Publicité

13 février 2021 - 06:54

Fortes demandes pour les portes et fenêtres

Opération recrutement chez Lepage Millwork 

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin

D’ordinaire, l’arrivée des mois de décembre, janvier et février marque le passage en basse saison pour l’entreprise Lepage Millwork de Rivière-du-Loup. Une période toujours occupée, mais moins frénétique que peuvent l’être les mois de l’été. Or, la situation est tout autre en cette année folle. Les affaires vont bien et les équipes travaillent à plein régime, même au cœur de l’hiver. À preuve, l’entreprise recherche au-delà de 40 nouveaux talents afin de poursuivre sa croissance et surtout de répondre aux demandes de sa clientèle. 

Au bout du fil, le directeur général de l’entreprise, François-Xavier Bonneville, reconnait que les ventes se portent bien, très bien même. Avec beaucoup d’humilité, il explique que les derniers mois ont été synonymes de croissance pour l’entreprise qui se spécialise dans la fabrication et l’assemblage de portes et de fenêtres sur mesure. 

«C’est particulier, parce qu’on sait très bien que pour beaucoup de gens c’est difficile en ce moment, c’est parfois même critique. Mais de notre côté, il faut admettre que nous avons beaucoup de travail, nous sommes vraiment choyés», partage-t-il. 

Depuis le début de la pandémie, au printemps dernier, le secteur de la rénovation est très actif aux États-Unis comme au Canada. Les budgets voyage de plusieurs ménages ont été transférés sur l’amélioration de la maison. Les entrepreneurs, les architectes et les détaillants sont débordés. Les entreprises manufacturières du domaine, aussi. 

«Les gens ont profité de la pandémie pour faire des travaux, alors la demande pour les portes et fenêtres est forte depuis plusieurs mois. Nous avions chaque semaine plus de commandes qu’à l’habitude et ça ne s’est jamais vraiment arrêté […] Normalement, avec la neige, la situation revient à la normale et on retrouve des délais [de livraison] plus courts, mais les gens ont continué de commander.»

François-Xavier Bonneville confie que l’entreprise réussit, lors d’un hiver régulier, à livrer des fenêtres dans le même mois que la commande, parfois le mois suivant. Au moment d’écrire ces lignes, les équipiers travaillent sans relâche, mais on estime tout de même que les commandes actuelles seront livrées au mois de mai ou juin. 

«Nous sommes à 14, parfois à 16 semaines de livraison», explique l’homme d’affaires. «Ça veut dire que toutes les semaines précédentes sont remplies et occupées. On pourrait avoir le double de personnes et on aurait de l’ouvrage pour eux», admet le dirigeant, bien au fait que la haute saison, qui reviendra en force au printemps, apportera également son lot important de nouvelles demandes. 

Il n’y a donc pas de secret. L’entreprise, l’un des fleurons de l’économie louperivoise, a besoin de travailleurs… et vite. Elle est présentement à la recherche de plus de 40 nouvelles personnes afin de compléter sa grande famille. Des campagnes de recrutement ont été lancées dans la région, mais aussi ailleurs au Québec. Une vaste opération qui a même été devancée au calendrier. 

«Trouver des gens, dans le contexte actuel, ce n’est pas facile, mais c’est une priorité. On veut vraiment monter nos équipes, autant sur le quart de jour que de soir, pour être capable d’augmenter notre production et de ramener des délais à un niveau intéressant pour nos clients», souligne François-Xavier Bonneville. 

C’est d’ailleurs pour attirer de la main-d’œuvre que Lepage Millwork a fait l’acquisition du Château Grandville de Rivière-du-Loup à la fin de l’année 2020. La direction espère permettre aux travailleurs de la région éloignée du Bas-Saint-Laurent, de Québec et du Nouveau-Brunswick, par exemple, d’avoir facilement accès à un studio durant leur semaine de travail. 

L’entreprise collabore aussi avec différents organismes pour attirer les travailleurs des grands centres qui aimeraient venir s’établir en région. Elle commence également à regarder du côté de l’immigration et à s’attaquer au recrutement international avec l’embauche d’une personne dédiée à cette tâche. 

«On commence à y travailler, parce qu’on veut être prêt la journée où on sera rendu là, mais disons que ce n’est pas pour cette année. Il y a beaucoup d’implications reliées à tout cela. Pour le moment, on priorise les gens de la région», assure le directeur général. 

Les besoins de main-d’œuvre actuels sont nombreux chez Lepage Millwork, tant dans l’usine que dans les bureaux, du côté administratif. Assembleur, coordinateur service aux pièces, électromécanicien, électricien industriel et agent de service après-vente ne sont que quelques-uns des postes à combler. 

«Nous sommes en train d’implanter un nouveau système informatique de gestion intégré au sein de l’entreprise. Ça fait déjà deux ans qu’on travaille là-dessus et c’est cette année qu’on le déploie. On a donc aussi besoin de gens en programmation et en amélioration continue pour aider notre équipe en place», soutient François-Xavier Bonneville. 

«Il y a beaucoup d’effervescence actuellement. Tout bouge en même temps, les gens travaillent fort et ça donne des résultats. Ce n’est vraiment pas les projets et les idées qui manquent. C’est plus les bons équipiers et les bons candidats pour nous permettre de continuer à avancer», ajoute-t-il. 

D’année en année, environ 420 employés travaillent chez Lepage Millwork durant l’hiver. Ce nombre monte à plus de 450 au printemps et à l’été. Cette année, l’entreprise souhaite faire un bond plus important. Si la campagne de recrutement actuelle se déroule bien, elle n’écarte pas la possibilité d’accueillir encore davantage de nouveaux travailleurs d’ici décembre 2021. 

Publicité


Publicité

Commentez cet article