X
Rechercher
Nous joindre
Publicité

La Municipalité de Saint-Simon-de-Rimouski espère un nouvel édifice municipal en 2024

durée 7 novembre 2023 | 06h59
  • Lydia Barnabé-Roy
    Par Lydia Barnabé-Roy

    Journaliste de l'Initiative de journalisme local

    Le projet de construction d’un édifice municipal prévoyant des bureaux municipaux tous neufs et une nouvelle caserne incendie à Saint-Simon-de-Rimouski est toujours sur la table à dessin des élus. Le maire, Denis Marcoux, souhaite sa concrétisation au cours de l’année 2024.

    La Municipalité attend présentement une confirmation d’une subvention du ministère des Affaires municipales et de l'Habitation provenant du programme d'amélioration et de construction d'infrastructures municipales avant de lancer un appel d’offres. Selon son Plan triennal d’immobilisations, Saint-Simon-de-Rimouski prévoit obtenir un montant de 245 000 $. 

    En 2021, l’ancien maire, Richard Caron, avait souligné bénéficier d’une somme de 1 M$ provenant du programme Réfection et construction des infrastructures municipales. Il estimait la part de la Municipalité à 400 000 $.

    La dernière estimation du projet s’élève à près de 2,2 M$. Le directeur général de Saint-Simon-de-Rimouski, Stéphane Lacam-Gitareu, a mentionné à Info Dimanche que le projet a été repris de zéro. «Les anciennes données peuvent être considérées comme caduques. En revanche, nous devrions être en mesure de pouvoir présenter un budget préliminaire d’ici un ou deux mois», a-t-il indiqué.

    ASSURER LA RÉTENTION D’EMPLOYÉS

    Denis Marcoux espère un début des travaux au printemps 2024 pour une livraison en automne du bâtiment. Il travaille à ce que le projet soit au moins réalisé dans une période de deux ans, soit avant la fin de son mandat à la mairie.

    Présentement, les bureaux municipaux se trouvent au sous-sol de la salle Ernest Lepage. Aucune lumière naturelle extérieure n’y entre puisque aucune fenêtre n’y a été aménagée. Pour l’élu, il est impératif d’offrir un meilleur environnement de travail à ses employés. «On a beaucoup de roulement, on aimerait les garder plus longtemps», confie-t-il.

    La caserne actuelle de Saint-Simon-de-Rimouski est fonctionnelle, mais vétuste, indique le maire. Aucun nouvel équipement ne peut être ajouté. «Si on veut garder nos pompiers et s’assurer d’en recruter d’autres, il faut leur donner un environnement sécuritaire et qui leur permet de faire leur travail adéquatement», a-t-il partagé

    Le nouvel édifice permettra donc aux pompiers d’avoir tout le matériel nécessaire à leur travail et aux employés municipaux d’avoir plus d’espace dont une salle de réunion. Avec une nouvelle caserne, les élus tenteront de s’entendre avec les autres municipalités des Basques afin de créer un service de sécurité incendie commun pérenne.

    L’ancienne caserne servira de garage pour la municipalité. Il restera à trouver une nouvelle vocation aux bureaux municipaux actuels.

    Dans les dernières années, les plans du nouveau bâtiment ont été effectués et l’arpentage du terrain, situé sur la route 132 près du centre communautaire, a été réalisé. 

    M. Marcoux espère que les couts de construction n’exploseront pas lors de l’appel d’offres et que les récentes estimations tiennent encore. «À ce moment, s’il y a quelque chose qui change de façon significative on va se retourner pour trouver d’autres sources de financements», a-t-il lancé.
     

    commentairesCommentaires

    0

    Publicité

    RECOMMANDÉS POUR VOUS


    Publié à 6h00

    La Ville de Rivière-du-Loup entreprend l’inventaire de son patrimoine bâti

    Les citoyens qui habitent une maison construite avant 1940 ne devront pas être surpris si quelqu’un photographie leur toit et leurs fenêtres cet été. Il ne s’agit pas d’un fouineur. Il s’agit d’un stagiaire de la Ville de Rivière-du-Loup, embauché pour dresser l’inventaire du patrimoine immobilier. Par de nouvelles dispositions introduites dans ...

    20 juin 2024 | 12h38

    Une fenêtre unique sur l’univers du béluga

    À temps pour l’été et pour la Journée nationale des peuples autochtones, la Première Nation Wolastoqiyik Wahsipekuk ouvrira sa station d’interprétation des bélugas, Putep ‘t-awt, au grand public le vendredi 21 juin. Située à flanc de montagne dans le secteur du port du Gros-Cacouna et du parc côtier Kiskotuk, la plateforme terrestre d’observation ...

    20 juin 2024 | 9h41

    Interdiction de faire des feux à ciel ouvert en forêt ou à proximité

    Le ministère des Ressources naturelles et des Forêts a décidé d’interdire de faire des feux à ciel ouvert en forêt ou à proximité en raison des conditions qui sévissent présentement. Cette décision, prise en collaboration avec la Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU), entraîne donc une interdiction qui entre en vigueur à compter ...