Publicité

1 novembre 2021 - 06:05

Des engagements réalisés à travers la collaboration pour Serge Pelletier 

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin

Le candidat à la préfecture de la MRC de Témiscouata, Serge Pelletier, compte mettre le travail collaboratif et le partage d’expertises, «des atouts indispensables pour relever les défis de la région», au cœur de son premier mandat, s’il obtient la confiance des citoyens lors des élections du 7 novembre prochain. 

Serge Pelletier a présenté une série d’engagements municipaux et régionaux, à la mi-octobre. C’est toutefois avec des engagements dits collaboratifs qu’il souhaite se distinguer et faire avancer de grands dossiers pour le Témiscouata. 

«L’idée, c’est d’asseoir à la même table différents acteurs concernés par une problématique ou un défi et d’essayer de voir comment on peut y répondre en se donnant une vision commune, un fil conducteur. On reste conscients des particularités de chacun, mais on se donne des façons de faire qui vont nous assurer d’atteindre nos objectifs», soutient-il. 

«C’est vraiment de cette façon dont j’aborde le travail à la préfecture. Je veux susciter l’innovation dans un environnement respectueux et basé sur la confiance», ajoute celui dont le slogan de campagne est «Le Témiscouata, c’est chacun de nous!»

LACS ET RIVIÈRES

Parmi les chantiers qu’il souhaite de travailler directement, Serge Pelletier nomme d’abord la protection des lacs et des rivières, dans une approche de développement durable, comme étant prioritaire. Selon lui, cela doit être fait à travers la protection de l’investissement des propriétaires privés, par la protection des zones de villégiature et par la mise en place d’actions concrètes pour protéger et revitaliser les cours d’eau. 

«C’est une de nos richesses et il faut la mettre en évidence, souligne le candidat. Dans la MRC, les Municipalités ont des particularités. C’est la même chose avec nos cours d’eau, mais il faut faire en sorte d’avoir une façon de faire pour que les règles soient appliquées de la même façon d’un milieu à un autre.»

«C’est un gros défi, mais il faut y faire face. Il faut prendre le taureau par les cornes et faire un bout de chemin là-dedans, travailler en fonction des générations futures», complète-t-il. 

FORÊT

Si la protection des lacs et des rivières est primordiale, celle de la forêt, ressource naturelle au cœur de l’activité économique du territoire, l’est tout autant, lance-t-il du même souffle. «Il faut mettre en place un chantier de travail rapidement sur l’aménagement de notre forêt pour s’assurer là aussi d’un développement durable», mentionne-t-il. 

«Dans nos forêts de feuillus, on a des peuplements à potentiel acéricole. Comment peut-on conserver ce potentiel-là, tout en permettant à nos industries forestières de poursuivre leurs activités de développement. Le développement acéricole, c’est notre signature particulière et il faut s’assurer de le protéger […] Il faut asseoir les acteurs pour se donner une ligne directrice.»

Toujours dans les engagements collaboratifs, Serge Pelletier promet également de travailler sur l’amélioration de la production des entreprises, sur la protection et la mise en valeur des églises, ainsi que sur le développement de nouveaux services de type intergénérationnels. «Ce dernier dossier est une responsabilité d’ordre municipale, mais j’estime que ce serait important de s’asseoir avec les Municipalités et de discuter des services qu’on devrait ajouter dans nos milieux pour répondre aux besoins des jeunes, des familles et des ainés», partage M. Pelletier. 

AUTRES ENGAGEMENTS

Évidemment, Serge Pelletier cible d’autres dossiers régionaux et municipaux qu’il souhaite faire avancer, s’il est élu à la préfecture de la MRC du Témiscouata. Au niveau régional, il s’engage notamment à se pencher sur le développement éolien, sur la réalisation d’une seconde phase d’aménagement du Parc national et à développer de nouveaux créneaux en agroalimentaire, en agroforesterie, en biomasse et en biomatériaux.

«C’est drôlement intéressant et je pense nous devrons miser là-dessus, surtout quand on parle de vitalisation des territoires», dit-il. 

Sur le plan municipal, il souhaite en autre assurer le maintien et la pérennité des services de proximité, travailler le déploiement de nouvelles places en service de garde en milieu familial, ainsi qu’accompagner les municipalités vers l’accès à Internet haute vitesse (prévue en 2022) et vers un accès de qualité à la téléphonie cellulaire. 

Serge Pelletier estime qu’un premier mandat «permettra de se donner une erre d’aller» et une bonne base de travail qui permettront d’échelonner les concrétisations. «Il faut se placer en mode continuité pour s’assurer de la réalisation de tout ça.»

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article