X
Rechercher
Nous joindre
Publicité

10 M$ pour la protection des forêts contre la tordeuse des bourgerons de l’épinette

durée 4 mai 2024 | 06h02
  • Dans son budget 2024-2025, le gouvernement du Québec a annoncé qu'il injectait 10 M$ supplémentaires pour renforcer ses efforts visant à protéger les forêts touchées par l'épidémie de la tordeuse des bourgeons de l'épinette (TBE). La ministre des Ressources naturelles et des Forêts et ministre responsable de la région du Bas-Saint-Laurent et de la région de la Gaspésie - Îles-de-la-Madeleine, Maïté Blanchette Vézina, en fait l'annonce le 3 mai.

    Cette nouvelle somme porte ainsi l'enveloppe totale allouée en 2024 à près de 59 M$. Ce budget permettra de poursuivre les programmes de protection des peuplements contre la TBE au moyen de pulvérisations aériennes d'insecticide biologique dans certaines forêts atteintes par l'insecte et de couvrir trois nouvelles régions.

    «Notre gouvernement va de l'avant avec de nouveaux investissements pour diminuer les répercussions de la TBE sur la forêt québécoise et sur l'économie des régions touchées. Nous suivons cette épidémie de près dans l'ensemble du Québec, en forêt tant publique que privée, et sommes prêts à réagir», a souligné la ministre Vézina.

    À l'échelle du Québec, l'épidémie de TBE est toujours active. En raison de la progression importante de l'épidémie dans l'ouest de la province, il est jugé nécessaire de maintenir les mesures en place et d'ajouter trois nouvelles régions, soit l'Outaouais, les Laurentides et le Nord-du-Québec, pour l'arrosage aérien.

    Les arrosages aériens réalisés par la Société de protection des forêts contre les insectes et maladies (SOPFIM) couvriront ainsi les 10 régions suivantes cette année : Bas-Saint-Laurent : 104 000 hectares, Saguenay−Lac-Saint-Jean : 155 000 hectares, Capitale-Nationale : 27 000 hectares, Abitibi-Témiscamingue : 105 000 hectares, Côte-Nord : 28 000 hectares, Gaspésie - Îles-de-la-Madeleine : 197 000 hectares, Chaudière-Appalaches : 7 000 hectares, Outaouais : 32 000 hectares, Laurentides : 29 000 hectares, Nord-du-Québec : 1 200 hectares

    Ces arrosages aériens, en forêt publique et privée, ont pour objectif de maintenir en vie les arbres touchés en préservant au moins la moitié du feuillage annuel des essences vulnérables, soit le sapin baumier et l'épinette blanche, dans des secteurs ciblés. Le programme permettant l'arrosage en petite forêt privée est maintenu.

    Outre les arrosages, le Ministère déploie aussi des mesures telles que la récolte préventive des forêts vulnérables, l'utilisation de traitements sylvicoles adaptés et la récupération de forêts ayant une proportion variable d'arbres morts.
    La TBE se trouve en permanence dans les forêts du Québec, même en l'absence d'épidémie. La densité des populations de l'insecte augmente graduellement pour atteindre le stade de l'épidémie tous les 30 à 35 ans.

    Notons que l'insecticide biologique Bacillus thuringiensis var. kurstaki (Btk) est utilisé dans le cadre des opérations d'arrosage. Le Btk est homologué par Santé Canada, et son utilisation est jugée sans risque pour la santé humaine, la faune et la flore.
     

    commentairesCommentaires

    0

    Publicité

    RECOMMANDÉS POUR VOUS


    29 mai 2024 | 15h13

    Maintien de la traverse à Rivière-du-Loup : le gouvernement refuse de prendre position 

    Le gouvernement de la Coalition Avenir Québec (CAQ) continue d’entretenir une incertitude dans le dossier de la traverse entre Rivière-du-Loup et Saint-Siméon. Les députés de la CAQ ont refusé d'appuyer une motion présentée par le Parti libéral du Québec demandant au gouvernement de s'engager à maintenir le lien maritime au quai louperivois, ce ...

    29 mai 2024 | 14h05

    Plus de 75 cas actifs de coqueluche dans les MRC de Rivière-du-Loup et de Kamouraska

    Dans les dernières semaines, la direction de la santé publique régionale a observé une recrudescence des cas de coqueluche dans les secteurs de Rivière-du-Loup et de Kamouraska. En date du 28 mai, 75 cas actifs ont été répertoriés sur le territoire du Centre intégré de santé et de services sociaux du Bas-Saint-Laurent (CISSSBSL). Selon le Dr ...

    29 mai 2024 | 10h54

    La Chambre de commerce de retour à l’Assemblée nationale dans le dossier de la traverse

    À l’initiative de la Ville de Rivière-du-Loup et en compagnie d’une délégation de représentants de la région, la Chambre de commerce de la MRC de Rivière-du-Loup s’est de nouveau rendue à l’Assemblée nationale pour exiger un fois de plus le maintien de la Traverse Rivière-du-Loup - Saint-Siméon, ce mercredi 29 mai.  «Il est inconcevable que le ...