Publicité
20 novembre 2018 - 14:37 | Mis à jour : 17:08

Dans un jardin sous la protection de la Loi sur la faillite

François Drouin

Par François Drouin, journaliste

Twitter François Drouin

Après plus de 35 ans dans un Jardin, qui possède une boutique à Rivière-du-Loup, ferme ses portes. L'entreprise et sa filiale de fabrication Art de Vivre Fabrication ont confirmé lundi qu'elles ont déposé un Avis d'intention de faire une proposition à leurs créanciers en vertu de la Loi sur la faillite et l'insolvabilité.

Par voie de communiqué, l'entreprise a précisé que les difficultés financières auxquelles elle est actuellement confrontée sont non seulement causées par la conjoncture du marché et la concurrence accrue, mais aussi par la diminution significative des ventes au cours des dernières années et une structure de couts devenue trop importante pour les ventes générées.

Dans le but d'effectuer une proposition à ses créanciers, dans un Jardin annonce la fermeture de ses magasins et de son unité de fabrication située à Boucherville et la liquidation de l'inventaire. L'entreprise précise être à la recherche d'acheteurs pour différents actifs.

L'entreprise annonce que les magasins, dont celui situé au Centre commercial Rivière-du-Loup, demeureront ouverts pendant le processus de liquidation et pourront desservir leur clientèle comme à l'habitude. À cet effet, tous les programmes de service à la clientèle (échanges, remboursements, retours de marchandises, mises de côté, cartes fidélité, cartes cadeaux, etc.) seront maintenus.

Dans son communiqué, dans un Jardin précise qu'au fil des ans, elle a mis en place de nombreuses initiatives dans le but d'optimiser ses activités et d'améliorer sa rentabilité, mais qu'elle n'a jamais réussi à générer suffisamment de liquidités pour supporter ses structures de couts.

Les efforts de relance entrepris au cours des dernières années n'ayant pas porté fruits, les actionnaires en sont venus à la conclusion que la seule option possible était de cesser les opérations et de procéder à la liquidation ordonnée.

 

Publicité

Commentez cet article