Publicité

7 janvier 2021 - 06:58

Alex Ann Villeneuve Simard, Lafontaine comme jamais

François Drouin

Par François Drouin, journaliste

Twitter François Drouin

Celle qui a été le visage même d'Espace Centre-ville au cours des trois dernières années a annoncé en décembre l’ouverture de sa boutique éphémère. Alex Ann Villeneuve Simard va donc l'autre côté du miroir et rejoint ceux et celles qu'elle représentait il y a quelques semaines à peine.

Sa boutique de mode, dont elle n’a pas encore trouvé le nom, aura pignon sur la rue Lafontaine dans ce même centre-ville louperivois qu'elle aime tant. «Le concept des boutiques éphémères ça existe déjà, mais ce modèle précis-là, je ne sais pas s'il existe un comparable. Souvent c'est le designer qui va louer un local pour trois semaines et qui va gérer ses employés et ses installations… Moi ce que je propose, c'est une formule clé en main», explique l'entrepreneure.

Alors qu'une boutique éphémère classique est un point de vente pour une courte durée, celle mise sur pied par la jeune femme verra plutôt les produits offerts disponibles pour un temps limité au profit d'une rotation chez les exposants. «C'est comme une ardoise au restaurant, le menu changera toujours au profit de produits québécois», explique Alex Ann Villeneuve Simard.

La boutique sera donc dédiée aux produits québécois, qu’il s’agisse de vêtements, de bijoux et d’accessoires. Les exposants qu’Alex Ann Villeneuve Simard présente comme des «invités» se succèderont sur des périodes de deux à cinq semaines. Toutefois, trois entreprises y seront toujours à l'honneur.

Dans les faits, elle cherchait un promoteur pour venir s'installer à Rivière-du-Loup pour opérer ce type de commerce. Mais plus elle cherchait, plus le concept se précisait à un point où l'évidence lui est apparue: c'était son projet et elle était certainement la mieux placée pour lui donner vie.

Alex Ann Villeneuve Simard a donc effectué une étude de marché majoritairement auprès de femmes de 25 à 40 ans. Elle a travaillé avec quelques designers québécois qui ont des productions de différentes grosseurs afin de s'assurer que son projet puisse répondre à leurs besoins, des entreprises québécoises dont la production est vendue en ligne ont aussi été contactées.

Justement, à l'ère de l'achat en ligne, n'est-ce pas un pari risqué? «Il y a une demande, les gens veulent essayer, on veut toucher au tissu. Je fais partie des gens qui ne veulent pas gérer les retours. Oui, les gens "lookent" et ils veulent essayer. (...) Il y a aussi la rotation, les lancements, les exposants peuvent être sur place, discuter directement avec leurs clients et ils ne sont pas pris pour opérer la caisse», répond la jeune femme. Son concept lui évite aussi une gestion d’inventaire.

Sa boutique se veut complémentaire de l'offre actuelle et se pose en partenariat avec les boutiques qui souhaitent tester un marché ou une marque. «Tu as ton commerce, une compagnie de vêtement t'intéresse, mais tu as des réserves ou des doutes, parfait, faisons-la venir à la boutique deux semaines et je te donnerai tous les résultats. Si tu la fais entrer à l'année dans ton propre commerce après, tant mieux», poursuit Alex Ann.

Son but est donc de surfer sur la nouveauté. Pour y arriver, elle entend se bâtir une communauté qui la tiendra constamment informée.

Mais si vous croyez que l'on confine Alex-Ann Villeneuve derrière le comptoir d'une boutique, détrompez-vous. Ça ne prend pas un «geni» pour comprendre qu'il s'agit d'une première étape. Si Alex Ann sait jouer avec les mots, force est d'admettre qu'elle manie tout aussi bien les idées. «C'est le projet 1 d'une longue série. Ceux qui me connaissent savent que je suis une fille d'idées, de beaucoup d'idées [rire] et je veux à la fois valoriser et faire connaitre notre économie locale, régionale et provinciale.»

Il ne manque plus que l’ouverture… et un nom !

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article