Publicité

4 novembre 2021 - 10:34 | Mis à jour : 5 novembre 2021 - 08:48

Travailleur décédé de la COVID-19 : la coroner publie son rapport 

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin

L’enquête sur la mort d’un homme de Saint-Alexandre-de-Kamouraska, survenue au printemps dernier, est terminée. La coroner Renée Roussel a confirmé dans un rapport rendu public le mercredi 3 novembre qu'Alvin Becare, 34 ans, «est décédé de complications pulmonaires liées à l’infection par le virus de la COVID-19». 

À la fin avril, la Santé publique avait confirmé qu’une enquête avait été ouverte à la suite de la mort du travailleur de 34 ans qui oeuvrait pour l'entreprise Aliments Asta. 

Le 18 avril, Alvin Becare avait été retrouvé inconscient sur le lit de sa chambre à coucher, où il était confiné depuis plusieurs jours en raison de la COVID-19 qu’il avait contractée. Son décès a été constaté à distance, le jour même. 

Une autopsie, réalisée le lendemain, à l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec, révélait notamment «la présence de lésions tissulaires diffuses affectant tous les lobes des deux poumons (pneumonie interstitielle aiguë)». L’examen a aussi permis de noter la présence d’une maladie coronarienne significative.

Selon le rapport du coroner, M. Becare avait reçu un diagnostic positif à la COVID-19 le 10 avril et il était alité depuis deux jours au moment de son décès.

«L’état de ses poumons était tel qu’il lui fallait des soins médicaux qu’il n’a jamais demandés», regrette Renée Roussel. «Pourtant, il savait comment les services de santé fonctionnent, car il avait déjà consulté à plusieurs reprises à l’urgence des hôpitaux de la région lorsqu’il en avait besoin», note-t-elle. 

INFECTION PROBABLE AU TRAVAIL 

L’infection au virus de la COVID-19 est présumée avoir été contractée chez son employeur, Aliments Asta. La coroner Renée Roussel rappelle qu’il y avait à l’époque plusieurs cas d’infection parmi le personnel au sein de l’entreprise. 

Mme Roussel indique qu’un enquêteur de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de sécurité du travail (CNESST) avait également «mis en évidence des lacunes dans les mesures de prévention de l’infection», à la suite d’une intervention. 

«Il a demandé à l’entreprise des correctifs qui ont fait l’objet de suivi de la part de la CNESST. L’entreprise a intensifié ses mesures de triage et ses activités de sensibilisation sur les mesures de prévention en plus de rendre obligatoire le port du masque de procédure en tout temps aux postes de travail et lors des déplacements», écrit Renée Roussel.

Un réaménagement des salles communes pour permettre la distanciation nécessaire entre travailleurs a aussi été effectué. 

RÉACTION DE L’ENTREPRISE

En réaction à la publication du rapport, Aliments Asta souligne qu’il a mis énormément d’énergie à mettre en place des mesures de sécurité pour ses employés dès le début de la pandémie en mars 2020. 

L’entreprise souhaite aussi rappeler qu’elle a suivi toutes les mesures demandées par la Santé publique et la CNESST, autant avant le décès de M. Becare que par la suite. Le port du masque obligatoire a notamment été mis en place avant même l’obligation imposée par les autorités. 

«Si M. Becare est bien décédé des suites de la COVID-19 comme semble l’indiquer le rapport du coroner, ça démontre bien l’importance de prendre ce virus au sérieux et surtout, l’importance de la vaccination pour le combattre et tous se protéger», mentionne Stéphanie Poitras, directrice générale. 

L’entreprise a d’ailleurs tout organisé pour faciliter la vaccination et encourage ses employés à se faire vacciner. Au-delà de 85 % des travailleurs auraient d’ailleurs reçu deux doses de vaccin. 

Alvin Becare était originaire des Philippines et arrivé au Canada depuis environ 5 ans. Il partageait une maison du Kamouraska avec cinq autres compatriotes et tous travaillaient dans la même entreprise. Tous avaient été malades de la COVID-19. 

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article