Publicité

22 mars 2022 - 14:56

Les efforts de recrutement du CPE les Calinours de Témiscouata-sur-le-Lac sont récompensés

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Le milieu témiscouatain s’est pris en main dès qu’il a constaté la situation précaire des services de garde sur son territoire l’an dernier. Le ministère de la Famille a octroyé 50 places supplémentaires au CPE les Calinours de Témiscouata-sur-le-Lac le 18 mars, auxquelles s’ajoutent six nouvelles responsables en services de garde en milieu familial recrutées grâce aux divers incitatifs financiers totalisant plus de 460 000 $ mis en place en mai 2021.

Les responsables en services de garde en milieu familial ont ouvert leurs portes un peu partout sur le territoire à Témiscouata-sur-le-Lac, Saint-Eusèbe, Rivière-Bleue, Dégelis et Pohénégamook, totalisant 34 places. De plus, six autres candidates suivent présentement le processus afin d’être accréditées. «À chaque semaine ou presque, de nouvelles candidates s’ajoutent […] On constate l’apport positif de notre démarche qui est de toute évidence en lien avec la mise en place des incitatifs financiers», explique la directrice adjointe du bureau coordonnateur du CPE les Calinours, Martine Lévesque.

Selon les données du CPE, la liste d’attente pour obtenir une place en service de garde au Témiscouata compte présentement 190 enfants. Ces chiffres doivent toutefois être analysés avec prudence, indique le maire de Témiscouata-sur-le-Lac et directeur général du CPE les Calinours, Denis Blais, puisque certains enfants pourraient avoir été inscrits sur la liste de plusieurs installations dans un même secteur.  

«Dans une région vaste comme la nôtre, c’est impensable de multiplier les petits CPE. Au niveau de la rentabilité, on oublie ça, parce qu’on gère des deniers publics. On est assez confiant avec ce qu’on présente en terme de représentativité sur l’ensemble du territoire», précise M. Blais.

Le réseau de responsables en services de garde en milieu familial du Témiscouata en compte présentement 40. En situation d’équilibre, entre 50 et 60 personnes gèrent un service de garde en milieu familial au Témiscouata. L’objectif est donc de poursuivre le recrutement au cours des mois à venir. «Lorsqu’on peut offrir des services en petite enfance ou des services de garde en milieu familial, c’est un atout pour une région. Ça devient très attractif au même titre qu’Internet haute vitesse ou la téléphonie cellulaire. Ce sont des incontournables si on veut intéresser de nouvelles familles à s’installer au Témiscouata», ajoute le préfet de la MRC de Témiscouata, Serge Pelletier.

L’an dernier la MRC et le CPE les Calinours avaient annoncé la mise en place d’incitatifs totalisant plus de 461 250 $ pour ouvrir rapidement 150 places supplémentaires en services de garde en milieu familial. Les deux caisses Desjardins du Témiscouata offrent des bourses de 1 000 $ aux dix premières responsables ayant complété leur première année d’opération et huit municipalités ont offert des primes d’attractivité sur leur territoire, en plus de la contribution du ministère de la Famille.

CONSTRUCTION DU CPE

Les 50 places autorisées le 18 mars par le ministère de la Famille devront être réalisées par le CPE les Calinours dans un délai de 24 mois. Le directeur général du CPE Denis Blais indique que pour le moment, plusieurs possibilités sont évaluées, soit une construction neuve, l’agrandissement de l’installation existante ou la location d’un bâtiment. ««Nous voulons aller le plus rapidement possible, mais je ne peux pas spécifier à quel endroit sera le CPE pour le moment», a-t-il indiqué. Lors de l’appel de projets en continu lancé en octobre dernier par le ministère de la Famille dans le cadre de son Grand chantier pour les familles, un groupe de huit places avait été autorisé pour le CPE les Calinours. Il a été ouvert en janvier, puisqu’il ne nécessitait que le réaménagement d’un local multifonctionnel.

Le projet des 50 places a aussi été déposé au ministère de la Famille, puis officialisé la semaine dernière. «On s’est pris en main au Témiscouata quand on a constaté la situation presque catastrophique. Il fallait trouver des moyens pour renverser la vapeur […] L’ensemble des municipalités du Témiscouata se sont mobilisées autour de ce projet-là. Je pense qu’on a été des modèles dans l’ensemble du Québec en étant dans l’action pour trouver des solutions», complète M. Blais. Ainsi, au cours des prochains mois, environ 120 places en services de garde pourraient être ouvertes sur l’objectif des 150 qui avait été fixé lors de la mise en place des incitatifs financiers en 2021. Au cours de l’année 2020-2021, le CPE les Calinours avait été confronté à la fermeture de près de la moitié de ses services de garde en milieu familial.

Publicité


Publicité

Commentez cet article