X
Rechercher
Nous joindre
Publicité

Régie de transport du Bas-Saint-Laurent

Constitution officielle de la régie intermunicipale de transport collectif

durée 21 janvier 2024 | 10h05
  • Réunis à Mont-Joli à l’occasion de son premier conseil d’administration, les administrateurs de la Régie intermunicipale de transport collectif du Bas-Saint-Laurent annoncent la création officielle de la Régie.

    Un avis publié dans la Gazette officielle du Québec du 13 janvier 2024 a promulgué la constitution de la Régie de transport du Bas-Saint-Laurent (RTBSL) décrétée par le ministère des Affaires municipales en décembre dernier.

    PERSÉVÉRANCE BAS-LAURENTIENNE POUR DE MEILLEURS SERVICES DE TRANSPORT À LA POPULATION

    Rappelons que la RTBSL a été créée à l’initiative des municipalités régionales de comté (MRC) des Basques, de la Matapédia, de la Matanie, de la Mitis, de Rivière-du-Loup, de Témiscouata et de Rimouski-Neigette. Au total, ce sont donc 96 municipalités qui vont bénéficier de l’offre bonifiée en transport collectif. La Régie est le fruit de mandats et d’études de besoins en transports menés depuis plus d’une décennie à la demande de la Conférence régionale des élus (CRÉ), puis du Collectif régional de développement du Bas-Saint-Laurent (CRDBSL).

    Faisant suite aux importantes coupures de services de Kéolis au Bas-Saint-Laurent au cours de cette période, la Régie proposera, une fois financée, une stratégie régionale en transport collectif où les services actuels des MRC membres seront bonifiés et connectés par de nouveaux services.

    «Il faut souligner la vision et la persévérance des élus et partenaires de la région, qui depuis plus de 10 ans, ont su relever le défi de développer une stratégie régionale concertée de transport collectif», souligne Bertin Denis, préfet de la MRC Les Basques, président du Collectif régional de développement du Bas-Saint-Laurent et administrateur de la Régie de transport du Bas-Saint-Laurent.

    NOMINATION DES OFFICIERS DE LA RÉGIE DE TRANSPORT

    À titre de régie intermunicipale, le conseil d’administration de la Régie est composé d’un représentant élu nommé par chacune des sept MRC membres.

    Le premier conseil d’administration a procédé à la nomination des officiers de la Régie. Louis- Marie Bastille a été élu à titre de président alors que Sylvie Blanchette et Bruno Paradis ont été élus respectivement aux postes de vice-présidente et vice-président.

    MEMBRES DU CA DE LA RÉGIE DE TRANSPORT DU BAS-SAINT-LAURENT

    • MRC de Rivière-du-Loup : Louis-Marie Bastille, président de la RTBSL, maire de Saint-Modeste
    • MRC de La Matapédia : Sylvie Blanchette, vice-présidente de la RTBSL, mairesse d'Amqui
    • MRC de La Mitis : Bruno Paradis, vice-président de la RTBSL, préfet de la MRC de La Mitis, maire de Price
    • MRC de La Matanie : Gérald Beaulieu, préfet de la MRC de La Matanie, maire de Baie-des-Sables
    • MRC de Témiscouata : Serge Pelletier, préfet de La MRC de Témiscouata
    • MRC de Rimouski-Neigette : Francis St-Pierre, préfet de la MRC de Rimouski-Neigette, maire de Saint-Anaclet-de-Lessard
    • MRC Les Basques : Bertin Denis, préfet de la MRC Les Basques

    FINANCER LA RÉGIE DE TRANSPORT : UNE DEMAINDE ADRESSÉE AU MINISTRE ÉRIC GIRARD

    Le premier objectif de la Régie consiste à financer ses opérations par une majoration de la taxe sur les carburants. Une demande a été adressée à cet effet au ministre des Finances du Québec, Éric Girard, en décembre dernier.

    Appuyée par un solide dossier se basant sur l’historique des ventes d’essence sur le territoire et un budget prévisionnel sur cinq ans, la Régie demande au ministère des Finances du Québec une majoration de la taxe sur les carburants de 0,02 $ par litre d'essence vendu. Le territoire visé est celui des sept MRC membres, incluant la Ville de Rimouski qui bénéficierait également de la majoration de la taxe pour son service de transport collectif.

    «À l’instar de la Régie intermunicipale de transport Gaspésie-Iles-de-la-Madeleine (RÉGIM), la majoration de la taxe sur les carburants est le mode de financement établi par la région pour améliorer significativement sa mobilité dans une perspective de développement durable. Nous sommes confiants que le gouvernement du Québec respectera la volonté du Bas-Saint-Laurent à cet égard et accordera la majoration demandée», souligne Louis-Marie Bastille, président de la Régie de transport du Bas-Saint-Laurent.

    Preuve d’un large consensus sur la question, de nombreux partenaires régionaux et nationaux témoignent leur appui à la Régie de transport du Bas-Saint-Laurent. À ce jour, 25 lettres d’appui ont été reçues.

    Le conseil d’administration est ravi de constater la cohésion et la solidarité des partenaires envers ses démarches.

    Tout appui peut être partagé à la RTBSL à l’adresse suivante : [email protected]

    commentairesCommentaires

    0

    Publicité

    RECOMMANDÉS POUR VOUS


    Publié à 6h53

    Entre douleur et rémission, le chemin se nomme action pour Charlène Dupasquier

    Imaginez votre quotidien quand des gestes aussi simples que marcher ou courir représentent un défi important. Imaginez vivre cette réalité quand votre vie est axée autour du mouvement, du plein air et de l’activité physique. Un cauchemar éveillé. C’est pourtant ce que vit la guide d’aventure et biologiste Charlène Dupasquier depuis qu’elle cohabite ...

    Publié à 6h32

    Lancement du Golf en santé Hôtel Levesque

    La Fondation de la santé de Rivière-du-Loup a annoncé, le 23 mars, que les inscriptions pour son activité de Golf en santé Hôtel Levesque du 7 juin prochain sont ouvertes. L’évènement se déroulera au Club de Golf de Rivière-du-Loup et, par la suite, à l’Hôtel Universel pour un souper en santé Aliments Asta, incluant un encan à la criée présenté ...

    Publié à 6h07

    Interdiction de dégriffer les chats au Québec : «C’est une bonne nouvelle que tout le monde partage» -Heidi Pomerleau

    Après des années à demander des changements quant aux chirurgies mineures chez les animaux, les professionnels du monde animal ont obtenu gain de cause. La Loi sur le bien-être et la sécurité de l’animal, entrée en vigueur le 10 février, interdit notamment le dégriffage chez les chats. Une nouvelle qui réjouit les vétérinaires dont Heidie Pomerleau, ...