jours de musique pendant la fin de semaine et j'ai reçu des demandes pour continuer, alors j’ai décidé d’en faire tous les jours. » Avec la grande charge de travail, Éric a diminué ses spectacles à un par semaine pour un total de quatre par mois. Quand Info Dimanche lui a demandé comment il faisait pour rester toujours constant et motivé dans ses spectacles en direct, il a répondu du tac au tac : « J’aime ça, j’ai un don pour ça, les internautes me le disent! Quand je joue de l’accordéon, je m’accompagne avec mes pieds en même temps et quand je chante, je fais mes propres trames de musique avec mon clavier.» Le jeune homme essaie toujours de diversifier ses spectacles en alternant entre l’accordéon, le clavier, la guitare et le chant.

Éric Boucher entend continuer ses spectacles hebdomadaires encore deux ou trois mois. C’est important pour lui de promouvoir le folklore pour que ce genre de musique ne tombe pas dans l’oubli. Peu de musiciens en jouent et les abonnés qui l’écoutent en redemandent. «J’ai juste des commentaires positifs, ça fait du bien aux auditeurs. Plusieurs personnes me connaissaient, mais ignoraient que je jouais de l’accordéon.»

Le Saint-Hubertin a découvert le folklore alors qu’il dansait dans les galas à 6 ans. Il a commencé à apprendre l’accordéon à 12 ans, un mois après la séparation de ses parents. C’est Raoul Berger qui lui a offert l’instrument et montré à jouer à ses débuts. «Il trouvait que j’apprenais rapidement, j’ai donc vite changé à un accordéon à deux rangées. Par la suite, j’ai appris seul à l’oreille, comme pour mes autres instruments».

Éric Boucher compte un disque à son actif et possède maintenant six différents accordéons. Presque l’entièreté de ses 500 albums produits ont été vendus, il ne lui reste que sept exemplaires. L’ambitieux jeune homme a confié qu’il sortirait peut-être un deuxième album dans un an ou deux. En attendant, il est possible de l’écouter les samedis à chaque semaine sur son profil Facebook.

» À lire aussi : Éric Boucher, la relève de la musique folklorique

Quelques commentaires publiés sur Facebook sous le direct de 23 000 vues d’Éric:

J'ai 84 ans et j'habite dans une résidence à Québec. Ça fait des années que je n'ai pas passé un si beau samedi soir. Merci, merci Éric, tu es formidable. - Fleurette Boudreau

Oh là là, tu as réussi à me faire pleurer par rapport à des choses personnelles et, en plus, tu mets de l'accordéon… Ça me touche au plus profond de mon coeur... très jolie chanson, vraiment -Denise Létourneau

J'ai passé une belle soirée à t'écouter. Je joue moi aussi de l'accordéon, pas aussi bien que toi, mais quand même. Ça m'a rappelé le temps où je demeurais à Matane lorsqu'on avait nos soirées de danse, je jouais avec mes oncles. -Vercheres Bérubé


 

Publicité


Publicité

Commentez cet article