Publicité

30 octobre 2021 - 06:57 | Mis à jour : 17:57

Bouffée d’air frais pour les agences de voyages et les voyageurs

Dominique Côté

Par Dominique Côté, Vidéojournaliste

L’avis d’éviter les voyages non essentiels à l’étranger a été discrètement levé la semaine dernière par Justin Trudeau, alors qu’il faisait l’annonce qu’une nouvelle preuve de vaccination standardisée serait mise en place partout au pays. Une véritable bouffée d’air frais pour les agences de voyages de Rivière-du-Loup, qui attendent ces assouplissements depuis près de deux ans. 

En plus des changements annoncés le 21 octobre dernier par M. Trudeau, les frontières américaines seront à nouveau ouvertes aux Canadiens pour les voyages non essentiels dès le 8 novembre prochain. Or, à partir du 30 octobre, tous les voyageurs devront être pleinement vaccinés, que ce soit pour des déplacements au Canada ou à l’étranger. Les passagers sont toutefois implorés à s’informer sur les mesures en place à leur destination voyage avant de prendre un vol. 

«Ils l’ont fait très discrètement et je pense que c’est voulu. Je dis toujours que le voyage s’adresse à des gens responsables et bien informés, a déclaré Michèle Simard, propriétaire de Voyages FP à Rivière-du-Loup. «En voyage, on doit se comporter de la même façon que l’on se comporte chez soi», a-t-elle rappelé. 

Selon Mme Simard, il est maintenant devenu davantage sécuritaire de voyager, compte tenu de la campagne de vaccination qui va bon train au Canada. «Les conditions sanitaires dans les hôtels tout inclus de bonne qualité sont équivalentes sinon supérieures à chez soi. Il y a aussi les tests PCR à l’arrivée au Canada. Ce sont les nouvelles normes, et je pense que les gens vont apprendre à vivre avec ça.» 

Alors qu’elle était en route vers la République Dominicaine, Michèle Simard en a profité pour expliquer qu’avec ce nouveau passeport vaccinal standardisé, toutes les provinces ainsi que la plupart des pays dans le monde reconnaitront une seule et unique preuve de vaccination canadienne. «Je pense qu’on est vraiment dans la bonne direction. Je ne voyagerais pas si ce n’était pas sécuritaire.»

L’annonce de l’ouverture des frontières américaines n’a toujours pas créé d’engouement, selon la propriétaire de Voyages Ciel D’Azur, Karelle Bélanger. Cette dernière a admis qu’aucun voyage par voie terrestre vers les États-Unis n’a encore été réservé auprès de son agence. «Les fournisseurs attendaient ça donc certains d’entre eux ont déjà commencé à les publier mais, sinon, ils sont encore en préparation parce qu’ils ne voulaient rien annoncer avant que l’annonce soit fait officiellement», a-t-elle mentionné. 

SNOWBIRDS

Les snowbirds ont déjà fait l’achat de leurs billets d’avion cette semaine, a confirmé Karelle Bélanger, conseillère en voyages. En effet, ils se sentent beaucoup plus en sécurité cette année avec les vaccins et retournent graduellement vers les destinations qu’ils visitaient sur une base annuelle avant la pandémie. 

Un sondage a été réalisé par CAA-Québec du 24 septembre au 3 octobre 2021 auprès d’un échantillon de 996 répondants-membres âgés de 55 ans et plus se considérant comme des «snowbirds». Dans celui-ci, il a été trouvé que l'année 2021 s'est avérée beaucoup plus fructueuse que 2020 en termes de réservation de voyages d'une durée de plus de quatre mois par cette tranche de la population. 

Malgré une forte intention de partir, seulement 18 % des snowbirds ont voyagé vers leur destination hivernale habituelle l’an dernier. Cette année, près de 70 % des hivernants sondés ont l’intention de retrouver le temps chaud pour l’hiver. 

En effet, plus de deux snowbirds sur trois (68 %) indiquent qu’il est probable ou très probable qu’ils voyagent vers  des destinations chaleur à l’hiver 2021-2022. Si près d’un tiers (30 %) avait déjà pris sa décision au moment du sondage, notons que 30 % des répondants attendaient pour leur part l’ouverture de la frontière américaine avant de se décider, un élément déclencheur maintenant résolu.

En contexte de pandémie, Mme Bélanger ne peut qu’encourager les gens à passer par une agence de voyages pour réserver leur prochaine destination. «On est là pour donner la bonne information et mettre les gens à jour dans les changements de conditions. On veut les rassurer et leur dire qu’on est encore là pour les aider dans leurs démarches.» 

VOYAGER EN TEMPS DE PANDÉMIE

Après presque deux ans sans avoir quitté la province, un groupe de huit personnes de Rivière-du-Loup a enfin sauté sur l’occasion en réservant un voyage au Mexique en décembre prochain. «Nous continuons de faire très attention, mais à un moment, il faut mettre la peur de côté et continuer. Ça nous manque vraiment», a révélé l’une des membres du groupe, qui a préféré rester anonyme compte tenu de la perception négative toujours accordée aux voyageurs en temps de pandémie. 

Elle s’est d’ailleurs assurée de sélectionner un hôtel offrant la possibilité d'avoir sa propre piscine pour ne pas trop côtoyer d'autres visiteurs, et qui dispose de nombreux restaurants afin d'éviter les buffets. Cette dernière s’est sentie davantage sécurisée avec la double vaccination obligatoire, mais également avec les nouvelles couvertures d'assurance COVID-19. «Nous avons bien vérifié si nous étions couverts contre la COVID à notre destination, et avec le fait que tout le monde qui prendra l'avion devra être vacciné, nous avons décidé de continuer à vivre», a-t-elle admis. 

Une éducatrice en service de garde, Mme Tanguay, a de son côté réservé un voyage à Cuba avec son conjoint et ses deux filles en novembre. «Mon meilleur ami est de Cuba et il est avec sa famille là-bas. Ça va faire deux ans qu’on ne les a pas vu. On va en profiter pour leur apporter des biens essentiels puisqu’ils sont en manque, et enfin leur rendre visite», s’est-elle réjouie. 

Les mois de novembre dans les garderies sont très épuisants pour les éducateurs, a-t-elle souligné. «Quand on arrive à l’automne, on a vraiment besoin de cette dose de soleil, de cette chaleur et de cette clarté-là», a indiqué Mme Tanguay, elle qui voyageait deux à trois fois par année avant la pandémie. 

Depuis la levée de l’avis d’éviter les voyages non essentiels, Mme Tanguay ne ressent plus le besoin de cacher à son entourage le fait qu’elle part en voyage. «On a le droit, on va assumer notre décision. Moi je suis bien fière d’y aller. Ce n’est pas vrai qu’on a été vacciné et qu’on n'aura plus le droit de rien faire.» L’éducatrice et mère de famille ne regrette en rien sa décision de partir et anticipe grandement de pouvoir passer du temps au chaud avec ses proches.  
 

Publicité


Publicité

Commentez cet article