Publicité

14 janvier 2022 - 06:00

La Bouffée d’Air du KRTB : beaucoup d’inquiétude avec le variant Omicron

Mario Pelletier

Par Mario Pelletier, Journaliste

Les personnes en détresse peuvent trouver refuge à La Bouffée d’Air du KRTB, une maison d’hébergement située à Rivière-du-Loup. «Les résidents sont nerveux, les gens ont peur. Ils anticipent l’isolement, l’enfermement», mentionne Hélène Chabot, directrice de La Bouffée d’Air du KRTB, concernant cette importante vague de la pandémie provoquée par le variant Omicron.    

L’établissement offre de l’hébergement à court terme pour toute personne en détresse qui a besoin de se retirer de son milieu. En fait, les intervenants de La Bouffée d’Air du KRTB gèrent des crises chez des individus, des situations rendues encore plus difficiles pendant la crise humanitaire COVID-19.

L’organisme accueille des gens délirants, d’autres personnes très anxieuses qui arrivent en panique, certaines sont à risque suicidaire très élevé, en phase de dépression ou en situation de violence conjugale. «Même s’il y a un couvre-feu en vigueur, la personne en difficulté peut venir ici. Et si elle se fait arrêter par la police, elle n’a qu’à leur mentionner qu’elle vient à La Bouffée d’Air du KRTB», note Mme Chabot.

L’établissement effectue de l’hébergement de quelques jours à trois mois, avec une moyenne de trois semaines. On peut accueillir neuf personnes à la fois en temps normal, c’est cinq actuellement en raison de la pandémie. La directrice explique que les mesures ont également été resserrées notamment dans les sorties pour les résidents, maintenant limitées à une fois par semaine dans le milieu familial en plus des rendez-vous de santé.

«Les demandes sont énormes depuis l’automne, on est plein avec une liste d’attente. On se limite à notre territoire du KRTB et le Bas-Saint-Laurent», souligne Hélène Chabot. Ces personnes viennent donc à La Bouffée d’Air du KRTB pour réfléchir sur leur situation et être accompagnées dans leur réflexion. Les intervenants font des arrimages avec le CISSS et des organismes communautaires. «On est toujours là au bout de la ligne (appel téléphonique), jour et nuit. Là-aussi ça augmente», ajoute-t-elle.

LE PERSONNEL TIENT BON

«On est ouvert 24 heures par jour et 7 jours par semaine. On a 8 à 9 intervenants qui prennent le relais. On est venu près d’une rupture de service à quelques reprises, mais à chaque fois les membres de notre équipe ont contribué à maintenir la ressource ouverte, ils ont été excessivement collaborateurs», explique la directrice.

On demande également aux intervenants de limiter les contacts extérieurs. La pandémie, qui peut entrainer des employés en isolement, n’est pas le seul danger. Mme Chabot explique que La Bouffée d’Air du KRTB est aussi confrontée aux difficultés de recrutement de main-d’œuvre, surtout pour un service 24 heures sur 24.

La Bouffée d’Air du KRTB fait partie du Regroupement des Services d’Intervention de Crise du Québec (RESICQ), qui compte 21 centres de crise à travers la province. Ses services de première ligne sont offerts 24 heures par jour et 7 jours par semaine. Pour des informations, communiquez au 418 867-8580.

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article