X
Rechercher
Nous joindre
Publicité

Ententes de principe intersectorielle et sectorielle

Entente de principe : les enseignants du KRTB divisés

durée 25 janvier 2024 | 14h08
  • Marc-Antoine Paquin
    Par Marc-Antoine Paquin

    Journaliste

    Le Syndicat de l’enseignement du Grand-Portage (SEGP-CSQ) a dévoilé les résultats des votes sur l’entente de principe entre le gouvernement le Front commun, le 25 janvier. On y apprend que les enseignants du Centre de services scolaire Kamouraska-Rivière-du-Loup ont rejeté la partie sectorielle concernant les conditions d’enseignement. 

    Concrètement, 57,1 % des 521 personnes qui ont voté se sont prononcés contre la proposition de règlement sectoriel. Au contraire, 42,9 % ont dit être faveur. Le taux d’abstention, très bas, s’élève à 0,4 %. 

    Du côté de la Commission scolaire du Fleuve-et-des-Lacs, le vote a été plus positif, mais il demeure partagé, alors que 53 % des 295 votants se sont prononcés positivement vis-à-vis la proposition. Il s’agit d’une faible majorité, puisque le pourcentage de personnes qui ont voté contre s’élève à 47 %. 

    Fait aussi à noter : le taux d’abstention est à 4 % de ce côté, ce qui laisse croire que ces personnes – qui ont préféré ne pas voter – auraient pu avoir un sérieux impact sur le résultat final si elles s’étaient dit contre, par exemple.
     

    Centre de services scolaire du Centre de services scolaire de Fleuve-et-des-Lacs (CSSFL) Kamouraska-Rivière-du-Loup (CSSKR)

    Entente de principe intersectorielle

    POUR 96 %

    Entente de principe intersectorielle

    POUR 94,6 %

    Proposition de règlement sectoriel

    POUR 53 %

    Proposition de règlement sectoriel

    CONTRE 57,1 %

     

    Il faut savoir que l’entente sectorielle concernait notamment la composition de la classe et la tâche. Vraisemblablement, les enseignants de la région estiment que la proposition qui leur a été faite ne répond pas à leurs attentes. 

    «Pour l’obtention d’un règlement satisfaisant, les enseignantes et enseignants misaient sur l’amélioration de leurs conditions d’exercice, notamment au regard de la composition de la classe», a confirmé la présidente du SEGP-CSQ, Natacha Blanchet. «Or, même si on avance dans la bonne direction, les enseignantes et les enseignants sont déçus. Ils souhaitaient davantage de moyens pour la composition de la classe, surtout quand on considère l’ampleur des besoins dans les milieux.» 

    Lors de l’assemblée générale tenue virtuellement le mardi 23 janvier, plusieurs professionnels avaient fait des commentaires et posé des questions sur l’entente sectorielle en particulier. Une discussion animée qui avait déjà permis au syndicat de réaliser que la proposition présentée ne faisait pas l’unanimité. 

    «De plus en plus, on se rend compte que près de 50 % des élèves sont avec des plans d’intervention, sont allophones ou vivent avec des troubles de comportement ou des difficultés d’apprentissage. Cette réalité complexifie l’enseignement de groupe», a expliqué Mme Blanchet. 

    Selon elle, les résultats du vote à ce niveau doivent être perçus comme un signal du côté du gouvernement. «Il faudra voir quels sont les résultats des autres assemblées au Québec, mais plus c’est nuancé, plus on envoie le message que ce n’est pas satisfaisant et qu’il y a encore du travail à faire.»

    ENTENTE DE PRINCIPE INTERSECTORIELLE

    Quant à l’entente de principe intersectorielle, laquelle comprenait la hausse salariale, elle a été approuvée à 94,6 % par les professionnels du CSS de Kamouraska-Rivière-du-Loup et à 96 % par ceux du CSS du Fleuve-et-des-Lacs. 

    De ce côté, le message est clair et éloquent : l’atteinte d’une hausse salariale de 17,4 % sur cinq ans correspond aux attentes du personnel enseignant de la région. Ce sujet n’a d’ailleurs pas soulevé les passions lors de l’assemblée générale, signe que la proposition, qui touchait également la retraite, les droits parentaux et les assurances collectives, était vue positivement. 

    Notons que le vote virtuel a débuté en soirée le 24 janvier avant de se terminer au petit matin, le lendemain. Au final, 816 enseignants du KRTB se sont prononcés. Plus tôt dans la semaine, ils avaient été encore plus nombreux à assister à l’assemblée générale (également organisée de façon virtuelle). Selon le syndicat, il s’agit d’un taux de participation de plus de 70 %, ce qui est très bien. 

    Pour la suite, les assemblées générales se poursuivent dans les autres syndicats affiliés à la Centrale des syndicats du Québec (CSQ). Un portrait final des résultats globaux des votes du Front commun et de la Fédération des syndicats de l’enseignement (FSE) sera disponible à la mi-février. Les informations seront acheminées aux membres par la suite.

     

    commentairesCommentaires

    0

    Publicité

    RECOMMANDÉS POUR VOUS


    Publié à 6h53

    Entre douleur et rémission, le chemin se nomme action pour Charlène Dupasquier

    Imaginez votre quotidien quand des gestes aussi simples que marcher ou courir représentent un défi important. Imaginez vivre cette réalité quand votre vie est axée autour du mouvement, du plein air et de l’activité physique. Un cauchemar éveillé. C’est pourtant ce que vit la guide d’aventure et biologiste Charlène Dupasquier depuis qu’elle cohabite ...

    Publié à 6h32

    Lancement du Golf en santé Hôtel Levesque

    La Fondation de la santé de Rivière-du-Loup a annoncé, le 23 mars, que les inscriptions pour son activité de Golf en santé Hôtel Levesque du 7 juin prochain sont ouvertes. L’évènement se déroulera au Club de Golf de Rivière-du-Loup et, par la suite, à l’Hôtel Universel pour un souper en santé Aliments Asta, incluant un encan à la criée présenté ...

    Publié à 6h07

    Interdiction de dégriffer les chats au Québec : «C’est une bonne nouvelle que tout le monde partage» -Heidi Pomerleau

    Après des années à demander des changements quant aux chirurgies mineures chez les animaux, les professionnels du monde animal ont obtenu gain de cause. La Loi sur le bien-être et la sécurité de l’animal, entrée en vigueur le 10 février, interdit notamment le dégriffage chez les chats. Une nouvelle qui réjouit les vétérinaires dont Heidie Pomerleau, ...