X
Rechercher
Nous joindre
Publicité

Donner du temps aux familles dans le besoin

durée 24 novembre 2022 | 06h55
  • Lydia Barnabé-Roy
    Par Lydia Barnabé-Roy

    Journaliste de l'Initiative de journalisme local

    L’ambiance était à la fête dans la cuisine du Centre de formation professionnelle Pavillon-de-l’Avenir de Rivière-du-Loup ce 23 novembre. Les trois enseignants Josée Morin, Éric Archambault et Mathieu Castonguay, accompagnés de leurs vingt élèves, d’une dizaine de bénévoles ainsi que de six employés de la Maison de la Famille du Grand-Portage ont mis «La main à la pâte» pour une dixième année.

    «Le temps des Fêtes, ce n’est pas tout le monde qui peut faire de la cuisine. On court toujours après le temps», souligne France Rousseau, directrice générale de la Maison de la Famille du Grand-Portage. Donner du temps à ces personnes en cuisinant des tourtières, des pâtés végétariens, des beignes et des tartes sucrées d’érable constitue un des buts de cette campagne de financement renouvelée depuis une décennie.

    Les citoyens, en se procurant un des produits concoctés avec soin par les étudiants et bénévoles, permettent d’accumuler une somme importante pour la Maison de la Famille. Le montant s’élève, année après année, entre 6000 et 7000 $. Ce plus financier aide la Maison à réaliser sa mission première, c’est-à-dire à supporter les parents dans leurs rôles parentaux, puis à leur donner un coup de pouce durant le temps des Fêtes.

    L’activité de financement permet donc à des familles dans le besoin de passer du temps de qualité en famille, puis de se rassembler dans l’amour et la joie. «On se fait plaisir à être en famille, on se fait plaisir à nous et on fait plaisir à d’autres», confie Mme Rousseau. Elle ajoute l’importance que tout le monde soit bien durant les célébrations de Noël. 

    La confection de tartes est devenue une tradition avec les années, soutient la directrice générale. Elle raconte que pour plusieurs, les tourtières, les tartes sucrées à l’érable rappellent des souvenirs, remémorent les bons moments passés en famille. «L’évènement est très attendu!, s’exclame-t-elle. Les produits se vendent bien. Tellement que les beignes et les tartes sucrées, il n’y en a plus déjà. Ce qu’il reste ce sont les tourtières et les pâtés végétariens». 

    UN APPRENTISSAGE UNIQUE

    Au total, ce sont 350 tourtières, 75 pâtés végétariens, 50 douzaines de beignes ainsi que 50 tartes sucrées à l’érable qui ont été confectionnés au Pavillon-de-l’Avenir. «Pour les élèves ce sont des techniques de travail qui sont vraiment différentes d’un repas ou d’autres journées où ils sont dans les préparations individuelles», relève Éric Archambault. 

    Cette énorme production, la plus grosse jamais faite par les étudiants dans leur parcours est effectuée dans le cadre de l’évaluation du module de production «Service de menu de production». Même si la confection se déroulait en une journée, les élèves ont fait de la mise en place deux jours avant l’évènement. Ainsi, ils apprennent à préparer un menu en grandes quantités, à cuire la matière première, à la transformer en pâtés, à les cuire, à les envelopper et ensuite à les mettre en boite. «Il y a comme une chaine de production qui s’installe dans la cuisine», confie M. Archambault. Ils apprennent aussi à travailler par eux-mêmes et prendre des initiatives.

    «Ça fait une activité en soi qui est unique. C’est Noël avant le temps. Et quand on sait qu’au bout de la ligne il y a des petites familles qui bénéficient des sous amassés, c’est le genre d’évènement qu’il faut faire, qu’on tient à réaliser», partage-t-il. En plus, le professeur soulève la synergie contagieuse en cuisine entre toutes les personnes qui mettent la main à la pâte. «Au final, je pense qu’on en sort tous grandis, année après année. […] En plus ça sent bon, ça goûte bon et on a du plaisir», soulève Éric Archambault.

    Pour le professeur, redonner à communauté, c’est la base de la cuisine : «Si on revient loin, loin, le cuisinier nourrissait le village dans le temps. Mais là, il y a des gens qui ont besoin de cette nourriture ou du moins de l’argent qui va avec ça. Oui notre métier, on peut s’enligner dans différents types de restaurants, d’hôtels, on peut voyager dans le monde grâce à lui, mais l’essence c’est de mettre le sourire, d’aider, de nourrir les gens.»

    «Ce sont toutes des personnes qui portent à cœur la Maison de la famille : des entreprises, des citoyens, des bénévoles et des jeunes aussi. Oui des jeunes parce que dans le cadre de leurs cours […] ils ont une action dans la communauté à faire», indique France Rousseau. Elle met aussi de l’avant la collaboration avec le Pavillon-de-l’Avenir et DuBreton qui permet la tenue de la campagne de financement chaque année.

    Les citoyens qui seraient intéressés à encourager le travail des étudiants et des bénévoles en se procurant les tourtières ou les pâtés végétariens restants doivent contacter la Maison de la Famille du Grand-Portage au 418 860-4818 pour passer une commande.
     

    commentairesCommentaires

    0

    Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

    RECOMMANDÉS POUR VOUS


    27 novembre 2022 | 9h25

    Les marchés publics : un maillon important pour l’accessibilité des produits locaux au Bas-Saint-Laurent

    Imaginez 37 producteurs-transformateurs locaux, 14 marchés publics et 36 intervenants du milieu réunis autour des thématiques de la consolidation et du développement des marchés publics au Bas-Saint-Laurent, le tout agrémenté d’un repas mettant en valeur des produits d’ici. C’est ce qui s’est déroulé le 4 novembre dernier lors du Forum sur l’avenir ...

    27 novembre 2022 | 6h57

    Vers un spectacle à grand déploiement à l’église Notre-Dame-des-Neiges

    L’église Notre-Dame-des-Neiges de Trois-Pistoles pourrait être le théâtre d’un «spectacle unique et à grand déploiement» à compter de l’été 2025. C’est le souhait d’un comité qui travaille depuis maintenant trois ans sur le dossier important de la restauration, de la préservation et de la sauvegarde de ce bâtiment patrimonial reconnu un comme ...

    27 novembre 2022 | 6h44

    La Fondation Jeunesse du Bas-Saint-Laurent se joint à un nouveau mouvement

    Suivant l’évolution rapide et constante des besoins essentiels de dizaines de milliers de jeunes sous la protection du Centre de Protection de l’Enfance et de la Jeunesse (CPEJ), et ce à la grandeur du Québec, 12 fondations régionales œuvrant en matière d’aide directe et de soutien à la protection des jeunes, dont la Fondation Jeunesse du ...