Publicité

5 mai 2020 - 06:59

Entre le rêve et la réalité, les œuvres d’Isabelle Nisole

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

D’origine française, l’artiste Isabelle Nisole a immigré au Québec en 2009 pour s’installer à Pohénégamook, au Témiscoauta. Ses aquarelles réalistes et colorées, des portraits à la mine de crayon et des paysages couvrent les murs de la réception du Motel Sans Frontières, dont elle est la propriétaire depuis une dizaine d’années. L’hiver est pour elle une période de création, en raison de l’achalandage touristique à la baisse.

«J’ai vendu ma petite maison en France et j’ai immigré en 2009 en tant qu’entrepreneure au Canada, à Pohénégamook. Je suis passée devant ce motel qui était à vendre, et au bout de trois mois j’étais déjà installée», explique Mme Nisole. Sa personnalité contemplative lui permet de trouver l’inspiration de ses œuvres dans la nature, près du lac.

«Du plus loin que je me souvienne, quand j’avais 6 ou 7 ans, je faisais déjà du dessin. J’ai commencé à peindre à la peinture à l’huile vers 13 ans. J’ai appris toute seule, je suis une autodidacte. Ensuite, j’ai eu mes enfants de 20 à 25 ans et je m’occupais aussi d’une entreprise en France. Quand ils ont grandi, j’avais alors 30 ans, je me suis tournée vers l’aquarelle pour créer des œuvres oniriques, qui tendent vers le rêve», ajoute l’artiste maintenant âgée de 62 ans.

Ses créations sont exposées au Motel Sans Frontières de Pohénégamook  et en été à la Vieille Gare de Rivière-Bleue. Parmi ses sujets de prédilection, les portraits de femmes sont un thème récurrent et le symbolisme occupe aussi une place importante. Il faut toutefois prendre le temps d’analyser ses aquarelles pour bien saisir l’histoire qui se cache derrière les coups de pinceau. «Chaque personne peut en faire son interprétation selon son bagage personnel. La création est pour moi un exutoire. Avec les illustrations, je me prends moins la tête», plaisante-t-elle.

C’est qu’il y a un an environ, Isabelle Nisole a publié un livre illustré avec ses propres aquarelles intitulé «Mystère sur le lac Pohénégamook». Il s’adresse autant aux enfants qu’aux adultes. On suit les 11 petits-enfants de Mme Nisole en vacances chez leur grand-mère qui sont à la recherche de Ponik, le monstre du lac. Ils découvrent pendants leurs aventures les valeur d’entraide, de solidarité, de l’amitié, du respect de la nature et des différences. Divers endroits importants de Pohénégamook y sont représentés, dont le belvédère de la Croix et la marina, notamment.

Avec le confinement, Isabelle Nisole travaille sur son prochain projet, des aquarelles de la région de Pohénégamook qu’elle souhaite rassembler dans un carnet. Il est possible de voir les créations de Mme Nisole sur sa page Facebook Les aquarelles et illustrations Isabelle Nisole-Leblanc ou au peintureillustrationnisoleleblanc.weebly.com

Publicité


Publicité

Commentez cet article